eKonomia

Crédit pour handicapé : comment avoir un prêt pour invalide

Lorsque l’on est handicapé, on a déjà suffisamment de problèmes dans sa vie. La société en général a un devoir d’entraide salutaire envers les personnes qui, pour une raison ou pour une autre, ont plus de risques dans leur travail, dans leur capacité a avoir une rémunération ou un crédit.

Publié dans : Argent, aides et solutions

Crédit pour handicapé
Avoir un crédit quand on est sur un fauteuil roulant ?

Le handicap, frein financier

Rare est l’employeur qui parie sur un handicapé, au vu des contraintes que cela impose parfois : l’entreprise n’est pas équipée pour avoir une personne à mobilité réduite dans ses locaux, par exemple (le fauteuil roulant ne passe pas très bien dans les escaliers…), ou un aveugle… Face à ce risque, les sociétés financières spécialistes du crédit pénalisent bien souvent les personnes handicapées, fort malheureusement, et à fortiori encore plus lorsque le pays traverse une période de crise économique sans précédent. Alors… que faire si on a besoin d’un crédit? Ne serait-ce que pour acheter cette fameuse voiture spécialement équipée pour ceux qui ont un handicap ? Ou pour acheter sa maison, comment faire pour obtenir un crédit immobilier ? Ou pour obtenir un crédit santé qui puisse payer le traitement révolutionnaire qui pourrait estomper les effets du handicap, mais qui n’est toujours pas pris en charge par la sécurité sociale ?

Difficile de convaincre une société privée que rien ne force ou oblige à prêter de l’argent d’accorder un crédit aux personnes qui présentent ainsi un risque accru au niveau professionnel : ce sont plutôt les assureurs qui vont se jeter sur les personnes handicapées, leur proposant des assurances hors de prix. L’Allocation aux Adultes Handicapés, l’AAH, qui fin 2015 était au maximum de 807,65 euros permet d’apporter une modeste sécurité financière, pouvant servir de petite garantie au moment de faire un emprunt, nécessairement modeste.

La convention AERAS

L’état a, par le biais de la convention AERAS, tenté d’apporter une première solution au problème. AERAS pour « S’Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé ». Elle vise à apporter des solutions aux difficultés rencontrées par toute personne ayant ou ayant eu un grave problème de santé, notamment un handicap. Signée entre l’état, le secteur bancaire, les associations de malades et les assureurs, elle est en vigueur depuis 2007. Elle remplace l’ancienne convention Belorguey, désuète et qui ne remplissait clairement pas ses objectifs : en 2004, seules 35 000 personnes présentant un risque de santé aggravé sur les 7 millions que compte la France avaient obtenu une assurance pour leur crédit!

Les emprunts visés par la convention AERAS :

  • crédit immobilier pour handicapé, pour acheter une maison ou un appartement
  • crédit à la consommation pour handicapé dédié, pour acheter un frigo par exemple
  • crédit professionnel pour handicapé, pour créer son entreprise, son cabinet…

La personne demandeuse de crédit aura un questionnaire médical de santé à remplir, et pourra alors emprunter jusqu’à 300 000 euros pour son crédit immobilier ou professionnel. Elle ne pourra pas avoir plus de 70 ans.

Au sujet des crédits à la consommation, il est possible d’avoir au maximum, tous crédits conso cumulés, jusqu’à 17 000 euros sans avoir de questionnaire médical à remplir et si le remboursement de ce prêt ne dure pas plus de 4 ans. La personne handicapée ne pourra pas avoir plus de 50 ans.

C’est une louable intention, espérons que ça se traduise en quelque chose de palpable dans la pratique, pour que les personnes touchées par une invalidité puissent elles aussi obtenir le droit crédit à égalité avec les autres. Ce n’est que justice. Ce qui est sympa, c’est qu’ils s’engagent à faire en sorte que le délais de réponse à l’obtention d’un crédit soit raccourci, de motiver ce refus, et surtout, la confidentialité des données est sauvegardée. Une chance.

Site officiel de la Convention AERAS : www.aeras-infos.fr

Conseils pour avoir un crédit pour handicapé

La première chose à faire, c’est de s’occuper de son assurance. Si on a une bonne assurance qui nous couvre correctement malgré notre handicap, les organismes prêteurs seront beaucoup plus favorables à accepter votre dossier. La deuxième chose à faire, c’est de remplir le questionnaire de santé sincèrement, sans rien omettre. Un bon dossier avec un questionnaire cohérent est plus important, plutôt que de laisser une mauvaise impression sur un mauvais questionnaire qui demandera beaucoup de vérifications de la part de la société financière. Parce qu’ils vérifient. Dernier conseil, sans aucun doute le plus basique : faire jouer la concurrence entre les assureurs, afin d’obtenir le meilleur prix.

Le problème que je vois avec les conventions et les louables intentions de l’état, c’est justement ça : ce ne sont que des conventions et des intentions. Il n’y a pas de réelle obligation juridique pour l’organisme prêteur d’aider les malades chroniques et les handicapés à obtenir un crédit. Ni de solution réellement alternative, parrainée par l’état par exemple.

Il parait que la Macif est assez compréhensive, sinon, peut-être pouvez-vous bénéficier d’un crédit auto pour handicapé chez eux? Il suffit d’observer le petit logo pour les malentendants pour voir qu’ils mettent un point d’honneur à bien servir leurs clients (non je n’ai pas d’actions chez eux).

Crédit d’impôt pour achat d’équipement pour personnes handicapées ou âgées.

Handicap
Handicap
Dans le registre des coup de pouce de l’état, il existe un crédit d’impôts pour la réalisation de travaux et/ou achat d’équipements visant à aider le quotidien des personnes handicapées. Le montant maximum est plafonné à 5000 euros pour un célibataire, 10 000 pour un couple, pour 25% du montant de la facture. La liste de travaux et d’équipements autorisés est précise : elle concerne surtout la salle de bains et les WC, et les équipements visant à faciliter le déplacement ou la sécurité dans la résidence principale.

A savoir : le crédit d’impôt, c’est de l’argent qui sera déduit de vos impôts. Si vous devez payer moins d’impôts que le montant de votre crédit, l’état vous paye la différence. Exemple pratique : on a dépensé 10 000 euros pour améliorer sa salle de bain. Nous avons donc un crédit d’impôt de 25% du montant de la facture, soit 2500 euros. Nous devrions payer 1000 euros d’impôts, mais avec un crédit d’impôts de 2500 euros, l’état va payer 1500 euros à l’handicapé qui a fait des travaux chez lui.

Finalement si plus rien ne va, et que vous n’arrivez décidément pas à obtenir le crédit dont vous avez tant besoin, le mieux, c’est d’écrire directement aux médiateurs de la convention AERAS :

Commission de médiation de la convention AERAS
61, rue Taitbout
75009 PARIS

En souhaitant bon courage à ceux qui recherchent un crédit. Il n’y a pas, malheureusement, de solution facile pour obtenir de l’argent lorsque l’on est handicapé. Ni d’organisme financier spécialisé (une banque pour handicapés, par exemple), ni de réelle ambition de l’état pour faire évoluer les choses et enfin avoir un véritable crédit social pour les personnes handicapées, ou malades chroniques.

Crédit santé : payer l’hôpital, une opération ou une maladie

Les personnes handicapées ont plus de frais médicaux que les personnes valides. Certains soins médicaux sont chers. Parfois même très chers. Et non remboursés par la sécu, même en cas de handicap. Que faire? Comment faire? Par exemple, si vous voulez faire une petite chirurgie esthétique, qui n’est pas remboursée, ou un traitement spécial innovant à l’étranger pour votre maladie? Ou plus simplement une opération au laser pour ne plus porter de lunettes? Lorsque l’on gagne très peu d’argent, que l’on est au chômage, même si on a la CMU complémentaire, c’est, vous en conviendrez, pas suffisant pour ce type de dépenses de santé, qui sont considérées comme étant juste de « confort ».

Si comme bon nombre de français, vous n’avez pas la chance d’avoir une bonne mutuelle complémentaire santé qui vous rembourse bien pour vos frais médicaux, la solution passe par le crédit santé. Ce nouveau type de crédit est beaucoup plus en vogue dans les pays anglo-saxons que par chez nous, qui avons la chance d’avoir un si bon système de santé, malgré les problèmes que nous lui connaissons si bien. Mais parfois, cela ne suffit pas. Prenons par exemple, les dents. De plus en plus souvent, on voit des personnes qui font des voyages à l’étranger, pour aller voir des dentistes! Il existe même des sites web spécialisés pour vous mettre en contact avec des dentistes hongrois. Ces professionnels de santé sont tout aussi qualifiés que les français, mais coûtent beaucoup moins cher, le niveau de vie hongrois étant bien inférieur au français.

Pour ce type de soins, la sécurité sociale ne vous remboursera pas. Mais avec un crédit santé ?

La prothèse auditive, la paire de lunettes ou les soins dentaires en font partie, et nous savons que malheureusement, les frais sont conséquents. Au contraire d’une nouvelle télé ou d’une nouvelle voiture pour laquelle vous prendrez un crédit à la consommation mais qui aurait pu attendre quelques mois de plus en fait, le temps d’économiser, la santé, c’est précieux, elle ne peut pas attendre! Vous allez enfin pouvoir faire votre chirurgie de la myopie au laser :)

Certaines assurances comme April Santé proposent des crédits gratuits de santé, plafonnées en général à 3000 euros de dépenses annuelles. C’est logique si on y pense bien, elles ont tout intérêt à ce que l’on se soigne bien, les assurances. Pour des crédits plus importants, il faudra contacter des agences de crédit plus classiques. Par exemple le Cetelem ou Swiss Life (précurseur du crédit santé en France, dès juin 2007) proposent un crédit santé avec un TEG compris entre 4 et 5%, ce qui est raisonnable.

Avis et conclusion

Par , publié le
eKonomia - Prêt et crédit
Les établissements de crédit sont toujours très frileux pour prêter de l'argent aux personnes "à risque".

Une personne à risque, c'est quelqu'un qui a priori pourrait ne pas rembourser ses crédits à un moment donné, comme par exemple... un handicapé.

Pour bon nombre d'handicapés, ceci est faux : avec un emploi stable et sans souci de santé particulier pouvant empêcher de travailler, il n'y a aucune raison de ne pas avoir de crédit. En revanche, avec l'AAH, c'est une autre histoire, d'où l'importance de la convention AERAS.

Suivez-nous sur facebook


Commentaires

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer