eKonomia

Credit pour chômeur et Pôle Emploi

Quel crédit pour un chômeur existe-t-il ? Est-ce que Pôle Emploi peut aider ceux qui ont besoin d'argent pour chercher un emploi ?

Publié dans : Argent, aides et solutions

Crédit pour chômeur
Conseiller du pôle emploi

Le chômage est un facteur de difficulté à l’obtention d’un crédit, peu de banques sont prêtes à risquer leur argent avec une personne sans emploi. Mais beaucoup de chômeurs ont besoin d’un crédit pour trouver un emploi ! Ne serait-ce qu’un crédit auto pour pouvoir se déplacer, ou même acheter des habits décents pour aller en entretien d’embauche.

Le chômage, en plus de la baisse de revenus, provoque autre chose: une plus grande méfiance de la part des banques. Elles ne font pratiquement plus de crédit, préférant attendre la récupération de l’emploi. Une banque, c’est une institution frileuse par définition, qui veut s’assurer le plus possible qu’elle sera bien remboursée de son prêt. Mais alors, comment faire si on a besoin d’un crédit urgent, quand on est au chômage et qu’on en a le plus besoin pour trouver du travail? Il n’y a malheureusement pas de solution facile, le peu qui existe se résumant à des aides ponctuelles pour financer un projet de retour à l’emploi.

Pôle Emploi, après la fusion de l’ANPE et des Assedics en 2008-2009, est devenu le principal interlocuteur des chômeurs en France avec les entreprises à la recherche de nouveaux collaborateurs. Nous allons voir qu’en plus des offres d’emploi ou des indemnités chômage, Pôle Emploi propose également des aides précieuses pour ceux qui veulent retourner au travail.

Pôle emploi et le crédit

credit pour chomeur
Lorsque l’on est au chômage, notre situation financière vis à vis d’un organisme prêteur change énormément : faute de garanties de rentrées d’argent stables qui vont durer, les banques et les agences de crédit ne veulent pas faire de prêt. Ceci provoque parfois des situations désagréables : imaginez que votre auto est en panne, et que vous n’avez plus d’argent pour la faire réparer… comment faire pour chercher du travail? Il y a des entretiens à passer, des rendez-vous, bref!

Face à ce genre de situation, lorsqu’on est au chômage, on est désarmés. Il est vrai que la rémunération de Pôle Emploi est un formidable coup de pouce que certains pays à l’étranger n’ont pas. Mais l’allocation pour le retour à l’emploi, ARE, est limitée dans le temps : le chômeur ne peut pas toucher pendant plus de deux ans ses indemnités, 3 ans s’il a plus de 50 ans. L’ARE est ainsi bien souvent insuffisante, surtout pour les chômeurs longue durée. Même un salaire est insuffisant ! Je me suis informé un peu partout sur le Net pour trouver des informations sur ce qu’il est possible de faire pour obtenir un crédit lorsqu’on est au chômage, ou du moins une aide, essayons ensemble d’y voir un peu plus clair.

Si on a besoin de changer un frigidaire qui vient de tomber en panne et qu’on est éligible, c’est du côté des crédits de la CAF qu’il faut aller voir.

Aides à la création d’entreprise de Pôle Emploi

Au moment de créer son entreprise, un chômeur peut être sérieusement embêté : en effet un chef d’entreprise n’est plus un chômeur ! Il risque alors de perdre ses indemnités, le mettant dans une situation difficile. Pour pallier à ça, Pôle Emploi propose deux aides, simples, que nous allons voir.

ARCE, Aide à la Reprise ou à la Création d’Entreprise

Il est possible d’avoir sous forme de capital la moitié du reste des droits aux allocations au début de l’activité de la nouvelle entreprise. S’il restait par exemple 10 000 euros à recevoir d’allocations, correspondant à un an de droits à l’assurance chômage restant, le créateur d’entreprise pourra avoir la moitié de cet argent, soit 5000 euros.

Mais attention, il faut d’abord obtenir l’ACCRE, qui est une exonération des charges sociales sur le salaire du chef d’entreprise. Le paiement de l’ARCE se fait en deux fois : la moitié au début de l’activité, l’autre moitié au bout de 6 mois.

En cas de malheur, et que l’entreprise ferme, il est toujours possible de récupérer également le reste des droits à l’assurance chômage. Il faut avoir confiance en son projet d’entreprise pour choisir cette aide, on imagine les conséquences si ça ne marchait pas : faillite et plus de droit au chômage ! Mais pour ceux qui veulent se lancer, qui ont un métier où il est relativement simple de retrouver du travail, c’est véritablement une occasion en or.

Maintien des allocations

Pour les demandeurs d’emploi qui préféreraient ne pas demander l’ARCE, mais continuer de recevoir leur chômage, il est également possible de créer une entreprise tout en conservant ses indemnités. 70% des revenus générés par la nouvelle entreprise sont déduits du montant de l’allocation.

Exemple : j’avais une allocation de 1000 euros par mois, j’ai pu me faire un revenu de 500 euros grâce à ma nouvelle entreprise. Pôle Emploi continue de me payer mon allocation, moins 70% des 500 euros, soit 350 euros. Pôle Emploi me paiera donc 650 euros, à ajouter à mes 500 euros de revenus, soit 1150 euros.

C’est une très bonne motivation pour débuter une entreprise, qui n’aurait pas besoin de gros capital initial : même avec un petit revenu, Pôle Emploi nous assiste et nous donne le temps de créer une entreprise rentable, pendant la durée de nos droits à l’assurance chômage.

Plus d’informations sur le site de l’APCE.

Sans Pôle Emploi, où trouver un « Crédit chômage » ?

En fait, on peut obtenir un crédit, suivant la finalité du crédit. Si par exemple on veut créer son propre emploi, il existe des crédits d’aide à la création d’entreprises, à commencer par l’ACCRE.

Si par contre vous voulez un crédit auto chômeur, ça va être plus dur… Mon premier conseil à ce niveau-là, ça serait d’acheter une voiture en occasion et de ne pas faire de crédit. Ok, j’entends dans le fond : « même pour la vieille auto, il me faut un crédit ».

Et bien autant vous le dire tout net : vous n’en aurez pas. Sans revenus fixes, pas de prêt personnel possible. Et encore moins en temps de crise, même les agences de crédit louches qui prêtaient à des taux exorbitants ne le font plus maintenant. Et quelque part… tant mieux. C’étaient les fameux « Crédits Assedic », des crédits à la consommation qu’un particulier pouvait obtenir alors qu’il était au chômage. Les agences de crédit moins regardantes octroyaient facilement des crédits, on se souvient tous des reportages à la télé qui montraient des personnes qui avaient réussi à obtenir 40 000 euros en une seule journée en faisant le tour des agences de crédit, rien qu’en crédits revolvings! Il ne faut plus trop y compter, ni le faire, si vous êtes au chômage et très serré, je pense qu’il vaut encore mieux vendre le peu de biens qu’on aurait encore, ou les prêter sur gage.

La seule possibilité d’avoir un petit crédit, c’est justement ça : faire un petit crédit. Si la durée de remboursement ne dépasse pas celle de l’assurance chômage, que le taux d’endettement est inférieur à 33% du montant des revenus, alors peut-être qu’une banque ou une société de crédit peut envisager de prêter de l’argent.

Rachat de crédit pour chômeur?

Si vous êtes en de bons termes avec votre banque (comprendre : non fiché à la Banque de France), peut-être pouvez-vous négocier un rachat de crédits? Si vous avez beaucoup de crédits en cours, il serait judicieux, si votre cas le permet (imaginons un conjoint en CDI par exemple), de les regrouper en un seul pour diminuer les mensualités. La plupart des organismes permettent de faire un remboursement anticipé si votre situation s’améliore par la suite.

Crédit d’impôts et Pôle Emploi

Pôle Emploi a un rôle informatif sur les crédits d’impôts qui sont faits par l’état. Chaque année, au gré des élections et des opinions, ils peuvent changer. Vous savez, les fameuses « niches fiscales » qui sont tant critiquées ! Une année, il y avait des crédits d’impôts pour les jeunes qui iraient dans une entreprise d’un secteur où il est difficile de recruter, comme l’hôtellerie, la mécanique, l’agriculture, les commerces. Une autre année, c’était des crédits d’impôts pour « faciliter la mobilité des demandeurs d’emploi ».

Actuellement, les crédits d’impôts sont de moins en moins donnés aux particuliers, et de plus en plus aux entreprises. Un crédit d’impôt est concédé en ce moment par exemple aux artisans, souvent des entrepreneurs individuels.

Comme vous pouvez le voir, il n’y a pas de solution facile. Il faut retrouver un emploi avant de prendre un crédit, c’est au final la seule possibilité réaliste. Quitte à prendre un emploi mal payé.

Avis et conclusion

Par , publié le
eKonomia - Prêt et crédit
On vous le dira souvent : sans emploi, pas de crédit.

L’emploi, le travail, la rémunération, c’est ce qu’il y a d’essentiel pour obtenir un crédit d’une banque ou d’une société financière. Il existe plusieurs formes d’emplois, plusieurs types de contrat en France, le plus aimé des prêteurs étant toujours le CDI, le contrat à durée indéterminée. Ce type de contrat de travail donne une garantie aux banques que les revenus du travail seront stables dans la durée, et qu’il n’y aura pas de difficulté majeure à rembourser l’emprunt.

Lorsqu’on arrive plus à rembourser ses emprunts, la première chose à faire est sans doute augmenter ses revenus : soit en commençant à travailler, soit en travaillant encore plus! C’est bien sûr plus facile à dire qu’à faire, malheureusement.

Suivez-nous sur facebook


Commentaires