Comment payer les études supérieures avec un prêt étudiant

Le financement des études passe souvent par le prêt étudiant. Lorsque les parents n'ont pas les moyens de tout payer et que l'étudiant ne peut obtenir de bourse, c'est même la seule solution. Bien sûr, la banque est plus facilement d'accord pour financer des études qui permettent de décrocher un emploi bien rémunéré.

Dossier complet

Comment payer les études supérieures ? Finances et étudiant
Financer ses études est souvent un casse-tête.

Sommaire

  1. Prêt étudiant garanti par l’État : crédit étudiant sans caution
  2. Crédit LMDE
  3. Banques et crédit étudiant
  4. Combien emprunter ?
faire une demande de crédit
Comparer nos meilleures offres étudiantes pour vos besoins de trésorerie

Quand on est étudiant, l’argent peut manquer pour étudier. La bourse ou le job étudiant ne suffisent pas. De plus, travailler peut être négatif pour les études. C’est ici qu’intervient le prêt étudiant.

Le crédit est une bonne solution pour qui aura un emploi bien rémunéré à la fin du cursus. Malheureusement, « on ne prête qu’aux riches » est une maxime toujours d’actualité.

Comment est-ce qu’un étudiant pauvre peut-il avoir un crédit ?

Heureusement, « on ne prête qu’aux riches » peut se transformer en « on prête aux futurs riches », comme nous allons le voir.

credit etudiant

Prêt étudiant garanti par l’État : crédit étudiant sans caution

Une demande de crédit auprès d’une banque s’accompagne d’une garantie, comme expliqué dans notre article sur les garanties du crédit. C’est cette garantie qui va assurer la banque d’être remboursée. L’étudiant fauché, malheureusement, n’a pas de garant à présenter, ce qui lui interdit l’accès aux emprunts. Fort heureusement, l’état, avec son « prêt étudiant garanti », se porte garant auprès des banques de 70% de l’emprunt.

Conditions du prêt étudiant garanti

L’étudiant doit :

  • avoir moins de 28 ans
  • être français
  • ou originaire de l’Espace Economique Européen habitant en France depuis au moins 5 ans

Si pour une raison ou une autre l’étudiant emprunteur ne peut plus rembourser son crédit, il n’aura plus qu’à rembourser 30% de la somme empruntée.

L’état, par le biais de sa banque d’investissement Bpifrance, se porte garant pour un prêt maximal de 15000 euros, que l’étudiant peut rembourser en différé. La première mensualité de remboursement commence à la fin des études.

Seules les banques partenaires de ce dispositif peuvent octroyer le prêt. En 2019, il s’agissait de :

  • Société générale
  • Groupe Crédit Mutuel et C.I.C.
  • groupe BPCE : Banque Populaire et Caisse d’Epargne

Les autres banques peuvent également avoir un prêt destiné aux jeunes, mais ne sont pas garantis par l’état. Les taux d’intérêts peuvent même être plus avantageux, chaque banque étant libre de les fixer.

Même garanti par l’état, le crédit n’est pas certain

Prêt garanti par l’état ne veut pas dire qu’un étudiant a automatiquement le prêt. Seule la banque où est déposée la demande apprécie si elle prête de l’argent. Si le projet de l’étudiant ne semble pas tenir la route, la banque peut refuser, tout simplement. Les études longues et coûteuses qui ne débouchent pas sur un emploi rémunérateur sont un gros point noir. Les études dans de grandes écoles de commerce sont un gros point favorable.

On prête oui, mais seulement à ceux qui ont une (bonne) chance de rembourser leur prêt étudiant !

Ce n’est pas parce que l’état rembourse la banque à la place de l’étudiant, que l’étudiant ne devra pas rembourser l’état. C’est toute la différence entre cette garantie financière et la caution solidaire.

A savoir : Bpifrance, la banque d’investissement derrière ce prêt étudiant garanti, possède une enveloppe budgétaire limitée. Une fois terminée, il n’est plus possible d’obtenir ce prêt, il faut attendre l’année suivante. Mieux vaut s’y prendre à l’avance plutôt que d’attendre la fin d’année.

Crédit LMDE

La Mutuelle des Etudiants propose aux banques partenaires d’être le garant financier de son étudiant bénéficiaire à la recherche d’un prêt étudiant. Pour cela, elle a recours à son Fonds de Garantie des Solidarités Étudiantes. Ce dispositif se retrouve à la Banque Populaire ou au Crédit Coopératif. Les taux ne sont pas plus attractifs qu’ailleurs, il s’agit, comme pour le prêt garanti de l’état, uniquement d’obtenir un prêt si l’étudiant n’a pas d’autre garantie à présenter.

Banques et crédit étudiant

Le fait pour une banque de ne pas avoir de partenariat avec l’état ne signifie pas que son offre ne soit pas concurrentielle. Ceux qui font des études « sécurisantes » ou qui ont de solides garanties à présenter, comme une caution solidaire des parents n’auront pas de difficultés à obtenir un prêt étudiant. De plus, certaines banques ont des partenariats avec certaines écoles et universités. Pour en savoir plus, on peut s’informer auprès du BDE (Bureau Des Etudiants).

Règle numéro 1 : toujours comparer les différents prêts étudiants

Il ne faut jamais se reposer sur la première offre de crédit. Les variations peuvent être conséquentes, et la comparaison de toutes les offres de crédit est une règle qu’il faut toujours avoir en tête.

Chez BNP Paribas par exemple, en octobre 2018, on proposait un TAEG de 1,50%. De son côté, la Société Générale avait un TAEG de 1%. Au Crédit Mutuel, c’était 0,90% ! Ces prêts, qui sont des crédits à la consommation classiques, peuvent aller jusqu’à 80 000 euros, bien au-delà du prêt étudiant garanti par l’état.

Taux du prêt étudiant

On note que le taux pour un étudiant dépend de chaque situation personnelle. Un étudiant avec de solides garanties et des études qui débouchent sur un emploi bien rémunéré sans chômage aura un taux très attractif. Ces taux, très agressifs, ont une raison d’être. On est souvent fidèle à sa première banque. Obtenir un crédit étudiant est ainsi l’occasion d’ouvrir pour la première fois un compte bancaire. C’est une des raisons qui expliquent l’absence des grands organismes de crédit comme Cetelem, Cofidis et les autres… il n’y a pas de fidélisation. Un prêt étudiant se fait souvent avec un conseiller financier. Il va ainsi proposer les meilleures offres de financement suivant le profil de son jeune client. Le taux d’intérêt ne fait pas tout, et d’autres conditions peuvent être plus utiles, comme nous allons le voir.

jeunes diplômés
La route est longue avant d’obtenir un diplôme.

Décaissement fractionné du prêt étudiant

La plupart des banques proposent un prêt débloqué en plusieurs fois. Le décaissement fractionné est le versement de l’emprunt en plusieurs tranches. A une date convenue à l’avance avec la banque, l’étudiant touche une partie de son prêt étudiant. Ceci lui permet de payer moins d’intérêts. Les banques proposent plusieurs dates pour verser l’argent, généralement au mois, par trimestre, par semestre ou une fois par an.

Exemple : l’étudiant emprunte 12 000 euros. La banque lui verse 500 euros par mois pendant 24 mois. 500 euros par mois pour étudier, en plus du coup de pouce éventuel des parents et de la bourse, c’est déjà un bon budget, permettant de se consacrer à ses études à 100%.

Remboursement différé

L’étudiant peut bénéficier d’une période de « franchise », où il ne rembourse rien à la banque, ou de « franchise partielle », où il ne rembourse que les intérêts. Au bout de cette période de paiement différé, il peut commencer à rembourser son emprunt. Ceci intervient souvent au moment de son premier salaire. Cette option a bien sûr un coût, plus le remboursement est différé, plus les intérêts seront élevés.

Tout se négocie, un crédit étudiant est quelque chose qui se fait sur mesure. Plus que jamais pour un étudiant, il faut aller voir plusieurs banques, faire un comparatif de prêts étudiants et faire jouer la concurrence.

L’étudiant peut rembourser plus tard, mais il peut aussi rembourser plus tôt, sans frais dans la plupart des cas. Pratique s’il termine ses études plus vite que prévu, ou s’il trouve un emploi rapidement.

Prêt à taux zéro étudiant

La plupart des banques proposent un crédit réservé aux étudiants au taux de 0%. Il ne s’agit pas là de financer ses études, mais de faire un petit crédit permettant de démarrer l’année, par l’achat d’un ordinateur par exemple. BNP Paribas propose par exemple le « Prélib’Campus », un prêt à taux zéro pouvant aller jusqu’à 1000 euros, à rembourser en 12 fois avec des mensualités de 83,33 euros. LCL propose de son côté exactement la même chose avec son « avance étudiant », 1000 euros à rembourser avec des mensualités de 83,33 euros sur un an.

Cet avantage peut prendre la forme d’une « avance sur bourse », un découvert autorisé à taux très réduit ( de 0 à 1%, suivant les montants). Toujours chez BNP Paribas, inutile d’avoir une caution pour profiter de ce découvert à taux très avantageux.

Combien emprunter ?

Le bon sens prime avant tout : il ne faut emprunter que l’essentiel, afin de ne pas se mettre en difficulté au début de sa vie professionnelle. Il ne faut pas oublier qu’avec le premier emploi arrivent les premières dépenses, comme l’achat d’une voiture pour aller au travail ou l’installation dans son nouveau logement.

Pour avoir une idée, on peut faire une simulation de crédit étudiant sur le site de sa banque en priorité, puis comparer aux autres banques concurrentes.

Sur le même sujet

professeur et étudiants
Il est possible de financer ses études, même sans l’aide des parents ou d’un crédit

L'avis d'eKonomia

Si on est pas trop mauvais dans les études, mieux vaut faire un crédit que d'abandonner les bancs de l'enseignement supérieur

Le mythe de l’étudiant fauché est malheureusement bien réel. Il suffit de voir le nombre extraordinaire de recettes de cuisine à « très bas coût » pour s’en convaincre. Le prêt étudiant est un outil financier très utile, mais trop souvent négligé par les étudiants eux-mêmes, préférant se trouver un travail.

A notre avis, faire un crédit étudiant avec remboursement différé permet de se concentrer sur l’essentiel : la réussite de ses études. Si jamais l’étudiant ne parvient pas à trouver un emploi une fois le diplôme en poche, il peut toujours faire un petit boulot pour payer son crédit.

Seuls les étudiants qui savent d’avance qu’ils n’ont aucune chance de trouver un emploi avec leur diplôme devraient être frileux avec le crédit, mais ici, une autre question est à se poser : à quoi bon étudier ? Ne serait-ce pas plus judicieux d’entrer tout de suite sur le marché du travail, ou de réorienter sa formation ?

Article rédigé par

Qu'avez-vous pensé de cet article ?

12345 (1 votes, moyenne : 3,00 de 5)

Comparez les crédits

faire une demande de crédit