eKonomia

Finance éthique et épargne sociale : les fonds ISR

Les finances éthiques sont une réponse à la Grande Finance, celle qui a fait n'importe quoi, en investissant dans des affaires pas claires. Le grand public veut savoir ce qui se passe avec son argent épargné, et les finances éthiques lui apportent une réponse.

Solidarité entre personnes
Finances éthiques et fonds ISR, Investissement Socialement Responsable

La finance éthique propose d’introduire de nouveaux critères dans la finance, autres que la simple rentabilité financière. Ces critères sont encore l’objet de discussions, et peuvent-être aussi variés que l’emploi, l’écologie ou la solidarité.

Ces nouvelles pratiques financières peuvent s’exprimer par la tontine, la microfinance et ses microcrédits, par l’ISR (investissement socialement responsable) ou le prêt entre particuliers. Nous sommes au début de ce nouveau type de relation avec l’argent et la finance, qui a connu un regain d’intérêt depuis la crise mondiale du crédit que nous traversons, provoquée par les dérives de l’irresponsabilité de notre modèle de capitalisme actuel.

Les fonds socialement responsables

L’engouement de ces dernières années pour les comportements que l’on appelle « socialement responsables » est de plus en plus marqué. On le voit avec la croissante importance des partis politiques écologiques, avec la communication des entreprises qui vantent leurs mérites écologiques ou avec bien sûr, les nombreuses alertes de la communauté scientifique sur les changements climatiques. Dans ce contexte est apparu des nouveaux produits financiers, qui proposent aux éventuels investisseurs de miser sur des entreprises qui répondraient à des critères éthiques : ils relèvent de la finance éthique. Il existe de très nombreux fonds d’investissements « responsables », mais leur manque de transparence n’est pas propice à attirer les amis de José Bové…  Qui prouve à l’épargnant que ces fonds sont véritablement responsables et éthiques ? Les acteurs financiers ont une responsabilité envers le bien être de tous, qu’il soit écologique, social ou éthique, de par les choix d’investissements qu’ils font : investir dans une entreprise d’extraction de pétrole n’a pas le même impact pour le réchauffement climatique qu’investir dans une entreprise fabricante d’éoliennes ou de panneaux solaires, n’est ce pas ?

Pour répondre à cette demande croissante d’investissements responsables, les fonds ISR (Investissement Socialement Responsable) ont été créés. Ils sont nombreux, je vous l’ai dit, et possèdent de nombreuses variantes. Il faut savoir que n’est pas fond ISR qui veut. De nombreux fonds environnementaux, qui privilégient un aspect du développement durable plutôt qu’un autre, ne sont pas ISR : les fonds, pour être ISR, doivent répondre aux critères ESG : éthique, social et gouvernance d’entreprise, en plus bien sûr, des critères environnementaux. Les fonds ISR sont la partie financière du développement durable, on parie ici sur le très long terme. Ces fonds se doivent bien sûr d’être rentables, comme n’importe quel autre fonds, prouvant au passage qu’il n’y a pas d’incompatibilité entre le social et le profit. La conviction profonde des investissements ISR est que les entreprises soucieuses de répondre aux critères ESG sont moins risquées, assurant des performances financières plus pérennes.

Critères ESG

Les critères extra-financiers, qui ne concernent pas immédiatement la mesure du risque et du profit éventuel que l’on peut en tirer sont, dans les fonds ISR, fondamentaux, étant leur raison même d’exister. Le problème de ces critères, pourtant essentiels, est leur trop grande subjectivité : ce n’est pas facile de mettre des chiffres sur de l’éthique ou le social ! Pour mesurer avec plus de précision, chaque critère regroupe en fait une multitude de plus petits critères, qui eux, sont parfaitement mesurables.

  • Critère éthique : Est-ce que l’entreprise est respectueuse des droits de l’homme ?
  • Critère social : est ce qu’il existe une préoccupation avec le bien-être des salariés ?
  • Critère gouvernance : est-ce que l’entreprise est bien dirigée ?
  • Critère environnemental : est ce que l’entreprise n’a pas ravagé une forêt pour y installer des hôtels ?

Comme vous pouvez le voir, il existe un grand flou dans ces critères. C’est pourquoi il existe des agences de notation, spécialisées en analyses extra-financières (BMJ ratings, par exemple). Les analystes ISR vont attribuer une note, le score ESG, pour déterminer si l’entreprise peut-être considérée comme étant socialement responsable, ou pas. Ces agences viennent noter l’entreprise à la demande même de l’entreprise, ce n’est pas une  imposition de l’état. Les sociétés estiment ainsi qu’elles ont tout intérêt à être bien notées, selon ces nouveaux critères, leur apportant une image de société responsable.

Loi NRE : Nouvelles Régulations Economiques

Cette Loi, appliquée depuis  2003, « a pour objectif de réduire les effets néfastes des dysfonctionnements internes et de la mondialisation ». Les entreprises françaises cotées devront ainsi présenter chaque année, en plus des informations comptables et financières, des informations sur les conséquences sociales et environnementales de leurs activités. On le voit, cette Loi recoupe les objectifs des critères ESG, mais souffre de plusieurs défauts : il n’y a pas de sanctions pour les entreprises qui ne communiquent pas et ne sont pas transparentes, il y a un manque de dispositifs qui contrôlent les informations extra-financières, pas de définition précise du périmètre à étudier.

En bref, c’est une Loi pleine de bonnes intentions, mais sans aucune application pratique, d’où l’utilité d’un label ISR ! L’Etat est bien trop frileux encore au niveau de ses exigences éthiques et sociales vis-à-vis des entreprises. Gageons que la Loi dite « Grenelle II » saura combler ces exigences. Elle est du moins sur le papier, beaucoup plus ambitieuse !

Label ISR Novethic

Novethic

Novethic

Pour y voir un peu plus clair, surtout du coté des particuliers investisseurs qui n’y comprennent finalement pas grand chose à tout ces mots compliqués (moi le premier, vous n’imaginez pas le travail de recherche derrière pour venir ici expliquer !), un label a été créé, par Novethic. Les fonds ISR affichant ce label vous donnent une garantie et une confiance non négligeable, vous êtes un peu plus assurés que votre argent sera bien investi dans des sociétés « socialement responsables ». Il ne faut pas confondre ce label avec le label plus ancien, le label Finansol, qui lui ne s’occupe que d’assurer aux épargnants que leurs placements contribuent à des activités génératrices d’utilité sociale.

Solutions de crédit

Trouvez sur eKonomia la solution adaptée à vos besoins de financement

La communication des banques actuelle sur leurs fonds ISR est encore trop abstraite, même si beaucoup d’efforts ont été faits ces derniers temps. Il est difficile pour un client de voir les bénéfices concrets de tels fonds. En clair : on nous dit que c’est « ISR », mais nous, clients, aimerions savoir combien d’emplois ont été sauvegardés, combien d’arbres ont été replantés, et ainsi de suite. Bien sûr, une telle exigence est plutôt compatible avec des fonds thématiques, nous y reviendrons. Il ne faut pas oublier que le terme « ISR » est généraliste : le label le montre bien, il ne sert qu’à assurer aux clients que l’investissement est bien socialement responsable. C’est à la banque par la suite de communiquer sur les bénéfices sociaux et environnementaux de son fonds, d’en faire la publicité.

Novethic est une filiale de la Caisse des Dépôts (détenue à 100% par l’Etat, rappelons-le), « un centre de recherche sur la Responsabilité Sociale et Environnementale des entreprises (RSE) et l’Investissement Socialement Responsable (ISR) et un media expert sur le développement durable ».

Novethic est donc aux premières loges de la légitimité pour attribuer un label ISR. Le label a été lancé le 29 septembre 2009. Pour obtenir le label, les fonds doivent à 90% faire l’objet d’une analyse portant sur les critères ESG, doivent publier une description pédagogique des processus ISR de gestion, un rapport extra-financier régulier, avec l’intégralité des lignes du portefeuille, datant de moins de 6 mois. Le label est attribué pour un an : chaque année, les fonds sont à nouveau examinés, pour se certifier qu’il n’y a pas eu de dérive pendant ce laps de temps.

Je ne sais pas si on peut changer la face du monde avec les fonds ISR, mais je suis sûr que ça ne peut pas faire de mal. Les investissements socialement responsables sont en pleine expansion, avec une forte croissance d’une année sur l’autre. Ils représentent désormais 2% des actifs de la gestion collective en France, pesant en encours quelques 30 milliards d’euros en 2008.

Approches de l’Investissement Socialement Responsable

Il existe plusieurs formes d’envisager l’ISR, suivant la composante que le fonds privilégie. On l’a vu, il n’existe pas un fonds ISR, mais des fonds ISR, proposant chacun des engagements et des responsabilités différents. Ces différentes approches ne sont pas nécessairement ISR : une entreprise peut très  bien répondre au critère simple de ne pas être dans l’industrie de l’armement (éthique), et ne pas répondre au critère social (fermeture d’une usine injustifiée).

Fonds thématiques

Dans les fonds thématiques, l’objectif ISR est facilement identifiable. L’investisseur prend un fonds « écologique » par exemple, qui va investir dans des entreprises respectueuses de l’eau, ou du développement durable. D’autres fonds thématiques vont concerner d’avantage les critères sociaux, comme par exemple les entreprises spécialisées en microfinance, octroyant des microcrédits solidaires aux entrepreneurs individuels au chômage. Il y en a pour tous les goûts, à vous de choisir selon votre conscience et votre préférence : vous pouvez très bien vous dire qu’un fonds pour le développement du microcrédit est moins rentable qu’un fonds respectueux de l’environnement, mais que ça en vaut la chandelle ! Ces fonds ont le gros avantage d’être plus accessibles pour les investisseurs particuliers, qui saisissent mieux les enjeux derrière leur fond d’investissement socialement responsable.

Les fonds thématiques sont plus risqués en matière d’investissement, de par leur plus grande volatilité : les thématiques sont très associées à un effet de « mode », et peuvent avoir beaucoup de succès une année, puis être totalement oubliées l’année suivante.

Fonds d’exclusion, fonds éthiques

Ces fonds ne sont pas encore très répandus en France, mais sont très courants dans les pays anglo-saxons. Ils sont en général associés à des fonds de congrégations religieuses, qui ne veulent pas s’associer à des entreprises contraires à leurs principes. Les entreprises d’armement, de sexe, de tabac ou de jeu sont ainsi interdites. La finance islamique est par exemple, sur ce point, très attachée aux fonds éthiques.

Approche activiste, engagement actionnarial

Les fonds d’investissement achètent des actions des entreprises, où elles investissent. Et en tant qu’actionnaires, elles ont le droit de vote en assemblée des actionnaires. Elles peuvent ainsi exiger que l’entreprise prenne des décisions conformes aux critères ESG, et aller plus loin, par des positions en faveur de l’environnement, du social…  Il existe également des fonds ISR qui ne sont pas investis en actions, mais en obligations ou en monétaire, pour ceux qui sont plus frileux avec le marché boursier et qui n’aime pas trop jouer en bourse.



Approche solidaire : fonds de partage

Ici, une partie des gains sont tout simplement redistribués à des organisations caritatives, à des ONGs. C’est ce qu’il y a de plus facilement mesurable, mais comme d’habitude, ce n’est pas si simple de savoir si les organisations caritatives font bon usage de tout notre argent…

Best in class : fonds de développement durable

C’est la méthode de gestion la plus répandue en France. Ce sont des entreprises qui sont choisies pour leurs efforts, tant en performances financières qu’en développement durable. Ici, une entreprise pétrolière peut être choisie, si elle possède une bonne notation.

BarCamp Finances éthiques

Le BarCamp avait lieu à un endroit habitué à recevoir ce genre d’événements : « Numa, ancienne Cantine », à Paris, et était limité à une centaine de personnes, pour des raisons logistiques. Autour d’un tableau noir, et après une présentation de chaque participant, chaque personne qui avait une idée de sujet de discussion et d’atelier pouvait l’inscrire sur ce tableau. Des sujets aussi variés que les monnaies alternatives, le prêt entre particuliers, le microcrédit, l’investissement socialement responsable ou la finance islamique ont été inscrits. Le seul défaut de ce genre d’initiative, c’est que nous avons difficilement le don d’ubiquité : nous avons du faire des choix, ne pouvant pas participer aux 4 ateliers qui avaient lieu en même temps. Les ateliers avaient donc lieu simultanément pendant une heure. Au bout d’une heure, on changeait d’atelier : au bout de trois heures, nous avons donc pu participer à trois sujets de discussions différentes.

L’objectif avoué de ce BarCamp, de cette réflexion collective, s’était de voir comment il était possible de faire connaître la finance éthique et responsable auprès du grand public, et comment la mettre en œuvre. C’est un problème de marketing, qui se heurte à des idées préconçues : si c’est de la finance qui se préoccupe avec le social, l’écologie, la responsabilité, c’est de la finance qui serait forcément moins rentable. Cette idée préconçue est fausse, nous y reviendrons dans d’autres articles du Blog du Crédit. Plusieurs entités et institutions financières étaient présentes au BarCamp, ce qui est louable : je ne vois aucun problème à concilier la recherche de profit avec l’éthique.

Pour ce BarCamp, nous avions des personnes de tout âge, du jeune étudiant au retraité, aux intérêts variés et pas forcément liés à la finance. Nous avions bien sûr les organisateurs :

  • J’épargne utile : des courtiers spécialisés en produits financiers responsables, qui concilient « éthique et profits ». Ils étaient également les sponsors du BarCamp, en plus de Danone Communities, ce qui a permis de payer les t-shirts offerts aux participants.
    Danone Communities est un fonds d’investissement fondé par la société Danone, visant le développement des pays pauvres par des actions concrètes, comme le microcrédit.
  • Finequity : une association de réflexion sur les finances éthiques, équitables et solidaires.
  • Le BarCampBank est un groupe de réflexion sur de nouveaux modèles de financement.

Outre ces participants obligés, nous avions des participants qui travaillent pour des banques, comme BNP Paribas ou la Banque Postale, nous avions des blogueurs, de simples curieux, des étudiants… et des personnes de tout âge ou de tout horizon.

C’était très instructif de discuter autour d’une table avec des personnalités si différentes, à propos de sujets sur lesquels je n’étais pas forcément expert, au contraire : j’ai beaucoup appris :) . Nous y sommes allés à deux, afin d’assister au plus d’ateliers possibles, qui feront chacun l’objet d’un article sur le blog du crédit.

Le premier atelier auquel j’ai assisté était dédié aux fonds ISR, investissement socialement responsable : si vous avez de l’argent, et que vous voulez épargner de façon éthique, ces fonds sont faits pour vous. Je n’y connaissais rien du tout avant d’assister à cet atelier ! L’autre atelier auquel mon « don d’ubiquité » a pu assister voulait définir les critères de la finance éthique.

Le deuxième atelier concernait par contre un sujet que je connais bien : la tontine et les prêts entre particuliers, avec une très intéressante participation d’un des co-fondateurs de FriendsClear, Jean-Christophe Capelli ! L’autre atelier auquel mon don d’ubiquité (merci beaucoup à ce don :D )a pu assister était l’atelier du web 2.0 et finance éthique.

Pour finir, j’ai pu participer à l’atelier sur la finance religieuse, qui rentre totalement dans le concept d’éthique et de responsabilité. L’autre atelier de mon « dédoublement » était  dédié à l’utilisation financière des ressources des seniors propriétaires.



Quelles idées pour le futur de l’ISR ?

Le BarCamp nous a permis de discuter un peu de l’ISR, entre simples particuliers et professionnels de la finance, et, bien sûr comme à chaque BarCamp, plusieurs idées ont été débattues, afin de faire évoluer dans le bon sens la finance responsable. Une des bonnes évolutions serait de s’approcher de plus en plus des principes pour l’investissement responsable, lancés par l’ONU en 2006.

Principes pour l’investissement responsable

6 principes définissent l’investissement responsable, que tout investisseur devrait prendre en compte, et surtout, appliquer. Ces principes se traduisent par des actions concrètes.

  • Les décisions d’investissement  doivent intégrer les facteurs Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance  (ESG).
  • Les actionnaires sont actifs, et leurs politiques et pratiques doivent intégrer les facteurs ESG.
  • Exigence de transparence et de transmission d’information de la part des entités où sont investis les fonds.
  • Promouvoir et diffuser ces principes dans l’industrie de l’investissement.
  • Travailler ensemble pour accroître l’efficacité dans leur mise en application.
  • Rendre compte des activités et des progrès dans cette mise en œuvre

Fonds souverains ISR ?

Cette question est très intéressante. Il semble judicieux d’exiger à l’Etat de s’obliger à investir « éthique », et d’au moins adhérer aux fonds ISR. Ceci serait un signal fort de confiance envers les fonds ISR pour les investisseurs particuliers ou les entreprises : oui, on peut être ISR et être aussi performant qu’un fond classique d’investissement. De plus, l’Etat a un devoir moral d’investissement responsable. Actuellement, la France et son fond stratégique d’investissement, qui est assimilé à un fond souverain, n’ont pas de préoccupation particulière avec l’ISR.

Epargne salariale ISR ?

L’Etat pourrait obliger l’épargne salariale à avoir une composante ISR. Si en plus il y a des incitations fiscales qui favoriseraient ce type d’investissements, c’est tout bénéfice. Il existe par ailleurs déjà certains fonds profitant d’une incitation fiscale, ce qui améliore leur performance.

Titrisation des emprunts des collectivités

Aux Etats-Unis, les collectivités permettent la titrisation de leurs emprunts. On peut donc acheter une « part » de l’emprunt, et donc recevoir les remboursements, avec les intérêts qui vont avec. Ce type d’emprunt pourrait parfaitement vu dans une perspective d’investissement socialement responsable, les collectivités trouvant une source potentielle de financement, pour réaliser des projets écologiques, sociaux, qui relèvent de l’ISR dans son sens le plus large.

On le voit, l’investissement socialement responsable a de beaux jours devant lui, avec beaucoup de bonnes idées pour son développement. Le principal obstacle aujourd’hui est le manque d’information du public. Les banquiers eux-mêmes ne savent pas encore trop ce qu’est l’ISR, ayant du mal à répondre aux éventuelles questions des éventuels épargnants.

Lexique pour mieux comprendre

Investissement : L’investissement fait fonctionner notre économie. Par l’initiative, la volonté d’obtenir un profit, les personnes vont prendre des risques et faire travailler leur argent. Le crédit permet de financer bon nombre d’initiatives personnelles, pour la création d’une entreprise par exemple, en avançant aujourd’hui l’argent que l’on a pas encore. Sans crédit, il serait très difficile de créer une entreprise, qui implique nécessairement de lourds investissements.

Conclusion

Avis rédigé par eKonomia

On dit que l’argent n’a pas d’odeur. Laissez-moi vous dire que c’est faux. J’ai participé à un BarCamp, dont le thème était la « finance éthique ». Les BarCamps sont des « ateliers-événements participatifs » : tout le monde participe, pas de spectateurs. Nous avons donc discuté de l’éthique dans la finance, de l’argent socialement responsable, sujet qui peut sembler à priori étrange, dans notre culture capitaliste, toujours à la recherche du profit maximum. La finance éthique est promise à un bel avenir, avec la prise de conscience du plus grand nombre que notre argent peut faire la différence si il est correctement investi.

Suivez-nous : TwitterfacebookRSS


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. MARIE dit :

    Merci de cet article qui m’a bien éclairée sur les finances socialement responsables.
    J’ai l’intention de demander de mettre une grosse somme reçue d’une succession en épargne responsable dans une assurance vie que j’ai. Pensez-vous que ma banque puisse me donner satisfaction sur ce point ?

  2. ragot dit :

    bonjours je souhaiterer faire un credit mais je suis interdit banquaire je souhaiterer avoir un credit de 2000 euros

  3. Bonjour,

     

    j'ai été beaucoup interessée par votre article sur les finances éthiques.

    Cela m’amène à vous présenter notre initiative dans le domaine de la finance solidaire en ligne.

     

    En effet je fais partie de l’équipe qui anime le site internet de microcrédit en ligne veecus.com.

    Veecus permet à des microentrepreneurs du Sud de présenter leurs projets aux internautes. Les internautes intéressés peuvent aider ces projets sous forme de prêt solidaire.

    Nous avons des partenariats au Cambodge et au Cameroun et les internautes ont déjà financé plusieurs dizaines de projets de microentrepreneurs.

     

    Notre philosophie est d’utiliser les nouvelles technologies au service de nouvelles formes de solidarités et d’échanges financiers alternatifs.

    Selon nous, une finance équitable et solidaire à destination de projets concrets est un outil de développement durable.

    Les prêts solidaires Veecus ont obtenu le label officiel Finansol, gage de transparence et d’utilité sociale http://www.finansol.org. Nous faisons aussi partie du réseau Entrepreneurs d’Avenir.

     

    Nous avons développé une application vous permettant de communiquer auprès de votre communauté en illustrant votre blog avec les profils de microentrepreneurs qui cherchent un prêt solidaire.

    Concrètement c’est un encart entièrement modulable et intégrable à vos articles de blog que vous pouvez utiliser pour mettre en avant des projets concrets de microentrepreneurs du Sud.

     

    Pour plus d’informations, n’hésitez pas à me contacter.

     

    Cordialement,

     

    Keltoum LAMARA

    contact@veecus.com

    0145495588

     
    http://www.veecus.com
    Retrouvez nous sur Facebook et Twitter