Le Crédit Immobilier – Prêt pour acheter une maison, un logement

Le coût d’un logement est si important que plus personne ne peut l’acheter sans faire de crédit immobilier. eKonomia répond à toutes vos questions sur le crédit immobilier et vous propose son comparateur d’offres de crédit.

Le logement

Tant qu’il y aura des hommes, il faudra se loger. La maison, le toit par-dessus la tête qui permet de se protéger des intempéries, de conserver ses biens en sécurité, est un des biens essentiels pour la survie d’une personne. Mais avec nos critères actuels de confort et surtout de propriété, le logement est devenu la plus grosse dépense du budget des français. La quantité d’argent nécessaire pour pouvoir se loger convenablement équivaut à plusieurs années de travail, pour ne pas dire plusieurs décennies. Qui peut aujourd’hui prétendre acheter sa résidence sans faire d’emprunt, alors qu’il se lance dans la vie active ? Probablement personne, à moins d’avoir hérité une fortune ou gagné à euromillions. C’est dans ce contexte qu’intervient le service financier le plus unanimement utilisé, le crédit immobilier : la banque prête une grande somme d’argent, nécessaire à l’achat du logement. Sans la banque, il serait impossible d’aménager dans sa propre maison tant qu’on n’a pas économisé suffisamment d’argent. Qui voudrait sortir de chez ses parents à l’âge de 40 ou 50 ans ? Personne.

Ce désir d’indépendance est somme toute assez nouveau : auparavant la famille habitait toute sous le même toi, les enfants, les parents, les petits enfants. La maison était beaucoup plus grande, et le confort moderne inexistant. On construisait soi même sa propre maison, avec l’aide de toute la famille ! Ce temps est révolu, le désir d’individualité nous a menés vers des logements plus petits. Quand on pense que la moitié des parisiens sont célibataires et que pour la plupart, ils vivent seuls, on comprend mieux cette évolution. Mais lorsque l’on est seul, il est encore plus difficile d’obtenir un crédit immobilier : deux revenus, deux salaires, rassurent le banquier. Si l’un venait à tomber dans le chômage, il y aurait toujours l’autre salaire pour compenser un peu, la famille ne se retrouvant pas totalement démunie face à l’adversité.

Comment devenir propriétaire si on a de faibles revenus ?

Cette question revient souvent sur ekonomia.fr : comment faire un crédit immobilier lorsque l’on est au RSA ou au chômage ?  Il faut comprendre que le crédit immobilier n’est pas un droit de la personne : c’est un service commercial proposé par des banques majoritairement privées, qui doivent faire du bénéfice. Même si on peut garantir absolument que l’on rembourse son emprunt avec ses maigres revenus venant du RSA, il est impossible de trouver une banque qui prête, tout simplement parce qu’il n’y a assez d’argent à gagner, et que ça ne serait pas avantageux pour le bénéficiaire du RSA. En effet, un propriétaire perd quasi automatiquement une grande partie d’aides de l’état ! Les intérimaires ne sont pas tout à fait dans la même situation. Même si les banques ne les suivent pas dans leur demande de crédit, les sociétés d’intérim peuvent aider.

Le crédit immobilier devient compliqué à obtenir si on ne dispose pas de revenus réguliers, si on n’a pas un CDI, la sacro sainte preuve de revenus stables. Une personne qui n’a qu’un statut d’intérimaire aura du mal à trouver une banque qui l’accompagne sur un grand projet comme celui de l’achat d’une résidence. Pour cela, les sociétés d’intérim ont mis en place le crédit intérim, afin d’assurer une certaine stabilité aux intérimaires, qu’ils puissent conserver leur mode de vie en tant que travailleurs temporaires et libres de changer d’emploi très souvent. C’est le même constat pour les personnes qui sont au RSA ou au chômage: l’accession au crédit immobilier leur est pratiquement interdite, le crédit immobilier chômeur étant quelque chose de très rare, même avec l’aide du prêt d’accession sociale.


Acheter un appartement à crédit ou faire un emprunt pour acheter une maison

Si on prend l’exemple de Paris, les prix y sont exorbitants. Plus que jamais dans cette ville, l’emprunt immobilier est obligatoire, ou du moins pour l’écrasante majorité des gens. Acheter un appartement, on le sait, ça ne se fait pas à la légère. Avant de faire un crédit immobilier, il faut connaitre le prix de ce que l’on peut acheter. Ce prix varie suivant ses revenus, mais aussi le temps que l’on désire (ou peut) rembourser. La première étape dans un crédit immobilier, c’est en fait de bien négocier le prix de vente du bien immobilier, de savoir comment acheter son appartement moins cher. De grosses économies peuvent être faites si on est connaisseur de toutes les aides d’état, comme le prêt à taux zéro par exemple.

Quand on vit à Paris, le crédit immobilier possède des caractéristiques très différentes. Les sommes en jeu sont tellement plus importantes pour un espace beaucoup plus restreint! De nombreuses aides de l’état et spécifiques à la ville de Paris sont disponibles, afin de fixer les parisiens dans leur ville, plutôt que de laisser Paris à disposition des riches étrangers qui n’en font qu’une résidence secondaire. Toutefois, avant d’acheter un appartement à Paris, il faut savoir quel crédit immobilier à Paris est il possible de faire.

Acheter une maison plus grande

Devenir propriétaire de sa maison ne fait pas tout. On peut à nouveau avoir besoin d’acheter, et cette fois-ci, le bien immobilier est encore plus cher qu’auparavant. Si la famille s’agrandit, ou si on doit déménager pour raisons professionnelles, il est nécessaire de refaire un crédit immobilier. Pour les plus fortunés, ayant fait une belle carrière, il est souvent possible de conserver son ancien logement, en le mettant par exemple en location. Le loyer permet le plus souvent de payer la mensualité du crédit immobilier. Mais si on n’a pas la chance d’avoir été bien augmenté au cours de sa carrière, et qu’on veut acheter un appartement plus grand, il est très probable qu’il faille vendre son ancienne résidence. Dans ce cas, il existe le prêt relais. Ce crédit à court terme permet d’avoir un prêt de la banque pour acheter sa nouvelle maison, en attendant d’avoir vendu son ancienne résidence.

Un achat d’un bien immobilier, que ce soit un appartement en ville ou une maison en campagne est pour l’écrasante majorité des français un achat qui se fait donc à crédit : il faut beaucoup d’argent pour pouvoir se loger. C’est sans doute l’investissement d’une vie, avec des emprunts bancaires qui peuvent durer des dizaines d’années. Il existe plusieurs notions à savoir avant de faire un crédit immobilier, qui peuvent influencer de façon notable un prêt bancaire : les taux fixes ou révisables, la durée du prêt, le reste à vivre ou la négociation. Et ce n’est pas parce qu’on a déjà un prêt immobilier en cours qu’on ne peut pas le renégocier, avec un rachat de crédit immobilier qui peut permettre d’obtenir un taux d’intérêt beaucoup plus avantageux que celui obtenu il y a quelques années…

Posséder un appartement, c’est aussi une garantie, une assurance. Si, en cas de coup dur dans la vie, on se retrouve avec de gros problèmes financiers, et qu’il est impossible de faire face à ses dettes mensuelles, le mieux c’est d’étaler le paiement des crédits. Pour cela, la meilleure solution est de faire un rachat de crédit hypothécaire pour ceux qui sont propriétaires de leur logement. Il s’agit de mettre en garantie sa résidence, afin d’obtenir un rallongement du paiement des crédits avec un rachat de crédit.

Lorsque l’on parle d’immobilier, qui est un terme très large, on parle essentiellement des transactions de biens immobiliers, que ce soit l’achat et la vente d’un appartement ou la location d’un local de travail par exemple. L’achat d’une maison est sans doute un rêve pour beaucoup de français, et la seule solution, pour ceux qui ont la chance de pouvoir le faire, est le crédit immobilier, un emprunt bancaire qui peut donc durer plusieurs dizaines d’années à rembourser. Mais un achat immobilier peut prendre une autre forme que le simple logement du particulier. Il peut également être un investissement, un placement, comme n’importe quel plan d’épargne en banque. Ici, on compte sur la valorisation quasi naturelle du patrimoine immobilier pour faire une plus-value. Si par exemple on achète en 2005 une maison qui vaut 100 000 euros, et que nous la revendons en 2020 à 200 000 euros, nous avons pu doubler notre mise initiale de 100 000 euros. C’est un calcul simple à faire, mais il faut savoir quel type de bien immobilier acheter, et parier sur l’avenir : est ce que les prix sur Paris vont continuer de grimper? C’est la question que chaque parisien devrait se poser avant d’acquérir un appartement, par exemple. L’argent ainsi investi dans un patrimoine immobilier n’est pas perdu, on est loin de l’achat futile ou provisoire.

L’achat de sa résidence principale, qu’elle soit un appartement ou une maison, est toujours un achat lourd de conséquences lors de la vie d’une personne. Il faut beaucoup d’argent pour se loger, on parle bien souvent du salaire de 10, 15 ou même 20 ans de travail! Bref, c’est l’objectif d’une vie. Le blog du crédit, face à une telle dépense d’argent, tente en toute simplicité d’expliquer et de décortiquer le crédit immobilier, afin d’être sûr de faire le bon choix, ou du moins, d’avoir pleinement conscience du crédit qu’on va prendre lorsque l’on signera les papiers à la banque et chez le notaire. Acheter un appartement, ce n’est pas une décision que l’on prend à la légère, chaque information est précieuse et doit s’étudier au plus près.

Assurances du crédit immobilier

La fonction première d’une assurance, c’est de protéger le client contre un éventuel imprévu. Dans le cas de l’immobilier, l’assurance protège le client, mais également la banque qui prête de l’argent. Plus le nombre de risques pris en compte par l’assurance est grand, plus l’assurance sera chère. Si par exemple le demandeur de crédit a la malchance d’avoir un accident, et ne peut désormais plus travailler, il aura du mal à rembourser son crédit. Une bonne assurance permet d’éviter ce souci, mais il faudra en payer le prix. Sur d’aussi longues durées d’emprunt, on ne prend en général que l’assurance du crédit immobilier obligatoire et par défaut, qui protège en cas de mort de l’assuré. Très utile en cas de décès de l’un des conjoints, mais il faut reconnaitre que ça arrive, heureusement, très rarement.


Celui qui a déjà fait une acquisition immobilière le sait bien, les coûts d’un crédit immobilier d’une banque à l’autre c’est la jungle !

Si vous souhaitez acheter un appartement par exemple, vous allez faire le tour des banques pour faire un comparatif des taux, ou vous allez voir un courtier ou un comparateur en ligne… Cependant pour le citoyen qui n’y connait rien, on a vite fait de lui faire croire que l’on est moins cher.

Cependant en regardant les propositions de plus près, on s’aperçoit parfois que les cadeaux offert d’un coté sont parfois repris de l’autre.

Lorsque l’on emprunte pour acheter un bien immobilier, il y a les taux de crédit mais aussi tous ce que l’on vous facture a coté : les frais de dossier, l’hypothèque, et les assurances…

Si l’on se penche sur les assurances en fonction de la banque, elle vous dira que si vous empruntez chez eux c’est avec tel ou tel contrat d’assurance qui a été négocié spécialement pour la banque. En gros, la banque a fait un partenariat avec une compagnie et en profite pour vous imposer une assurance à taux négociés pour eux !

La reforme de l’état annoncée au mois de novembre par Christine Lagarde devrait changer les choses. Les établissements auront pour obligation de remettre des fiches d’informations sur vos droits et devoirs en matière d’assurances crédits. Vous pourrez également choisir l’assurance que vous préférez, dès 2010, et non pas celle que votre banque aura choisie pour vous. A condition de présenter les mêmes garanties.

Cette fiche sera faite conjointement entre la banque et les associations de consommateurs. L’objectif est de laisser le choix de l’assurance à l’emprunteur. je ne sais pas si cela va faciliter la compréhension mais en théorie ce qui est annoncé, c’est un libre choix d’assureur et de mise en concurrence.

Cela n’est pas négligeable pour un emprunt de 100 000 à 300 000 euros sur 20 ans ou plus !

Les assurances sont là pour protéger d’un ou plusieurs risques. On prendra une assurance auto pour protéger des risques d’avoir un accident, une assurance santé pour se protéger des risques d’être malade et de devoir payer des frais qui ne seraient pas totalement remboursés par la sécu et ainsi de suite.
En crédit, les assurances permettent de se protéger des mauvais payeurs si on est le créancier, ou de se protéger d’un accident de la vie qui nous empêcherait de rembourser notre dette si on est l’endetté.
Il existe également le cas particulier de l’assurance-vie, qui en France correspond à une forme d’épargne, pour se constituer un capital à terme.

Suivez-nous : TwitterfacebookRSS