eKonomia

ADIE, crédit solidaire pour créer son emploi ou son entreprise

Marre d’être au chômage? De n’avoir que le RSA? Aucune banque ne vous fait de crédit? L'ADIE propose un crédit solidaire pour ceux qui ont un véritable projet d'entreprise.

Publié dans : Argent, aides et solutions

ADIE, crédit solidaire pour créer son emploi ou son entreprise
L'ADIE propose aux chômeurs créateurs de leur propre emploi un microcrédit.

Il est peut-être temps, si vous avez un peu de sens de l’initiative et un savoir faire unique, de vous lancer à votre compte! Mais, évidemment, vous n’avez pas les fonds nécessaires pour débuter votre activité. En France, on a pas encore commencer notre entreprise, on est déjà surtaxés, on doit payer, payer et encore payer pour pouvoir commencer son activité. L’initiative personnelle est ainsi muselée et bridée. Alors comment faire pour financer son propre emploi?

Les personnes qui n’ont pas la chance d’avoir un emploi stable ou un héritage rencontrent les pires difficultés pour pouvoir créer leur entreprise, même si leur idée est géniale et pleine de bon sens. Lorsque l’on est au RSA, ou juste au chômage, quelle est la banque qui veut bien prêter de l’argent pour que l’on puisse créer son propre emploi ? Pour pallier à cela, Muhammad Yunus inventa au Bangladesh le « microcrédit », un crédit d’un tout petit montant accordé a des personnes qui n’avaient même pas de compte bancaire, mais qui avaient des projets. En France, ce microcrédit est une forme de financement différente, prévue pour les personnes qui n’ont pas accès au crédit, mais qui veulent investir dans leur propre emploi.

ADIE, crédit pour les sans emploi

C’est l’association pour le droit à l’initiative économique. C’est à dire qu’ils luttent pour que les particuliers puissent avoir les moyens de créer leur propre activité. C’est eux qu’il faudra démarcher en premier lieu pour obtenir un microcrédit, bien utile pour pouvoir commencer à travailler.

Imaginons Rose, fleuriste salariée. Elle vient d’avoir l’idée de faire une petite entreprise qui fleurirait les tombes pour les vieilles personnes qui ne peuvent plus se déplacer. Il lui faut donc une petite camionnette pour faire son travail, mais impossible de trouver un organisme prêteur pour se lancer dans l’aventure. L’ADIE est typiquement l’entité qui aidera Rose à obtenir l’argent nécessaire, jusqu’à 5000 euros rien qu’en prêt, qui peuvent être complétés par d’autres aides comme le microcrédit social pour un total final de 10 000 euros, remboursables en 24 mois. De quoi bien commencer. Il faut par contre avoir une caution, quelqu’un qui se porte garant pour vous de la moitié de la somme. Si votre entourage croit en votre projet, c’est une garantie pour l’ADIE supplémentaire. L’ADIE a créé cette vidéo pour en parler :

Le problème de l’ADIE, c’est qu’elle applique les mêmes taux d’intérêts que les banques, se différenciant uniquement de celles-ci par l’octroi du prêt : l’ADIE prêtera plus facilement qu’une banque si vous croyez en votre projet et qu’il semble solide. C’est un crédit solidaire, parce que même si vous êtes chômeur de longue durée ou au RSA, si l’ADIE croit en vous, vous pouvez obtenir votre prêt.

Il existe également des associations régionales de crédit, de finance solidaire, par exemple celle du Languedoc Roussillon, l’AIRDIE, ou l’association des Financeurs Solidaires, la FINANSOL.

L’ADIE Festival

Si vous vous posez des questions sur le microcrédit, c’est donc sans doute le moment d’aller voir l’ADIE. L’Association pour le Droit à l’Initiative Economique organise ainsi tous les ans depuis 2005 un événement informatif pour aller au plus près des gens qui pourraient utiliser et bénéficier d’un microcrédit, afin de “donner les moyens d’entreprendre à ceux qui n’ont pas les moyens”. L’ADIE est présente pendant une semaine dans toute la France, aux endroits les plus fréquentés, que ce soit en banlieue parisienne ou dans les DOM-TOM. Nommée « l’ADIE festival » depuis 2017, autrefois connu sous le nom de la « semaine du microcrédit », cette initiative a ainsi pour but de mieux faire connaitre le microcrédit professionnel de l’ADIE, et ainsi de rencontrer ceux qui en ont besoin, de mettre en relation de possibles personnes qui pourraient avoir recours à cette forme spéciale de financement, pour créer une société, une entreprise, avec ceux qui ont déjà réussi auparavant.

L’ADIE est très dynamique, toujours au plus près de l’information et à l’écoute de son « public », une condition fondamentale lorsque l’on finance des projets d’une telle importance pour ceux qui n’ont plus rien. Sur place, dans les stands montés pour l’occasion, il y a donc d’anciens bénéficiaires du microcrédit, qui ont pu fonder leur société avec cette aide, alors qu’aucune banque ne voulait leur prêter de l’argent. Ce sont des témoignages à la première personne, qui mettent un visage sur des situations concrètes. Je vous conseille, pour avoir plus d’informations sur cette initiative proche de chez vous, de taper dans un moteur de recherche (comme Google) « semaine du microcrédit + votre région ». Vous trouverez sûrement ce qu’il vous faut. Le microcrédit professionnel a été introduit en France il y a plus de 20 ans par l’ADIE.

Le microcrédit professionnel peut compléter d’autres aides, comme les prêts à taux zéro, les prêts d’honneur octroyés par la CAF ou le réseau Entreprendre par exemple. L’un des partenaires principaux de l’ADIE est naturellement Bpifrance, actif sur la garantie des prêts. L’ADIE permet d’obtenir jusqu’à 10 000 euros de prêt si le projet le justifie. C’est un bon départ pour créer son entreprise ! L’ADIE, pour rappel, s’adresse à toutes les personnes au chômage ou allocataires du RSA avec des projets qui tiennent la route.

Un porteur de projet sur quatre se lance sans financement ou avec moins de 2000 euros, avec près de 40% de chômeurs ! Il existe un réel besoin d’aider ces personnes au niveau financier. Mais l’ADIE ne se limite pas à prêter de l’argent à ceux qui ne peuvent plus obtenir de crédit auprès des banques. L’ADIE, comme on peut le constater lors de la semaine du microcrédit, accompagne les entrepreneurs, les aide, dans leur organisation, dans la mise en relation avec des fournisseurs ou de potentiels clients, à trouver des « parrains » qui veulent bien aider cette jeune société en devenir.

En résumé, l’ADIE, ou association pour le droit à l’initiative économique, vous aide à créer votre entreprise. C’est une association qui prête avec des taux d’intérêts comme les autres banques, mais qui le fait pour des personnes à qui les banques ne prêtent pas normalement, comme les gens au RSA, les chômeurs… bref, si vous voulez créer une entreprise et devenir patron, on l’a vu, c’est par eux qu’il faut passer.

Avis et conclusion

Par , publié le
eKonomia - Prêt et crédit
Avec l'ADIE, on peut obtenir un coup de pouce pour démarrer son activité professionnelle

Qu'est ce qu'un crédit solidaire? Un crédit qui n'a pour seule vocation que de vous aider. Ou du moins, c'est son principe de base. L'ADIE joue ce rôle en France, mais n'est pas une institution de charité non plus. L'ADIE permet à ceux qui veulent créer leur entreprise, mais qui n'arrivent pas à obtenir un crédit de la banque, d'obtenir un financement pour mener à bien leur projet. L'ADIE permet d'obtenir un microcrédit pour démarrer son activité professionnelle. L'ADIE prête ainsi aux chômeurs, qui ne peuvent pas faire d'emprunt à la Banque.

Suivez-nous sur facebook


Commentaires

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer