eKonomia
eKonomia : l'argent fait le bonheur

Credit Europe : prêt européen, demande d’argent dans l’Union Européenne

Pour un particulier, il y a tout intérêt à connaître les taux d’intérêts pratiqués à  l’étranger, en Europe. L’activité du crédit est soumise aux lois du marché et de la concurrence : comment trouver le meilleur crédit en Europe ?

Faire un crédit en Europe
Demande d’argent dans l’Union Européenne

De directive en directive, l’Europe, ou plus précisément, l’Union Européenne, poursuit son harmonisation des différentes économies qui la composent. De plus en plus, nous pouvons faire des affaires dans l’UE, surtout depuis l’avènement de l’Espace Schengen et l’Euro. Mais il existe malheureusement encore trop de différences entre les pays de l’UE, notamment des différences de Lois, mais surtout de taxes et de pouvoir économique. Ces différences ne permettent pas aujourd’hui aux pays de tous jouer sur le même pied d’égalité au niveau de la concurrence : un pays aura une main d’œuvre moins chère, un autre aura moins d’impôts.

En France, de nombreuses banques se battent pour présenter le meilleur taux d’intérêt à leurs clients, ce qui permet à la France d’être parmi les meilleurs pays européens au niveau du crédit. Ce n’est pas pour rien si BNP-Paribas est la plus grande institution européenne du crédit à la consommation !

Lorsque l’on cherche un bon crédit en dehors de France, il y a deux aspects à prendre en compte. Le premier, c’est la compréhension de la langue. Il est difficile pour un français ne parlant pas autre chose que le français d’aller vers une banque à l’étranger pour y faire un crédit. La deuxième, la proximité physique : pour obtenir un crédit, il faut pouvoir aller à la banque.

Taux d’intérêts européens

L'Union Européenne

En Europe, les banques de chaque pays proposent des taux d’intérêts très différents. Il y a la pression concurrentielle, mais également la note d’un pays, attribuée par les agences de notation. Pour simplifier la lecture des différentes offres de crédit en Europe, l’UE a harmonisé les différentes façons d’annoncer les taux d’intérêts. On parle désormais de TAEG dans toute l’Europe, le Taux Annualisé Effectif Global. Ce taux représente la quasi-totalité des coûts d’un crédit, sur un an. Il devient donc très facile de comparer les différents crédits entre eux : il suffit de regarder le TAEG.

Notation des pays de l’UE

Les agences de notation attribuent des notes à un pays, ou à des entreprises, comme des banques par exemple. Cette note évalue la capacité d’un pays ou d’une entreprise à honorer ses engagements. En clair, pour ce qui nous concerne : si un pays voit sa note souveraine s’abaisser, ceci veut dire qu’il existe plus de probabilités que ce pays ne pourra pas rembourser l’argent qu’on lui prête. Si tel est le cas, le pays pourra toujours obtenir des crédits, mais ils auront des taux d’intérêts plus élevés qu’auparavant. Les taux d’intérêts représentent toujours le risque : plus il y a de risques à prêter de l’argent, plus les taux sont élevés. C’est pour ça que le crédit renouvelable possède des taux très élevés : c’est un type de crédit beaucoup plus risqué pour le prêteur.

Les banques du pays qui se serait vu mal noté par les agences de notation auront donc plus de mal sur les marchés financiers à obtenir des crédits, ce qui se reflètera forcément sur le crédit final. Un pays mal noté par les agences de notation est un pays qui aura des banques pratiquant des taux d’intérêts plus élevés que dans les pays bien notés. Ceci élimine d’emblée et de façon automatique tous les pays plus mal notés que la France, si on ne parle que de taux d’intérêts.

Exemple de taux d’intérêts en Europe pour un crédit à la consommation

La France est un pays très concurrentiel au niveau du crédit. Elle possède la note maximale des agences de notation, et est un pays avec un très fort pouvoir de négociation, vu son poids économique. De plus, le secteur bancaire est concurrentiel, plusieurs banques opérant sur le marché français. Autant vous le dire tout de suite : on trouve difficilement mieux ailleurs, au niveau du crédit, du moins en 2010.

Nous avons regardé, en septembre 2010, ce à quoi on pouvait s’attendre en matière de crédit. En prenant la même entreprise, Cetelem, et en regardant les différents tarifs qu’elle pratique dans ses différents pays d’implantation. Nous avons donc fait une simulation de crédit, un prêt personnel classique : nous voulons 3000 euros, à rembourser sur 12 mois. En 12 mois, si on paye un crédit à taux zéro, il faut rembourser 3000/12, c’est-à-dire 250 euros.

  • Luxembourg : il est proposé de rembourser par mois 265 euros, pour cet emprunt de 3000 euros. Le TAEG, est de 10,99%. On rembourse donc au final 3180 euros, le crédit aura couté 180 euros.
  • Belgique : il est proposé de rembourser par mois 264 euros, toujours pour 3000 euros empruntés. Le TAEG est donc logiquement plus favorable : 9,99%, 1% de moins qu’au Luxembourg. Le crédit en Belgique coûte ici 168 euros, 12 euros de moins que dans le Grand Duché. Un luxembourgeois, si il veut économiser 12 euros sur son crédit de 3000 euros a donc intérêt à passer la frontière.
  • Espagne : pour un crédit de 3000 euros à rembourser sur 12 mois, les mensualités sont de 267,95 euros. Le coût du crédit est de 215,40 euros. Beaucoup plus cher. La note souveraine est, en Espagne, bien plus mauvaise que celle de la France.
  • France : pour un crédit de 3000 euros à rembourser sur 12 mois, Cetelem propose des mensualités à 253,36 euros. Imbattable. Le TAEG, fixe (les taux ne varient pas), est de 2,5%, une « offre de bienvenue » selon la promotion en septembre 2010 de Cetelem. La France a la note maximale des agences de notation, AAA.

On le voit, l’intérêt pour un français de faire un crédit ailleurs en Europe est forcément ailleurs : ce n’est pas pour le meilleur taux qu’on va voir à l’étranger, mais plutôt pour essayer d’obtenir un crédit plus facilement.

Difficulté à faire un crédit en Europe

En premier lieu, la première difficulté que l’on peut rencontrer, c’est tout simplement de trouver de l’information. Comment savoir quelle est la banque en Europe qui pratique les crédits les moins chers ? Comment savoir si elle permet à un français de faire son crédit pour sa maison française ? Il faut au moins parler plusieurs langues, afin de bien comprendre le crédit qu’on nous propose. Si on n’est pas capables de lire le contrat, mieux vaut ne rien signer du tout ! Mais, on l’a compris, au vu des taux pratiqués en France, c’est surtout la possibilité de pouvoir faire un crédit à l’étranger, quand les banques françaises ferment leurs portes, ou de faire un crédit en accord avec sa religion, un crédit islamique.

Fiché à la Banque de France

Un fiché à la Banque de France, au FCC ou au FICP aura beaucoup de mal à obtenir un crédit. Ce n’est pas totalement impossible s’il met un bien en hypothèque. C’est pour cette raison que la tentation d’aller voir au pays d’à coté si on prête de l’argent aux FICP est forte. Beaucoup de frontaliers y pensent, et à raison ! En règle générale, il vaut mieux demander un crédit immobilier à sa banque, celle où sont nos revenus. Les autres pays de l’UE ne sont pas moins laxistes que la France en matière de crédit. L’espoir réside principalement dans le fait que les banques étrangères ne consulteraient pas les fichiers de la Banque de France.

Mais justement à cause de cet état de fait, les banques étrangères ont beaucoup de mal à prêter à un étranger ! A moins d’apporter de solides garanties, il n’est aujourd’hui pratiquement pas possible d’avoir un crédit dans un pays de l’UE autre que le sien. Le cas change un peu de figure pour les frontaliers, ceux qui travaillent d’un coté de la frontière, mais habitent de l’autre. Bien souvent, leurs revenus sont fixés sur un compte bancaire du pays où ils travaillent. Pour ce cas de figure, la banque peut prêter de l’argent : elle connaît bien son client. Pour obtenir un crédit à l’étranger, il faut donc soit y résider, soit y travailler, seul moyen pour une banque d’avoir confiance en son client.

De plus, il faut savoir autre chose : beaucoup de ces banques peuvent être des succursales de banques Françaises, ou avoir un partenariat, ce qui leur permet de s’échanger des informations sur leurs clients.

Comment faire un crédit en Europe ?

Arnaque au crédit : attention aux courtiers

On voit souvent des courtiers sur Internet proposant de négocier pour ses clients le meilleur taux dans toute l’Europe. En effet, il est assez simple d’ouvrir un compte bancaire en Espagne, et d’y faire une demande de crédit. L’Espagne a moins de restrictions bancaires qu’en France ! Mais on l’a vu, en contrepartie, sa note souveraine est plus mauvaise, ce qui provoque systématiquement un taux d’intérêt plus cher pour le client.

Ce qu’on ne vous dit pas, c’est que bien souvent, les conditions habituelles d’obtention d’un crédit peuvent changer, de pays à pays. Au Portugal par exemple, il est très courant de faire un crédit immobilier à taux variable sur 50 ans, ce qui est totalement impensable en France ! Tenter d’obtenir un crédit à tout prix en Europe lorsque l’on est fiché, c’est la chose à ne pas faire ! Les courtiers qui promettent ce genre de crédit ne travaillent pas pour votre bien. Ils pourront peut-être l’obtenir (ce dont je doute très fortement, par contre ils feront payer cher leurs services), mais sincèrement, il vaut mieux racheter ses crédits en France et rembourser ce que l’on doit, plutôt qu’une fuite en avant.

Credit Europe Bank : le nom de « Credit Europe » est juste un nom commercial. C’est une banque des Pays-Bas qui porte ce nom. Elle possède plusieurs filiales dans d’autres pays. Ce n’est donc pas une banque spécialisée dans le crédit dans l’UE, c’est une banque comme une autre.

Faire un crédit immobilier en Europe

Il est possible d’obtenir un crédit immobilier en dehors des frontières nationales. Si par exemple on veut acheter une villa en Toscane, il y a possibilité de discuter avec une banque italienne. La villa en Toscane servira alors elle-même de garantie sur l’emprunt. Ceci est à négocier avec l’agence bancaire toscane qu’on aura choisie, et qui posera ses conditions pour octroyer un crédit immobilier. Les crédits immobiliers sont complexes et très réglementés, avec de nombreuses lois visant à protéger le demandeur. Nous avons longuement abordé le sujet dans l’article « crédit à l’étranger ». De plus, il est peut être plus intéressant de profiter des prêts à taux zéro ou du crédit d’impôt auquel on aurait éventuellement le droit en France, chose impossible si on demande un crédit ailleurs dans l’UE. Le problème ne se pose pas si on habite à l’étranger et qu’on y travaille, évidemment.

De nombreuses banques étrangères, pour aider leur marché immobilier interne et pour capter de nouveaux clients, proposent des prêts immobiliers spécifiques pour les étrangers désireux d’acheter une maison, un appartement dans leur pays. La France le fait également, et vise des nationalités précises. Il faut que la banque soit habituée à travailler avec le pays d’origine du demandeur.

En revanche, si on aborde une banque italienne pour acheter une maison en France, la tâche est beaucoup plus compliquée, pour ne pas dire impossible. Il faut bien comprendre que les banques étrangères ont du mal à suivre un achat en dehors de leur territoire national : la prise de garanties est beaucoup plus complexe, les lois d’un pays à l’autre changent, et l’agence bancaire ne sait pas forcément toutes les subtilités légales de l’autre pays. L’UE, contrairement au crédit à la consommation, n’a pas encore harmonisé le crédit immobilier en Europe.

Si vous n’avez aucune affaire (travail, lieu de résidence habituel), autant dire que c’est une mission impossible que d’obtenir un prêt pour acheter en France, mais la situation évolue, avec l’UE qui pousse pour harmoniser le marché du crédit, et de l’argent en général.

Faire un crédit à la consommation en Europe

L’Union Européenne a adopté en 2008 une directive visant à ouvrir le marché européen du prêt à la consommation, afin que chaque européen puisse faire un crédit dans le pays de son choix. C’est pour cette raison si désormais, toutes les banques européennes présentent des informations identiques, à commencer par le TAEG. Nous ne parlons ici que des crédits à la consommation, prêts avec intérêts, de 200 à 75 000 € et dont le remboursement dure plus d’un mois. Les différents états de l’UE avaient deux ans pour appliquer la directive. En 2010, même si les états l’ont appliquée, pour le consommateur français, cela ne change pas grand-chose : la France est privilégiée en matière de crédit.

Avis et conclusion
Par , publié le
eKonomia - Prêt et crédit
Avec l'UE, il devient possible de faire un crédit dans un autre pays membre.

L’Union Européenne permet aujourd’hui à tout citoyen européen de se déplacer librement dans les pays membres, de s’y établir, d’y travailler. Avec la fin des frontières, il est tout à fait possible d’acheter à l’étranger, et de faire jouer la concurrence entre les différentes offres que l’on peut trouver dans chaque pays.

Mais si on veut faire un crédit ? Est-ce qu’il est possible de faire un crédit immobilier pour acheter sa maison à l’étranger ? L’UE travaille pour que de plus en plus, les capitaux puissent circuler librement, avec la levée des différents obstacles qui pourraient l’en empêcher : taxes, lois, systèmes informatiques…

L'UE tend à unifier économiquement les différents états membre, mais il y a encore du chemin à parcourir avant de pouvoir faire librement un crédit partout en Europe.

Suivez-nous sur facebook



Commentaires