eKonomia

Carte de crédit facile à obtenir : crédit renouvelable

Le crédit renouvelable est proposé par de nombreux magasins, facilitant ainsi l'achat de leurs produits. Même si c'est un crédit facile à obtenir, son taux d'intérêt élevé est un véritable danger. Que faut-il savoir avant d'y avoir recours ?

Publié dans : Comprendre le crédit et la finance

crédit renouvelable, carte de crédit facile à obtenir
Il ne faut pas croire que le crédit renouvelable est synonyme d'argent facile !

Plus on demande d’argent emprunté, plus il est compliqué d’obtenir un crédit. Quels sont les crédits les plus faciles à obtenir ? Et pour quels montants? Il est parfois complexe d’obtenir un crédit. Pour de petits montants, il est préférable de regarder les solutions les plus simples, les faibles montants ne justifiant pas le montage d’un dossier de crédit complet auprès d’une banque. Le crédit renouvelable est le plus simple à obtenir. Il existe peu de vérifications, et l’offre commerciale des sociétés financières est agressive… et donc dangereuse.

Quel est le crédit le plus facile à avoir ?

Le crédit est utile pour l’économie d’un pays. Il permet aux consommateurs d’acheter quelque chose aujourd’hui, plutôt que d’attendre demain, le temps d’économiser. Ceci permet aux gens de vivre mieux plus rapidement, on ne vit qu’une seule fois. Je n’ai personnellement pas le temps d’économiser pendant 5 ans pour acheter une voiture, il me l’a faut aujourd’hui.

Le problème avec le crédit, c’est qu’il faut avoir les moyens de le rembourser.

Il existe plusieurs formes de crédit, qui sont plus ou moins faciles à obtenir, plus ou moins faciles à rembourser, qui vous « donnent » plus ou moins d’argent. Il faut savoir que plus un crédit est facile à obtenir, plus il est cher. C’est quelque chose de tout à fait normal, on paie la facilité, mais aussi le risque pour la banque qui vous prête : il y a plus de chances pour elle de ne plus jamais revoir son argent si elle prête à la va-vite, avec moins de vérifications pour savoir si vous pouvez vraiment rembourser.

Le roi des crédits faciles à obtenir, c’est le crédit renouvelable, anciennement connu sous plusieurs noms : crédit revolving, réserve de crédit, réserve d’argent, etc. On peut l’obtenir dans un grand magasin, dans un hypermarché, sur Internet, par téléphone… fini les longs dossiers à remplir à la banque et les rendez-vous pour avoir un crédit à la consommation.

conditions légales de la carte Pass
Conditions légales de la carte Pass de Carrefour : qui va lire ça ? Il y a plus de 2000 mots !

Les différents noms du crédit renouvelable

Il existait beaucoup d’autres noms pour ce type de crédit à haut risque, mais qui s’avère bien souvent très pratique, pour peu  que l’on comprenne à quoi ce crédit sert vraiment. Pour bien reconnaître le crédit renouvelable des autres, faisons un récapitulatif des différents noms, trouvés ici et là, vous verrez que chaque société de crédit y allait de son petit nom :

  • Crédit revolving (utilisé par les media et l’Etat).
  • Crédit permanent (Wikipedia)
  • Crédit renouvelable (utilisé par Cetelem)
  • Réserve de crédit (utilisé par médiatis, Banque Accord…)
  • Réserve d’argent (utilisé par Sofinco)

L’écrasante majorité des sociétés financières, voyant que le terme « crédit revolving » est de plus en plus mal vu par l’opinion publique, préfèrait communiquer avec ces autres noms, mais c’est toujours strictement la même chose. L’Etat est venu depuis mettre un peu d’ordre, en imposant le nom « crédit renouvelable » : désormais, les sociétés de crédit, les banques, ne peuvent plus communiquer avec un autre nom, ceci dans le but de clarifier le consommateur sur quel type de crédit il s’engage.

Définition du crédit renouvelable

Le fonctionnement d’un crédit renouvelable sort du schéma classique d’un crédit. Un crédit traditionnel, la banque vous prête de l’argent, que vous allez rembourser petit à petit pendant un certain temps, avec des intérêts.

Si nous lisons les conditions légales que les sociétés de crédit étaient obligées à afficher avec leurs offres et leurs pubs, nous pouvons lire, par exemple : « La réserve de crédit médiatis est un crédit reconstituable d’un an renouvelable, au TEG révisable de 19,95 %, » ou bien « La Réserve Live Cetelem est un crédit renouvelable d’un montant maximum de 6 000 € et d’une durée d’un an renouvelable » ou « La réserve Couleurs est un compte de crédit reconstituable et renouvelable annuellement de 500€ à 21 500€ au TEG annuel révisable de 13,95% à 20,199% en fonction du capital accordé ».

Les conditions légales sont désormais plus complètes, plus visibles et plus compréhensibles.

Démarchage de la banque Accord, incitant à utiliser la réserve de crédit associé à la carte de fidélité Leroy Merlin

C’est compliqué, n’est ce pas ? Surtout que ces informations légales n’expliquent pas vraiment le principe de la réserve d’argent. Première chose : il existe deux variantes du crédit revolving (ou réserve d’argent, réserve de crédit, crédit renouvelable etc) .

Ligne de crédit : réserve d’argent classique sans carte bancaire

Dès lors que votre demande de crédit revolving est acceptée par l’organisme financier, vous disposez d’une somme d’argent, que vous pouvez dépenser comme bon vous semble. On vous propose différentes sommes, suivant votre demande ou vos revenus. Cette somme d’argent, cette « réserve d’argent » est là, et bien pratique en cas de coup dur, pour contrer une éventuelle dépense imprévue. Même le crédit revolving le plus cher est toujours moins cher que les agios à payer à sa banque si on est dans le rouge en fin de mois ! Lorsque vous dépensez votre réserve, elle va se reconstituer, se renouveler, au fur et à mesure de vos remboursements.

Combien d’argent emprunter?

Plus vous demandez une grosse somme en réserve d’argent, moins les taux d’intérêts sont importants. Le taux le plus élevé tourne autour des 20%, en général pour des sommes d’argent relativement modestes, le taux le moins élevé tourne lui autour des 10% (on parle de 10 000 euros !). Le maximum légal en France pour un crédit à la consommation est de 75 000 euros, mais finalement peu de sociétés financières s’engagent avec un tel niveau de risque sur de tels montants. Cofidis ne va pas au-delà de 6000 euros et Cetelem jusqu’aux 4000 euros. Autrefois, Cofidis allait jusqu’à 10 000 euros et Cetelem, 6000. Au-delà de ces montants, ce sont des études spécialisées de la part des organismes qui seront effectuées, avec d’autres types de contrôles, plus stricts.

Publicité pour la carte Castorama

Publicité pour la carte Castorama

Le crédit renouvelable doit être vu comme un crédit pour financer des « petits » achats, que l’on remboursera en moins d’un an, et qu’on veut absolument tout de suite. Au-delà, il est systématiquement préférable d’avoir recours à un crédit à la consommation classique, un prêt affecté délivré par votre banque, ou, pourquoi pas, une société de crédit, qui ont également des offres de crédit classiques.

Le crédit renouvelable est un « crédit urgent », un « crédit rapide », pour faire des achats qui ne peuvent pas attendre des semaines. C’est là, l’utilité de ce type de crédit ! La facilité, la rapidité, à ne réserver que pour certains types d’achats : petites sommes d’argent (j’ai envie de dire moins de deux salaires mensuels), qui ne peuvent pas attendre. C’est également une sécurité, on l’a vu, en cas de grosse dépense imprévue, pour éviter d’avoir à payer des agios à sa banque.

Retenons ce conseil : ne pas faire de crédit revolving qui va au-delà de deux salaires mensuels. Si vous gagnez 2000 euros par mois, ne faites pas un crédit revolving au-delà de 4000 euros ! Les réserves d’argent sont à utiliser avec parcimonie, en cas de réel besoin. Et il ne faut pas oublier : tant que l’on n’utilise pas le crédit renouvelable, tant qu’on ne sollicite pas sa réserve d’argent, elle ne coûte rien.

Je conseille également, avant d’avoir recours à un crédit revolving en cas de coup dur, d’aller voir du coté de sa banque, et demander une autorisation de découvert. C’est toujours moins cher qu’un crédit renouvelable. Mais votre banque a aussi des solutions de crédit revolving, ce qui, pour beaucoup d’entre elles, se nomme pudiquement « souplesse de trésorerie », comme c’est le cas par exemple avec ma banque, LCL . Si on lit dans les petites lignes de ce qu’ils proposent, on y trouve : « crédit renouvelable Solution Réserve de 500 € remboursable sur 12 mois au Taux Effectif Global (TEG) annuel révisable de 16,80% ». Le taux est tout de même élevé, mais tout de même moindre que les 19 ou 21% que l’on observe dans bon nombre de sociétés de crédit.

Credit renouvelable avec carte bancaire

Avec votre crédit renouvelable, vous avez une carte bancaire. Si vous utilisez cette carte, vous piochez directement dans votre réserve d’argent. C’est sans aucun doute la forme du crédit revolving la plus pernicieuse. Celle qui peut vous pousser à la dépense le plus facilement. Cette carte bancaire n’est pas une carte comme une autre ! Dès lors que vous utilisez votre réserve d’argent qui est associée à cette carte, vous allez payer d’énormes taux d’intérêts, surtout en comparaison avec les taux d’intérêts classiques. Au vu du prix de l’argent actuel (les taux de la Banque Centrale Européenne sont à leur plus bas historique), ces taux sont véritablement exagérés. Pour bien remettre dans le contexte, regardons les conditions légales d’un de ces crédits renouvelables associés à une carte de crédit (qui en plus ont un coût, il faut payer chaque année pour avoir cette carte) : le TEG est à quasiment 20% chez Cetelem. Si vous utilisez 1000 euros de votre réserve, et que vous remboursez par exemple en un an, vous allez devoir payer à Cetelem 1200 euros au total. 200 euros de moins pour vous, pas moins.

Pourquoi est-il si facile d’obtenir un crédit renouvelable?

Le crédit revolving est sans conteste le plus facile d’obtenir. Les grands magasins vous proposent tous des crédit renouvelables, qu’ils vendent avec leurs cartes de fidélité, qui ne sont rien d’autre que des cartes de crédit associées au crédit renouvelable.

Nous avions il y a quelques mois, fait un crédit chez Leroy Merlin, pour avoir accès aux points de fidélité de cette enseigne. N’utilisant pas les réserves de crédit associées, ceci ne nous coute rien, hormis l’annuité des cartes respectives, assez minime au vu des réductions que l’on peut obtenir. Nous n’avions pas eu de difficultés à obtenir nos crédits renouvelables, mais certaines personnes avaient été refusées. Elles ne sont pas passées par les tests préalables que l’organisme financier est obligé de faire : vérification des fichiers de la banque de France (FCC et FICP). En outre, chaque établissement financier possède un fichier en interne lui donnant quelques infos sur votre situation actuelle, mais incomplète, du fait de la législation en vigueur, n’autorisant pas (encore) un fichier central des emprunts.

Une part importante des personnes qui se sont retrouvées en situation de surendettement ont menti sur leur situation personnelle ! Le laxisme dont sont accusés les organismes de crédit n’est donc pas si évident. Mais ne vous inquiétez pas, les agences de crédit ont d’autres moyens de nous attirer vers le crédit renouvelable.…

Crédit renouvelable et surendettement

Le crédit renouvelable est considéré comme étant l’un des principaux facteurs menant au surendettement. On donne l’idée qu’à force de prendre de nombreux crédits renouvelables, les personnes se retrouvent en situation de surendettement, ne pouvant plus rembourser leurs emprunts. Ce n’est pas exact. La grande majorité des surendettés le sont suite à un accident de la vie, et non pas par irresponsabilité. Un divorce, une mort, une perte d’emploi sont bien souvent la cause majeure d’un fichage en Banque de France.

Il est clair que si la personne n’avait pas fait autant de crédits, qu’ils soient revolving, immobilier ou de simples prêts personnels, peut-être qu’elle n’aurait pas été en situation de surendettement. La principale critique qui est faite au crédit renouvelable, c’est de fragiliser les consommateurs face à un éventuel accident de la vie, justement. D’empêcher l’épargne sécuritaire qui permettrait d’avoir une sécurité pour les aléas qu’une personne rencontre au long de son existence.

Plusieurs mesures ont été prises pour mieux encadrer les crédits, pour lutter contre le surendettement. Elles sont à mon sens, inefficaces pour lutter contre le démarchage abusif et la sollicitation constante des acteurs du crédit. Il suffit de jeter un œil sur les différentes images que je vous présente dans cet article, où j’ai tout simplement scanné les propositions de réserves d’argent que j’avais sous la main.

Faut-il interdire les crédits renouvelables ?

Face à tant de critiques, plusieurs voix se sont soulevées, visant à mieux encadrer le crédit revolving, avec par exemple, la création d’un fichier central des emprunteurs. Sur ce fichier, chaque français verrait ses crédits en cours listés.

Cette solution est radicale et permet aux organismes prêteurs de voir directement si oui ou non vous pouvez emprunter. Sauf que, un tel fichier soulève tout autant de problèmes que  de solutions. Le Parti Socialiste, pour en finir une fois pour toutes, propose une réforme toute simple : interdire purement et simplement les crédits renouvelables. Ni même les associations de consommateurs ne demandent tant.

Les associations de consommateurs préfèrent un plafond pour les montants empruntés plus bas, d’avoir en permanence la possibilité de choisir entre un crédit renouvelable ou un prêt classique, l’interdiction d’associer « carte de fidélité » et « réserve de crédit », et finalement une réduction des taux d’intérêts. C’est, depuis la loi Hamon de 2014, des revendications qui sont devenues Loi, sauf la réduction des taux d’intérêts, qui obéissent aux lois du marché.

La loi Hamon, du Parti Socialiste, était la meilleure option face à la proposition initiale d’interdire le crédit renouvelable. Interdire ce type de crédit, c’est trop assister les gens, c’est les dégager de leurs responsabilités, et surtout, pénaliser tout ceux qui se servent des crédits renouvelables avec parcimonie : ils sont tout de même majoritaires !

Avis et conclusion

Par , publié le
eKonomia - Prêt et crédit
Le crédit renouvelable, plus connu sous le nom de crédit revolving, est le plus dangereux des crédits.

Le crédit renouvelable possédait plusieurs noms, ce qui le rendait parfois compliqué à reconnaître. En effet, qui pouvait savoir qu’il était également appelé « réserve d’argent » ? Ou bien encore « réserve de crédit », « crédit permanent » ou « crédit revolving » ? Ce sont tout autant de dénominations pour un seul et même type de crédit, sans doute le plus décrié par les associations de consommateurs, le présentant comme le père de tout les vices, celui qui pousse le plus les familles au surendettement. Les sociétés de crédit, depuis la réforme du crédit de 2010 ont d'ailleurs commencé à moins communiquer sur ce type de crédit. Afin de simplifier et de clarifier ce crédit pour le consommateur, les sociétés financières ne peuvent plus aujourd'hui qu’utiliser le terme de crédit renouvelable dans leurs publicités.

Il n’est pas exact de dire que le crédit renouvelable est le principal responsable du surendettement : 70% des surendettés se sont retrouvés dans cette situation à cause d’un accident de la vie, et non pas par irresponsabilité après avoir trop pris de crédits revolving. Cette somme d’argent que nous pouvons avoir à disposition à tout moment est un crédit que l’on retrouve associé très souvent aux cartes de fidélité des magasins, et qui peut se révéler bien pratique lorsque l'on a besoin d’argent rapidement sans trop de contraintes bancaires… Les forts taux d’intérêts sont en général limités par une faible durée du crédit : il est rare de faire un revolving pour un an, et il est limité à quelques milliers d'euros (4000 euros chez Cetelem, 6000 chez Cofidis ou Sofinco).

Suivez-nous sur facebook


Commentaires

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer