eKonomia

Credit auto, ce qu’il faut savoir

Pour ne pas faire d'erreur avant d'acheter une voiture à crédit, faisons le point sur les différentes possibilités. Il n'y a pas que les banques dans la vie !

Publié dans : Comprendre le crédit et la finance

Credit auto, ce qu'il faut savoir
Crédit pour acheter une voiture

Une voiture, ça peut coûter plusieurs mois de salaire, voire même plusieurs années. Sauf que pour avoir un salaire, bien souvent, il faut une voiture, pour pouvoir aller travailler ! Il est très difficile d’avoir l’argent pour la voiture uniquement en économisant, surtout si on débute sa vie professionnelle. Sans travail, pas de voiture, mais sans voiture, pas de travail ! C’est l’utilité du crédit auto, qui permet d’acheter sa voiture immédiatement. On rembourse par la suite petit à petit, suivant un plan bien défini.

Besoin de voiture : bien choisir son auto

Avant de penser à un crédit automobile, la vraie question à se poser est : « quelle voiture est-ce qu’il me faut ? ». La voiture est un moyen social de reconnaissance pour beaucoup de personnes. Plus la voiture est grosse, plus on est reconnu. Enfin, soit disant bien sûr. Il faut pouvoir aller au-delà de ça, et se dire, de voir, quelle voiture est ce qu’il nous faut vraiment. Si on a une famille et qu’on prend la voiture pour aller tous les jours au boulot, c’est une bonne idée de prendre un monospace, une auto grande et confortable pour les enfants. Si on est un célibataire qui vit en ville, qui ne prend la voiture que de temps à autre pour aller visiter les amis en banlieue, une petite citadine serait sûrement plus adaptée qu’une limousine.

Une fois compris de quelle voiture on a besoin, il faut faire un autre exercice de réflexion, sans doute le plus difficile : voir ce qu’on peut acheter. En fonction, on pourra réviser le choix de notre voiture, et opter pour un grand break au lieu d’un petit coupé, par exemple. Plusieurs options s’offrent à nous, suivant le capital que nous pouvons réunir pour acheter la voiture, la plus dure étant de faire le choix entre une auto d’occasion et une auto neuve.

Simulation credit auto

Avant toute chose, il faut savoir combien d’argent il est possible d’emprunter. Il est nécessaire pour cela de connaître son apport initial : combien d’argent est ce qu’on peut donner, sans avoir à emprunter ? Cet apport est très important, c’est tout autant d’argent qui ne sera pas emprunté, sur lequel on ne paiera donc pas d’intérêts. De plus, une personne qui demande un crédit avec déjà un apport important aura beaucoup plus de facilités à obtenir son accord de crédit auto. En effet, quelqu’un qui a un apport est quelqu’un qui a pu économiser : le profil de l’épargnant est, pour un banquier, celui qui donne le plus de confiance à la banque, car il prouve qu’il n’a pas de problème pour mettre de coté, ce n’est pas quelqu’un qui peut se retrouver facilement en situation de surendettement et donc ne plus pouvoir payer ses mensualités de crédit.

Automobiles sur un péage d'autoroute
Automobiles sur un péage d’autoroute

Une fois son apport déterminé, il faut connaître son taux d’endettement. Le taux d’endettement, c’est la proportion des crédits qu’il faut rembourser, par rapport à ses revenus. Si par exemple il n’y a pas de crédit en cours, le taux d’endettement est de 0%. Il est conseillé de ne pas dépasser 33% de taux d’endettement au moment de faire un emprunt. La banque considère qu’une personne qui n’est pas endettée à plus d’un tiers de ses revenus n’aura pas de problème pour rembourser chaque mois son crédit.

Exemple : si une personne gagne 1000 euros par mois, elle pourra rembourser 330 euros par mois pour son crédit, 33% de ses revenus. La durée n’a pas d’intérêt pour la banque : il est donc possible d’emprunter de une à plusieurs années, ce qui compte vraiment, c’est ce que l’on rembourse chaque mois.

Attention : s’endetter au maximum pour acheter sa voiture pourrait empêcher de faire d’autres projets plus tard. Les banques ne voudront plus prêter de l’argent à quelqu’un qui est déjà endetté à 33% ! Donc si on a l’intention d’acheter quelque chose d’autre à crédit pendant la période de remboursement de sa voiture, il faut le prévoir.

Il existe plusieurs sites internet qui permettent de faire une simulation de crédit auto. Pratiquement chaque société financière propose ce service. Nous conseillons de faire plusieurs simulations de crédit, afin de comparer les différentes offres. Les taux d’intérêts ne seront pas très différents, le crédit auto étant hyper concurrentiel, c’est surtout dans les services proposés par la banque, le concessionnaire ou la société de crédit qu’il faudra regarder, pour faire son choix.

Crédit auto moins cher : comparateur de crédit

Le mieux, pour gagner du temps, c’est de passer par un comparateur de crédit auto, comme par exemple celui de meilleurtaux.com. Le site est très complet, et le lien que nous collons sur l’article vous propose de comparer rapidement plusieurs offres. On rempli ses données, avec ses revenus et ses crédits en cours. Un conseiller reviendra vers le demandeur, avec ses meilleures propositions.

C’est le meilleur moyen pour avoir un crédit auto pas cher. L’autre moyen est de faire soi même toutes les simulations possibles et imaginables, mais sachez qu’un courtier de crédit comme meilleurtaux possède des tarifs préférentiels, en tant qu’apporteur d’affaires, auprès des banques et des sociétés de crédit. Nous conseillons toutefois de se diriger au concessionnaire automobile, qui bien souvent n’a pas de site internet, pour lui demander ses conditions et ce qu’il est possible de faire en matière de financement de son véhicule.

Durée d’un crédit auto

Les durées de remboursement d’un prêt auto vont en général d’un minimum de 12 mois à un maximum de 84 mois, pour l’achat d’une voiture neuve, ou de moins de deux ans. En effet, au-delà de cette limite, la voiture ne vaut pratiquement plus grand-chose, et si on venait à ne plus pouvoir rembourser son emprunt, la société financière, en vendant la voiture, pourrait courir le risque de ne pas pouvoir se rembourser avec une voiture fortement dévaluée. Auparavant, la durée maximale était de 60 mois : cette augmentation de la durée du remboursement est en grande partie à cause de la concurrence, féroce, des acteurs du crédit. Cetelem par exemple, propose des durées allant jusqu’à 84 mois ! Les durées de remboursement pour un véhicule d’occasion sont logiquement inférieures. Cetelem toujours, propose au maximum 72 mois.

Trop de concurrence ont miné les marges des sociétés de crédit. Trop de concurrence notamment des concessionnaires, qui avancent l’argument du financement, le service de crédit, pour pouvoir vendre une voiture : tant mieux pour le consommateur final.

Taux credit auto

La forte concurrence des sociétés financières, des banques, et surtout des concessionnaires, en plus d’allonger les durées de crédit, a également provoqué la chute des taux. En 2010, on observe des TEG (taux effectif global) à 2,5%. C’est encore moins qu’un crédit immobilier, à ce prix, le crédit est presque gratuit. Et en parlant de gratuité, certains concessionnaires, pour vendre, vont même jusqu’à faire du crédit à un taux de 0% ! Reste à savoir ensuite si le concessionnaire n’a pas en fait inclus dans le prix de la voiture le coût de ce crédit soit disant « gratuit ».

Attention tout de même : plus le crédit est long, plus les taux sont élevés. Le taux le plus habituel si on prend pour une durée de 36 mois par exemple avoisine plutôt les 7 ou 8% en 2010.

Frais de dossier, services et assurances de prêt

Les frais, toujours à cause de cette bien heureuse concurrence, sont en général modiques. Une Banque comme LCL par exemple, facture au minimum 60 euros, et un maximum de 120 euros. Chez Cofidis, les frais sont offerts, mais c’est un prêt personnel, plus flexible que le crédit auto classique.

Les services à prendre en compte sont en rapport avec les difficultés de paiement. C’est ici que personnellement, je trouve qu’il vaut mieux payer un peu plus cher son crédit, avec un taux d’intérêt un peu plus élevé, mais avoir un bon niveau de service. Une chose aussi bête que le report de mensualité, ça peut dépanner et vraiment soulager si jamais on a un mois plus serré qu’un autre niveau budget.

Les assurances de prêt sont là pour garantir aux sociétés de crédit que l’on pourra payer quoiqu’il arrive, en plus de leur faire gagner de l’argent via une assurance. Je ne suis pas trop favorable à ce type d’assurances facultatives, sauf si vous pensez qu’il existe un risque raisonnable d’avoir un gros problème de santé ou de perdre son emploi pendant la durée de remboursement du crédit.

Prêt relais auto

Ce type spécial de service est proposé par les banques. Le prêt relais est très commun dans un crédit immobilier, et permet d’obtenir un crédit de très courte durée : en attendant la revente de son appartement, la banque avance les fonds pour acheter le nouveau logement. Le prêt relais peut donc également être utilisé pour l’automobile : en attendant de revendre son ancienne automobile, la banque avance l’argent pour acheter la nouvelle auto.

Cette option reste assez peu commune, on préfère en général choisir un service comme le paiement différé du crédit : on peut commencer à payer son crédit auto trois mois après l’achat du véhicule.

Louer sa voiture plutôt que d’acheter à crédit ?

La location classique est très chère, mais pour qui n’a que des besoins ponctuels de voiture, peut s’avérer beaucoup plus économique. Il est bien sûr moins cher de louer une voiture une semaine par an, plutôt que de l’acheter ! Mais au-delà de ça, il existe deux autres façons de louer une voiture, qui sont bien plus économiques que de passer par une agence de location classique.

Leasing auto, ou crédit-bail

Il existe une autre façon d’acquérir une voiture, de plus en plus populaire : le leasing automobile. C’est tout simplement une location avec option d’achat, ou LOA. Avec le leasing, la société financière achète la voiture à la demande de son client, et la lui loue, contre ce qu’on appelle une redevance : chaque mois, il faut payer à la société financière, pendant toute la durée du contrat, en général de 3 à 5 ans. Lorsque le contrat est fini, on peut acheter la voiture, à un prix qui a été décidé à l’avance. Cette formule est avantageuse pour ceux qui doivent changer souvent de voiture, notamment les entreprises, pour peu que l’on ne dépasse pas le forfait kilométrique du contrat : on ne roule pas tant qu’on veut ! Pour les particuliers, l’avantage réside surtout dans la redevance, qui est bien souvent moins chère que la mensualité du crédit. Bien sûr, ceci n’est plus vrai si vous voulez acheter la voiture à la fin du contrat, mais lorsque l’on commence dans la vie, un contrat de leasing ou de crédit-bail (mot français pour leasing) est plus accessible que le crédit. Le crédit-bail possède en outre l’avantage de ne pas s’ajouter aux dettes : le bilan comptable d’une entreprise, et d’un particulier, est meilleur. En effet, une location n’est pas considérée comme étant une dette !

Il ne faut pas oublier que la société financière demande bien souvent un dépôt de garantie, assez important, dans l’ordre de 15% de la valeur de la voiture neuve. Si on rend la voiture en bon état au bout du contrat (ce qui est rare…), la société financière restitue le dépôt de garantie. Si on décide d’acheter l’auto, le dépôt de garantie est utilisé pour l’achat. Très souvent, le dépôt de garantie est égal au prix d’achat à la fin du contrat.

Location de Longue Durée (LDD)

La location longue durée se distingue de la LOA par l’impossibilité d’acheter le véhicule au terme du contrat. Les avantages ici sont ceux d’une location classique : aucun entretien, la voiture est toujours neuve. Vous la gardez tant que votre contrat dure, la société de location se charge du reste, il n’y a qu’à conduire. En revanche, cette solution est bien sûre assez coûteuse, mais la dépréciation de la voiture n’est plus un problème : on ne paye que l’utilisation. Idéal pour les personnes qui ont besoin d’avoir en permanence une voiture neuve. Par contre, il ne faut pas dépasser le kilométrage prévu dans le contrat, ni rayer ou cabosser la voiture, il faut la rendre comme neuve ou presque.

Crédit auto ou prêt personnel ?

Un crédit auto, c’est un prêt affecté. C’est-à-dire qu’il faut demander un crédit à l’établissement financier pour acheter une voiture déterminée. Il n’y a aucune flexibilité, l’argent mis à disposition ne peut servir qu’à acheter la voiture, et rien d’autre. Un prêt personnel est beaucoup plus flexible, dans le sens ou la société financière attribue un crédit, sans obligation d’achat : le demandeur de crédit fait ce qu’il veut de cet argent. Pour acheter une voiture, ce n’est pas utile de faire un prêt personnel : ils ont invariablement des taux d’intérêts plus élevés. Si le crédit auto n’est pas attribué, il n’y a pas obligation d’achat de l’automobile.

Crédit auto neuve, ou crédit auto occasion ?

Le choix à faire entre une voiture neuve et une voiture d’occasion est fait suivant les moyens de chacun. Une voiture neuve est plus chère, bien sûr, mais aura une durée de vie supérieure. De plus, étant neuve, elle n’a pas de vice caché à cause de l’usage. Il est également plus facile d’obtenir un crédit pour une voiture neuve, même si la différence s’estompe de plus en plus. Toutefois, les autos d’occasion auront presque invariablement des durées de remboursement plus courtes.

Aujourd’hui, acheter une voiture d’occasion chez un concessionnaire de la marque, c’est pratiquement devenu aussi fiable qu’une voiture neuve, avec des années de garantie ou des facilités de financement. S’il nous faut absolument le fameux monospace pour la famille, mais qu’on n’a pas les moyens de l’acheter en neuf, même à crédit, il faut l’acheter d’occasion. D’autres personnes pourraient acheter leur voiture neuve, mais ne trouvent aucun intérêt à acheter quelque chose qui perd bien souvent 25% de sa valeur en un an : à ce tarif, si acheter quelque chose qui a déjà servi ne pose pas de cas de conscience, il vaut mieux acheter une voiture d’occasion relativement récente, en effet.

Qui fait des crédits auto ?

Le crédit auto est le roi du crédit à la consommation : il est utile, personne ne le conteste. Dès qu’il y a un achat automobile, il y a pratiquement un crédit derrière, les personnes achetant comptant étant peu nombreuses. Avec une demande aussi forte de crédit automobile, il est logique que beaucoup d’entreprises veulent entrer dans le marché autrefois fort profitable du crédit auto.

Prêt auto chez une banque

Les banques ont toujours été les partenaires privilégiés des demandeurs de crédit. La banque connaît le profil du demandeur, est habituée à travailler avec, et propose de nombreux services bancaires. C’est sans doute le choix le plus sûr, si on veut être tranquille avec son crédit, même en cas de pépin. Le grand avantage d’une banque, c’est d’avoir un conseiller attitré, qui nous suit tout au long du crédit. En revanche, un tel niveau de service se paye : les taux sont un peu plus élevés qu’ailleurs. Après choisir entre le Crédit Agricole ou BNP Paribas est plus pour moi une question d’affinités, sur la chance de tomber sur des chouettes personnes et une bonne agence, plutôt qu’une marque de banque.

Une banque peut proposer d’associer votre crédit auto avec une épargne auto. Cette solution permet de se constituer un capital qui deviendra un apport au moment de remplacer sa voiture, et est très bien vu de la part de la banque : si l’emprunteur venait à ne plus pouvoir payer son crédit, la banque sait qu’il a une épargne où il pourra piocher dedans pour rembourser son emprunt.

Prêt auto chez une société de crédit

Les sociétés de crédit, comme Cetelem ou Cofidis par exemple, proposent des taux très agressifs et concurrentiels. Ces sociétés possèdent des conseillers, ou plutôt, un service téléphonique performant, qui accompagne les clients. Il n’y a parfois pas besoin de grand-chose de plus, la différence se fait surtout sentir si on a une difficulté à payer sa mensualité à un moment donné. Ce sont des spécialistes du crédit, chez qui la « machine » est très bien rôdée et huilée, il n’y a pas de surprises chez eux.

Prêt auto chez un assureur

Les assureurs proposent pour beaucoup également des crédits auto. Leur intérêt, c’est qu’en favorisant l’achat d’une voiture, ils vendent leurs assurances derrière. Du coup, ils sont très concurrentiels, et proposent des tarifs équivalents aux banques et sociétés de crédit. Derrière l’offre de crédit de la MACIF, de MAIF, de MATMUT etc, se cache en fait une très grande société de crédit, la Socram Banque. Ici, c’est le niveau de service qui prime, avec des crédits accordés à une large partie de la société. On trouvera par exemple à la MAIF des crédits auto aménagement handicap.

Prêt auto chez un concessionnaire

Les concessionnaires, on l’a vu tout au long de notre dossier sur le crédit auto, sont venus bousculer la donne. Avec des tarifs hyper concurrentiels, des crédits faciles à obtenir directement sur le lieu de vente, c’est de plus en plus une option pour les acheteurs de voiture. Le vendeur, pour faire sa vente, dispose là d’un formidable service et argument commercial, que les concessionnaires ne négligent pas. Les principales marques automobiles proposent directement des solutions de financement, comme Renault avec sa société de financement Diac et RCI Banque ou Peugeot, avec Credipar et PSA Finance, pour ne citer qu’eux.

Il faut faire surtout attention, comme évoqué, au prix de la voiture, chez un concessionnaire. Si il offre un prêt à taux zéro, il faut se demander si la voiture n’est pas plus chère qu’ailleurs, et si il ne serait pas en fait possible d’avoir un rabais !

Crédit auto pour FICP, interdit bancaire ?

Le FICP, l’interdiction d’avoir un crédit, empêche évidemment à une personne d’obtenir un crédit automobile, mais pas forcément systématiquement.

Ici l’option serait peut-être de regarder du coté du leasing, moins onéreux, et qui ne provoque pas une interrogation à la Banque de France pour savoir si vous êtes interdit de crédit, vu que ce n’est pas une demande de crédit.

Aides à la mobilité, crédit auto handicap

Les personnes qui ont un handicap, on le sait, ont beaucoup de mal à obtenir un crédit. Le crédit pour personne handicapée est pourtant une réalité, la convention AERAS ayant été instaurée pour faciliter l’obtention d’un crédit ou d’une assurance.

Avis et conclusion

Par , publié le
eKonomia - Prêt et crédit
Une voiture, parfois, impossible d'y échapper : vive le crédit...

Le crédit auto, on le voit, est un marché dynamique, toujours plus concurrentiel. Il est difficile de dire quel est l’organisme prêteur qui pratique le meilleur crédit auto, tout dépend, comme toujours, de ce que l’on attend comme service, comme prix. C’est à chacun de connaître ses besoins. Si rien n’a d’importance, pour peu qu’on aie le crédit, autant le faire tout de suite chez le concessionnaire, et c’est aussi pour ça qu’ils rencontrent beaucoup de succès.

Suivez-nous sur facebook


Commentaires

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer