Qui doit payer les obsèques ? Aides et crédit pour un enterrement

Il faut payer les obsèques, qui peuvent être parfois très chères, surtout si la personne décédée n’avait rien prévu pour ses funérailles… C'est sans doute tabou, mais le crédit a ici toute son importance.

Par , à jour le

Crédit pour payer les obsèques
Les obsèques sont bien souvent une dépense considérable.
  1. Le testament et les dernières volontés du défunt
  2. Assurance décès : payer « en avance » ses funérailles
  3. La personne décédée n’a pas assez d’argent pour payer ses obsèques
  4. Aides pour payer les funérailles
  5. Obsèques et caisse de retraite
  6. Le Capital Décès de la Sécu
  7. Mutuelle et funérailles
  8. Obligation de la mairie de payer les funérailles
  9. Faire baisser le prix des funérailles
  10. Crédit et Obsèques

Combien coûte la mort ? Ce tabou de notre société est un sujet de discussion soigneusement évité par la plupart des gens. Combien d’entre nous savent exactement combien coûte un enterrement ? Si on n’y a jamais été confronté, ce n’est pas forcément quelque chose à laquelle on pense, c’est même plutôt quelque chose qu’on évite d’évoquer ! Pourtant, personne n’y échappe, tout le monde est concerné : un jour ou l’autre, nous serons confronté à une telle dépense. La mort est déjà bien assez difficile comme ça, inutile de la compliquer encore plus avec des problèmes d’argent. Nous allons voir comment faire en sorte que ça se passe le moins difficilement possible, que ce soit pour l’enterrement d’un proche ou… pour nos propres funérailles.

Chaque défunt a le droit d’avoir des obsèques. Mais qui paye ? La réponse est simple : le mort lui-même ! Ou plus exactement, les biens de la personne décédée vont servir à payer ses funérailles. Pour des raisons pratiques, l’argent du défunt présent sur ses comptes bancaires n’étant pas forcément disponible immédiatement, un ou plusieurs de ses héritiers peut avancer la somme nécessaire aux frais funéraires, se faisant rembourser plus tard sur les biens de la succession.

Bon à savoir : l’agence de pompes funèbres peut en général prélever directement sur le compte bancaire du défunt l’argent nécessaire pour les funérailles, dans la limite de 3050€. Les héritiers fournissent à l’agence un RIB de la personne décédée.

Le testament et les dernières volontés du défunt

C’est la « personne ayant qualité pour pourvoir aux funérailles », généralement un proche parent (conjoint, enfants…) qui se charge d’organiser les obsèques. Elle est celle qui, en principe, sait le mieux comment le défunt aurait voulu que s’organisent ses propres funérailles, en absence de testament. S’il n’y a pas d’accord entre les héritiers pour savoir comment organiser les funérailles, il faut saisir le tribunal d’instance du lieu de décès, qui rendra sa décision dans les 24h.

La présence d’un testament est vérifiée en consultant le « Fichier Central des Dispositions de Dernières Volontés » (FCDDV), plus connu sous le nom de « fichier des testaments ». Sur le testament, on peut trouver les bénéficiaires des biens du défunt, ce qu’il faut faire du corps du défunt (inhumation, crémation…), la désignation de la personne chargée d’appliquer les volontés du défunt et la désignation d’un tuteur pour ses enfants.

Plaques au crématorium du Père Lachaise, plus grand cimetière de Paris.
Plaques au crématorium du Père Lachaise, plus grand cimetière de Paris.

Le testament, étant le document principal pour s’assurer que les funérailles désirées soient correctement exécutées, est crucial. C’est, au moment du décès, la première chose à consulter. Bien sûr, toutes les dernières volontés du défunt doivent être compatibles avec ses propres biens et la Loi. On ne pourra pas lui bâtir un mausolée en or en plein Paris, s’il n’avait pas obtenu l’autorisation de la Mairie de Paris, et encore moins s’il n’en avait pas les moyens financiers.

Décès et impôts

Au moment de faire le calcul des droits de succession, il faut savoir que les frais funéraires sont déductibles, dans la limite de 1500 euros. En clair, au moment d’hériter, ces 1500 euros ne seront pas comptés dans les biens du défunt devant être taxés (le terme technique est « actif net taxable ») et il ne faudra donc pas payer d’impôts de succession dessus.

Assurance décès : payer « en avance » ses funérailles

Il existe plusieurs organismes qui proposent de prévoir à l’avance les frais funéraires, afin de simplifier les problèmes d’organisation et de financement des funérailles aux héritiers. La personne contracte ces « garanties obsèques » de son vivant, et s’assure ainsi qu’elle aura des funérailles conformes à ses volontés, sans causer de tracas à ses héritiers.

Il existe plusieurs types de contrats de financement d’obsèques, chaque entreprise proposant à ses clients des services différents. Si vous recherchez pour vous-même une garantie obsèques, nous vous conseillons fortement d’aller voir plusieurs sociétés avant de faire un choix. Trois grandes familles d’assurances sont à noter :

  • Les assurances obsèques : ces assurances peuvent se charger de quasiment toutes les formalités, de la prise en charge intégrale des obsèques, du rapatriement du corps si nécessaire jusqu’au choix de la société des pompes funèbres en passant par la sépulture. Le capital de ces assurances n’est versé qu’à la mort du souscripteur. C’est l’idéal quand on ne veut rien laisser au hasard pour ses propres obsèques.
  • Les assurances décès : c’est une assurance que l’on souscrit afin de constituer un capital qui sera versé aux proches du souscripteur à sa mort. Les bénéficiaires disposent à leur guise du capital, ce qui peut par exemple les aider à payer les frais de succession. Certains contrats proposent d’y ajouter certains vœux quant au déroulement des obsèques.
  • Les assurances-vie, un produit d’épargne très populaire en France, proposé par les banques. Les assurances-vie se limitent à verser un capital au terme du contrat.

Le choix pour l’un ou l’autre contrat doit être dicté par les héritiers que l’on a. Si l’on sait que ses héritiers ne seront pas capables d’assumer ou de respecter les dernières volontés du défunt, mieux vaut opter pour une assurance obsèques. Pour trouver de bons exemples de possibilités de financements, je vous invite à consulter la mutuelle française spécialisée en prévoyance obsèques : MUTAC, créée en 1973 par des associations crématistes.

La personne décédée n’a pas assez d’argent pour payer ses obsèques

Dans ce cas, tout le monde le sait, c’est à la famille de payer les funérailles… mais encore faut-il savoir ce qu’est la « famille », et encore faut-il que le défunt en ait une, de  famille. De plus, dans la famille, qui doit payer quoi ? Est-ce que le frère du défunt doit payer plus que le fils du défunt ?

Pour mieux comprendre, il faut savoir que les frais funéraires, si le défunt n’avait pas assez d’argent, sont assimilés à une dette alimentaire, c’est-à-dire le devoir d’assistance que les ascendants (parents, grands-parents) ou les descendants (enfants, petits-enfants) doivent à une personne.

Le conjoint marié est également considéré comme étant un héritier de plein droit, avec la particularité d’avoir l’usufruit de la totalité des biens si le couple avait eu des enfants ensemble. Il peut opter, à la place de l’usufruit, d’hériter d’un quart en pleine propriété des biens de son conjoint décédé. Si le conjoint n’était pas marié, il n’a le droit à rien : les enfants se partagent l’héritage.

Il convient ainsi de parler des « ayant droit ». Sous ce terme, on parle tout simplement des héritiers, descendants ou ascendants. Puisqu’ils touchent l’héritage, ils doivent organiser les funérailles. Chaque héritier doit payer les funérailles suivant sa part de l’héritage, c’est aussi simple que cela. Même s’il renonce à l’héritage, il doit tout de même payer sa part des frais funéraires s’il en a les moyens, comme nous l’indique l’article 806 du code civil :

« Le renonçant n’est pas tenu au paiement des dettes et charges de la succession. Toutefois, il est tenu à proportion de ses moyens au paiement des frais funéraires de l’ascendant ou du descendant à la succession duquel il renonce. ».

Les frais funéraires doivent toujours être remboursés dans la limite des possibilités des héritiers. Il n’est pas question de faire payer une pierre tombale de luxe à qui ne touche que le smic !

Pour faire simple, prenons un cas concret : un couple marié, avec deux enfants. Le mari meurt, sans testament. La femme hérite d’un quart des biens, et doit donc s’acquitter d’un quart des frais funéraires. Les deux enfants devront payer le reste, à part égales. Les parents ou les frères du défunt n’ont rien à payer, vu qu’ils n’héritent de rien.

Aides pour payer les funérailles

Quand la famille n’a pas assez d’argent pour payer la totalité des frais funéraires, il existe des solutions, suivant la situation du défunt, pour pouvoir accomplir ses dernières volontés. Les aides sont différentes si le défunt était mineur, chômeur, salarié ou retraité.

Obsèques et caisse de retraite

Toute personne ayant payé les obsèques peut demander à la caisse de retraite du défunt de se faire rembourser les frais funéraires, sur les sommes (arriérés de pension) dues au moment du décès, dans la limite de 2 286,74 euros (15 000 francs). Cette créance est privilégiée, et doit donc être réglée prioritairement par la caisse de retraite.

Pension de réversion

Quand une personne meurt, sa pension de retraite peut aller en partie à son conjoint, même si elle n’était pas encore retraitée. C’est ce qu’on appelle la « pension de réversion ». Cette pension de réversion est versée au conjoint, mais aussi aux ex-conjoints si le défunt avait déjà été marié. Si plusieurs ex-conjoints existent, le calcul se fait en proportion du nombre d’années de mariage, celui qui a été marié le plus longtemps touchant plus d’argent. Pour y avoir le droit, il faut avoir au minimum 55 ans, et ne pas dépasser un plafond de ressources annuel : 19614,40 € si on vit seul, 31383,04 € si on vit en couple (chiffres 2013). Il faut en faire la demande auprès de sa caisse de retraite si on perçoit déjà une pension de retraite, ou auprès de la caisse de retraite du défunt.

Les caisses de retraite complémentaires peuvent également participer à la pension de réversion : la CNAV fait une demande aux autres organismes pour savoir si le défunt en bénéficiait. Les caisses de retraite complémentaires n’exigent pas de conditions de ressources, contrairement à la CNAV.

Le Capital Décès de la Sécu

De l’argent (un capital) est versé par la CPAM pour faire face aux frais funéraires à la mort de la personne relevant du régime de la Sécurité Sociale. Pour avoir le droit au capital décès, le défunt devait répondre à l’une des conditions suivantes au moment du décès :

  • salarié ;
  • chômeur indemnisé par Pôle emploi ;
  • titulaire d’une pension d’invalidité ou d’une rente d’accident du travail ou de maladie professionnelle correspondant à une incapacité physique permanente d’au moins 66,66 % ;
  • il était en situation de maintien de droits.

Ce capital correspond à 3 mois de salaire du défunt (calcul basé sur les dernières fiches de paye de la personne décédée), dans la limite de 9258 euros (au 1er janvier 2013). L’argent est versé aux personnes qui étaient à la charge effective du défunt, totale et permanente (typiquement, les enfants). S’il n’y a pas de personnes à charge, le capital décès est versé, par ordre de priorité, au conjoint, marié ou pacsé, aux enfants et finalement aux ascendants (parents). Les personnes prioritaires doivent faire la demande du capital décès dans le mois suivant la date du décès. Passé ce délai, les bénéficiaires prioritaires sont considérés comme des bénéficiaires secondaires, et ont deux ans pour faire la demande du capital décès.

Le versement du capital décès n’est pas automatique. Il faut en faire la demande auprès de la caisse d’assurance maladie de l’assuré décédé.

Capital décès fonctionnaire

Les règles d’attribution du capital décès pour les fonctionnaires sont un peu différentes, dépendant de son âge au moment du décès.

  • S’il avait l’âge légal de départ à la retraite, le capital décès est égal à 3 fois le montant du dernier traitement indiciaire brut mensuel d’activité du fonctionnaire, dans la limite de 9258 euros.
  • Si le fonctionnaire n’avait pas encore atteint l’âge de la retraite, le capital décès est égal à un an de traitement indiciaire brut, ainsi que des éventuelles primes. Le capital décès est majoré de 823,45 euros pour chaque enfant de moins de 21 ans et non imposables sur le revenu, ou infirme (chiffres 2013). 1/3 du capital décès revient au conjoint, le restant revenant aux enfants. En cas d’absence d’enfants de moins de 21 ans ou infirmes, la totalité du capital décès revient au conjoint.

Comme pour la sécu, le versement du capital décès des fonctionnaires n’est pas automatique. Il faut en faire la demande auprès de l’administration du fonctionnaire décédé.

Les retraités, qu’ils soient issus du privé ou de la fonction publique, n’ont pas de capital décès. C’est la pension de réversion que nous avons vu plus haut et le remboursement des frais funéraires qui leur sont appliqués.

Allocation de veuvage

Pour le conjoint survivant de plus de 55 ans, on l’a vu, il existe la pension de réversion. Mais à moins de 55 ans, c’est l’allocation de veuvage qui fonctionne, pour une durée de 2 ans. Cette allocation est réservée aux personnes relevant du régime général. Pour pouvoir bénéficier de l’allocation de veuvage (602,12 € par mois, chiffres 2013), il ne faut pas vivre en couple depuis le décès du conjoint (ne pas s’être remarié, ou pacsé, ou vivre en concubinage). Il faut également ne pas dépasser le plafond de ressources, 2257,95 € par trimestre (chiffres 2013).

Mutuelle et funérailles

Si le défunt avait une mutuelle, personnelle ou d’entreprise, il faut savoir qu’il est peut-être possible d’avoir une participation aux frais funéraires, suivant le type de contrat qui avait été souscrit. Il faut donc se rapprocher de la mutuelle du défunt pour leur signaler le décès, mais également pour savoir s’il y a lieu à un versement d’allocation pour les frais d’obsèques.

Quand il s’agit d’un contrat collectif de prévoyance au sein d’une entreprise, on verse en général un capital décès correspondant à un pourcentage du salaire annuel du défunt. Ce capital décès est versé à la personne que l’assuré avait désignée sur son contrat, et qui n’est donc pas forcément le conjoint, ou les enfants : il pouvait désigner qui bon lui semblait.

Obligation de la mairie de payer les funérailles

Lorsque le défunt et sa famille n’ont aucun moyen de payer les frais funéraires, c’est à la commune du lieu de décès d’organiser les obsèques. Les mairies sont réticentes à payer les frais funéraires, il faut bien sûr prouver que la famille n’a pas les moyens financiers. C’est à la mairie d’apprécier si la famille du défunt n’a pas assez de ressources pour payer les frais funéraires, d’où les réticences. Elle peut s’aider des services du centre communal d’action social pour faire son évaluation, au cas par cas, des demandeurs d’aide pour les frais funéraires. Quand c’est la mairie qui paye, la famille est obligée d’accepter les funérailles « par défaut » de la commune. Le défunt est placé dans le cimetière communal pour une durée de 5 ans. Au bout des 5 ans, il sera mis dans un ossuaire.

Un cimetière et ses tombes.
Un cimetière et ses tombes.

Le CCAS et l’aide communale pour payer les obsèques

L’assistance sociale de la commune de résidence peut venir en aide pour les obsèques. Au-delà de l’aspect financier, l’assistance sociale peut guider la personne dans le besoin à trouver les bonnes aides pour financer les funérailles, ou faire la liaison avec la mairie pour obtenir le financement des obsèques. Dommage qu’il n’y ait pas de CCAS (centre communal d’action sociale) dans toutes les communes de France.

Faire baisser le prix des funérailles

Il peut sembler mesquin de discuter du pris des funérailles, ou que l’on manque de respect envers le défunt à « chipoter » sur les frais de son enterrement. Mais, et c’est une opinion personnelle, le défunt préfèrerait peut-être que l’argent économisé sur ses funérailles aille dans l’éducation de ses enfants !

Il ne coûte pas grand-chose de bien s’informer sur les tarifs pratiqués par les professionnels, de bien les choisir et de ne pas hésiter à faire jouer la concurrence en demandant des devis. Et puis, en s’informant bien, il est peut-être possible « d’offrir » un plus belle pierre tombale à l’être aimé que ce que l’on avait imaginé au départ. Il faut avoir en tête que selon une enquête d’UFC Que Choisir de 2011, que la prestation minimale pour une inhumation (hors concession et taxes) peut aller de 1300 euros à 2000 euros suivant les agences.

Prix des funérailles, à titre indicatif

Une inhumation coûte en moyenne 3000 euros, dont 1000 euros pour le cercueil. Les crémations sont un peu moins cher, à 2500 euros en moyenne, les premiers prix débutant à 1200 euros, contre 1300 pour une inhumation. A ce prix, le monument funéraire n’est pas inclus. Les prix des monuments funéraires démarrent dans les 1000 euros pour les crémations, 1400 pour les inhumations.

Prix d’une concession funéraire

Le prix de la concession funéraire (l’emplacement de la tombe) est très variable d’une commune à l’autre. Ce tarif dépend également de la durée de la concession. A titre d’exemple, une concession perpétuelle à Paris coûte plus de 10000 euros. Par exemple, une concession perpétuelle au Père Lachaise de 2m² coûte, en 2013, 13698 euros. Une concession pour trente ans quelque part en banlieue parisienne coûte aux alentours de 700 euros. Une concession perpétuelle à Montpellier ne coûte 4000 euros. On le voit, le prix des concessions ressemble beaucoup au prix de l’immobilier.

Crédit et Obsèques

La dernière solution, si on veut payer les obsèques que l’on désire à l’être cher disparu, et de prendre un crédit. Il existe plusieurs types de crédit, à commencer par les facilités de paiement des agences de pompes funèbres. Souvent, elles permettent, en association avec une société de crédit, de payer en plusieurs fois les frais funéraires, à des taux d’intérêts souvent très avantageux, voire à 0%.

Il est également possible d’opter pour le microcrédit social, que l’on peut obtenir pour financer les obsèques. Des organisations caritatives ou des communes possèdent ce type de dispositif.

Pour finir, un crédit classique, auprès d’une banque ou d’une société de crédit. Il faut bien sûr répondre aux conditions exigées pour pouvoir faire un crédit, à savoir la règle d’or : que la somme de tous les crédits que l’on rembourse ne dépasse pas un tiers de ses revenus.

Qui paye le crédit après la mort ?

Si la personne décédée avait encore des crédits à payer, c’est aux héritiers de payer ces dettes, s’ils acceptent la succession. Pour certains crédits, comme le crédit immobilier par exemple, l’emprunteur a pu contracter une assurance qui rembourse le crédit à sa mort, les héritiers n’ayant alors rien à payer, à part bien sûr les impôts sur la succession.

Vous avez aimé ? Partagez l'article avec vos amis !

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 vote(s), moyenne : 5,00 de 5)
Loading...

Qui doit payer les obsèques ? Aides et crédit pour un enterrement : l'avis d'eKonomia

eKonomia - Prêt et crédit
Difficile de faire les bons choix quand il s'agit des obsèques d'un proche.

La perte d’un être cher est un des moments où une personne est le plus fragile émotionnellement, n’étant pas forcément capable d’évaluer et de juger correctement les différentes possibilités de financement des obsèques. Il existe pourtant de nombreuses solutions, allant du crédit à la consommation classique aux aides de la commune, en passant par les assurances obsèques. Ce qui est certain, c’est que tout le monde a le droit au repos éternel, et tout le monde a le droit aux obsèques. Si la famille ne peut pas les payer, l’Etat, à travers la commune du lieu de décès, doit payer les frais funéraires.

Suivez-nous sur facebook



Forum : participez à la discussion

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Hazera dit :

    Nous la famille avons un petit salaire comment ce faire aider pour les funérailles et les dette

  2. stepanovic dit :

    je suis veuve et je viens de perdre mon fils je dois payer la facture des obseques comment faire il etais demunie

  3. nunez dit :

    si ma tante (épouse du frère de mon père)qui n’a pas d’enfant ni famille de son côté, ni gros revenu, décède, qui devra régler les frais d’obséques?

  4. DUCOM dit :

    ma mère est en fin de vie. N’ayant jamais travaillé, elle touche la pension de réversion de mon père qui s’élève à 800€.Je ne touche que 1100€ de retraite et je suis divorcée. Tous les mois, je verse un peu de ma retraite pour ses obsèques. Mais je ne pourrai pas payer la totalité de ses obsèques. Que dois je faire, puis je demander au notaire de payer les obsèques qui seront de la vente de sa maison

  5. antheaume dit :

    pourquoi le defunt a paye ses obsèques 6 ans avant son deces les pompes funèbres on repris sur le compte du defunt 1500€ alors que pendant 6 ans ils ont travailles avec 4700€ que le defunt avait regle j aimerais connaitre la raison

    • Ayata dit :

      Lorsque l’on fait un contrat obsèques avec les pompes funèbres, le prix de la prestation est le prix au moment de la signature du contrat. Au moment des obsèques, si les prestations ont augmenté (ce qui est plus que certain), il faut payer la différence. Exemple : cercueil à 500€ au moment de la signature, 700€ coût de ce même cercueil au moment du décès = 200€ à régler en plus.

  6. Blanchet dit :

    Mes enfants on perdu leur pere qui est décédée ils savaient couper les pont a
    Avec lui comment refuser l héritage les
    Dettes qu il avait ( logement ,facture,crédits ) étant donner que mes ces enfants ne travaillent pas ????

  7. Cappelli dit :

    Bonjours, un amis est décédé en juin et c’est moi qui ai signé la procuration pour que les pompes funèbres puisse prélever l’argent. Mais voilà que l’argent n’y est pas et les huissers me harcèle pour que je paye la facture! Je dois prendre un avocat?????

  8. olivero dit :

    Bonjour,mon pére est décedé le 1 fevrier2014,ma mére vient de recevoir la facture des frais d’obseques aujourd’hui,je suis allee voir à sa mutuelle,mais il n’est plus possible d’avoir une aide,le délai d’un an est dépassé,c’est une somme ssez conséquente,et ma mére est en maison de retraite provisoire,donc plus beaucoup d’argent,que puis je faire pour trouver une solution

  9. géraldine khalfa dit :

    Bonjour je viens d apprendre que mon ex mari était décéde ,pendant son travail ;alors qu il entrainait un cheval dans un Harras de civase le sablonnet a le Lude dans la sarthe ,il sagit d un accident du travail il serait tomber de cheval,et j ai appris qu il avait eté enterré en fausse commune car pas d argent.mais vue que la mort était pendant son travail .es ce normal,qu il y a pas eu des indemnitées pour payer les funerailles.çela s est passé le 22 fevrier 1997 ;et je viens juste d apprendre celà.merci

  10. MARLRIKA dit :

    Juste rajouter pour les personnes prises en charges par la commune CCAS si vous avez un tombeau familial le corps peut y être déposé..

  11. MARLRIKA dit :

    Bonjour à tous!
    Je viens de lire certains de vos messages et je sais combien c’est dur de ne pouvoir enterrer un père , une soeur un ami..
    Alors voilà pour tous ceux qui ne peuvent vraiment pas faire face dirigez vous directement en mairie avant de vous rendre aux pompes funèbres au service CCAS de votre ville.L’enterrement est prit en charge avec un service minimum (service indigent)
    Il faut savoir qu’un enterrement est considéré comme une dette alimentaire qui est du en priorité par les héritiers mari, ou femme , les enfants, les parents et les grands parents.
    Si le défunt était salarié faire la demande du capital décès à la CPCAM 3 mois de salaires environ minimun et la mutuelle ( puisque aujourd’hui obligatoire) ou la caisse de retraite pour les retraités.
    Pour Sloan je pense que vous devriez envoyez votre facture au notaire celle ci ferait partie des dettes du par le défunt et bien sur par les héritiers universels.
    Bon courage à tous…

  12. dhermy dit :

    Bonjour,

    Mon mari vient de décéder sans testament.
    il a 2 enfants d’un 1er mariage.
    Ceux-ci souhaitent que les choses se passent pour le mieux étant donné le fait que nous n’avons que des comptes bancaires et pas de biens achetés en communauté.
    Ne pensez-vous pas que le notaire (au lieu de faire du zèle)pourrait simplifier les choses – ou dois-je prendre un avocat?

    Avec mes remerciements

  13. josiane dit :

    mon frére vit seul je l’aide tant que je peux il n’a jamais souscrit de capital obsèque en cas de dc qui va régler?

  14. linglet marie pierre dit :

    ma soeur a toucher l assurance obsceque de ma mere mais avec l argent elle ne paye pas les pompe funebre a t elle le droit
    j ai obtenu un certicat d heriditer est ce que je peut faire quelque chose pour qu elle paye car elle me dit que c est pas elle qui a toucher mais je suis presque que sue que c est elle est ce que j ai le droit de demander le contrat obseque a l assurance pour savoir si c est bien elle qui a toucher l argent merci

  15. chevasson dit :

    ma mère divorcé vivant seule 67ans est décédé en janvier2016,étant moi mème sa fille unique,j’ai due pendre les choses en main pour sont enterrement pas facile quand ont connais rien sur le sujet. Ses frères et sœurs 11 au totale ont accepter de la mettre dans le caveau familiales ou repose déjà mes grands parents.Maman ne percevais qu’une petite retraite,aucun contrat assurance vie ou autres rien. la CNAV me dit que je ne peut être aider pour le montant des obsèques 3310,00 EURO,j’ai un handicap inférieur a 80°/et une enfant handicaper qui dois ce faire opérée et peut de revenu RSA.Toutes sa familles ma tourner le dos suite à cette dette aucune aide ny soutiens.J’ai due faire un chèque de caution pour ses funéraille et faire une oppositions a la banque Obliger je dispose pas de se montant, AMELI a refuser ma demande de capital décès (travailler pas). ..Je me suis rendue au CCAS pour m’aider à purger cette dette,quel aide je peut prétendre? j’ai aussi déposer et reçu ma renonciation de bien etc pour me protéger éventuelle dettes que maman aurais contracter.pouvez vous m’aider dans le suivie merci de vote aide.

  16. Comparin dit :

    C’est triste, on devrais pouvoir enterrer ses mort gratuitement quitte à creuser
    la tombe de ses proches de ses propres mains…

    Je suis en deuil, et ce business me donne envie de vomir.

  17. jouffroy dit :

    bonjour
    mon frère viens de décédé et étant exclu de ma famille depuis presque vingt ans pas un coup de téléphone même lorsque mon père est décédé personne n a voulu m emmener le voir une dernière fois car je suis handicape et ça fait deux ou trois jours que mon frère est décédé et pas de nouvelle des formalité qui sont en train de faire j ai des contact avec une de mes sœur sur trois qui m a dit que je devrais participe aux frais d obsèques il vont me contacter au bout de temps d année juste pour me demander de l argent que je n est pas je ne suis pas d accord?pour moi ce sont des étranger même ma propre mère me téléphone jamais et ne m aide pas pourtant elle pourrais
    quoi faire si on me réclame de l argent
    je vous remercie si vous pouvez me renseigner
    cordialement

  18. princesse06 dit :

    Bonjour
    ma tante est décédée au mois de novembre 2015
    .Elle avait souscrit une assurance obsèques depuis de nombreuses années. N’ayant pas d’enfants c est moi qui me suis occupée de son enterrement et qui ai signé la facture
    Ma tante n’ayant aucun bien, aucun notaire n a été contacté
    A ce jour l assurance pro Btp ne veut pas régler les frais d Obseques
    Que puis-je faire puisque un contrat existe et que ma tante paie depuis de nombreuses années ses échéances ?
    Merci de votre réponse

  19. MARIE dit :

    MON FRERE VIENT DE DECEDER IL ETAIT SEUL SANS ENFANTS SANS RESSOURCES ET PLACE SOUS TUTELLE .QUI DOIT PAYER SES FUNERAILLES EN SACHANT QUE LA PLUPART N4ONT PAS DE RESSOURCES NON PLUS .MERCI

  20. marie dit :

    Ma mère viens de décédé suite a un accident de voiture.elle n avais je crois qu’une petite retaite donc peux de revenue pour payé la totalité des obsèques.nous c est enfants ont de faibles revenus et pour ma part avons des difficultés a finir les fins de mois.es ce qu’il y a des recours pour aider a payé les frais obsèques.

  21. DENIS Edith dit :

    Bonjour,
    Un de mes frères vivait avec, comme seul revenu, d’une pension d’invalidité. Il était seul, sans enfants.
    Malgré les aides qu’il a reçues dans sa vie de notre famille, il avait des comportements méchants et schizophrènes, ce qui a fini par rompre le contact entre nous.
    Aujourd’hui, je ne veux pas payer son enterrement.
    Ai-je le droit de refuser ?
    Je vous remercie pour votre réponse.

  22. DI FOLCO Jean dit :

    Bonjour,
    Ma femme et mon beau frère sont décédés.
    Il reste ma belle mère (pas de beau-père)
    Ma belle soeur et moi-même, ainsi que mes enfants devons payer la maison de retraite (pension alimentaire), puisque sa pension ne suffit pas.
    De mon côté, nous n’avons rien, pas de bien, je vis dans une HLM, ainsi que mes filles.
    Ma belle soeur a des immeubles (mais les frais alimentaires sont partagés entre mes enfants, ma belle soeur et moi-même (le fils de ma belle soeur ne paie rien, puisqu’il ne travaille pas)
    Qui doit payer les frais d’obsèques si ma belle-mère vient à partir, et ai-je droit à une aide de la Sécurité Sociale ? (capital décès ?)
    Merci de bien vouloir me répondre

  23. Isabelle dit :

    Mon employeur ainsi que l employeur de mon mari décédé me propose via la prévoyance le remboursement des frais d obsèques. En revanche aucune garantie n est prévue pour les frais de succession qui s élèvent à plus de 5000 euros pour une seule maison à crédit… puis je obtenir les deux remboursements pour m aider à payer le notaire

  24. gregoire dit :

    voila mon probleme ce va faire 10ans cette annee 2017 que mon ex-mari est decede, donc etant divorcee la concession a ete mise au nom de mes deux filles, mais ma derniere fille a toucher 13000euros d assurance deces de son pere et ma absolument rien donne pour les frais d enterrement et de pierre tombale, et ma premiere fille m a donne sur 13000euros 9000euros pour moi pour m aider a payer les frais alors que j etais divorce, mais la n est pas le probleme aujourdhui 10ans on reclame a mes deux filles le renouvellement c est a dire 300euros divise par deux a payer pour encore 10ans ma derniere de mes filles dit de pas pouvoir payer etant donne qu elle n a jamais travaille elle vit avec son copain et leur fille de 3ans et la elle a demenage dans le midi habite chez des amis, sans travail pour le couple et sans argent et ne vas plus depuis plusieurs annees sur la tombe de son pere donc je lui ai demande de me confier sa concession que je pourrai payer et comme cela je pourrai le faire transferer au cimetiere d ivry qui est plus pres de chez moi etant donne que je suis invalide suite a des problemes de sante, ma grande fille est d accord, mais c est la derniere qui posent probleme que dois-je faire pour obtenir la concession avec ma grande fille je deprime !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! je ne sais plus quoi faire

  25. Despouys dit :

    Bonjour j ai enterré mon père il y a 5 ans, avec aides de la sécurité social et de la CAF ainsi que mes oncles car je suis fille unique et mes parents étaient divorcés. Ma mère touche la réversion de mon père. Est ce possible qu elle se fasse rembourser les frais funéraire ? ? ?

  26. louloute dit :

    ma soeur a toucher l assurance obsceque de ma mere mais avec l argent elle ne paye pas les pompe funebre a t elle le droit
    j ai obtenu un certicat d heriditer est ce que je peut faire quelque chose pour qu elle paye car elle me dit que c est pas elle qui a toucher mais je suis presque que sue que c est elle est ce que j ai le droit de demander le contrat obseque a l assurance pour savoir si c est bien elle qui a toucher l argent merci

  27. mouche dit :

    Je veux bien avoir des renseignements en fait mon père à 86 il est atteint d’une maladie incurable et très compliqué il n’a pas d’assurance pour rapatriement du corps il a une petite retraite il est ancien combattant et victime de guerre
    moi je ne travaille pas et je n’ai pas les moyens de payer ces funérailles en cas de décès est ce qu’il y a des aides pour rapatriement du corps on est du Maroc et qu’elles sont les démarches à faire merci d’avance

  28. jeanniot dit :

    j ai un frere et une belle soeur qui vivent ds les dettes et ce toute leur vie. ils n ont pas denfant. qui doit payer les funerailles.

  29. PIQUET dit :

    MA MÈRE VIENT DE PERDRE SON FRÈRE QUI VIVAIT DEPUIS 50 ANS AVEC SA CONCUBINE SANS ENFANT QUELLE DÉMARCHES FAUT-IL FAIRE IL Y A UN VEHICULE DE L ANNÉE 2008 KM 180000 RESTE EN VIE MA MÈRE DEUX SOEURS ET 1 FRÈRE QUI NE VEUT PAS S ENGAGER DONC MA MÉRE A FAIT TOUTES LES DÉMARCHES SEULE DONC DEVRA-T-ELLE RÉGLER SEULE LES OBSÈCLES QUELLES DÉMARCHES DOIT ELLE FAIRE DANS L ATTENTE D UNE RÉPONSE DE VOTRE PART JE VOUS EN REMERCIENT

  30. tyka dit :

    Bonjour
    je viens de perdre mon mari en juillet et j’ai un fils de 17 qui est scolarisé nous avons pris un plan obsèques qui n’a pas fonctionné et me voila dans l’impossibilité de pouvoir payer ayant un petit revenu et moi de 55 ans donc j’ai eu aucun droit je commence avoir un gros découvert ou je paye que des agio pour l’instant avec des facture en retard si vous avez des tuyau a me donner pour m’aider a m’en sortir je vous en remercie bcp
    cordialement
    tyka

  31. Sloan dit :

    Bonsoir,
    Ma soeur dont je n’avais aucune nouvelle est décédée en Décembre. Pour des raisons compliquées le procureur de la république a refusé la crémation mais autorisé l’inhumation. Son contrat obsèques « crémation » quelle avait réglé fut donc changé en « inhumation ». J’ai réglé la somme de 600euros pour une concession. Ne faisant pas partie de la succession suis-je en droit de demander le remboursement de la concession et espérer que les héritiers règlent les frais d’une pierre tombale? Les renseignements divergent et semblent dessiner une possibilité mais aucune obligation.
    Le testament a été ouvert chez un notaire en province et désignerait deux légataires universels.
    merci pour votre réponse
    Cordialement
    Sloan

  32. petitkiwi dit :

    Ma grand-mère est décédée en juillet dernier. Elle a trois enfants. Son mari est décédé en 1980 à 60 ans. Ma grand-mère ne travaillait pas et elle a touché une pension de réversion puis le minimum vieillesse. On réclame maintenant à ses enfants la pension qu’elle a touché pendant 5 ans à la mort de mon grand-père. est-ce normal ?


En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer