Solutions de crédit pour chômeur

La baisse de revenus liée au chômage complique l’obtention d’un crédit. Impossible de faire un prêt immobilier en étant chômeur. Mais même sans emploi, emprunter reste possible. Tout va dépendre de la durée de remboursement ou du projet associé.

Solutions de crédit pour chômeur
Le crédit n'est pas incompatible avec le chômage.

Sommaire

  1. Crédit et allocations chômage Pôle Emploi
  2. Micro-crédit personnel : aide pour chômeur
  3. Crédit auto chômeur
  4. Financement rapide et en ligne
  5. Prêt immobilier chômeur : mission (presque) impossible
  6. Rachat de crédit pour chômeur
faire une demande de crédit
Trouvez un crédit chômeur au meilleur taux grâce à notre simulateur

Le crédit pour chômeur existe sous plusieurs formes. La plus courante, c’est le crédit conso classique, rapide et facile à obtenir lorsqu’il s’agit d’un crédit renouvelable. Les aides de Pôle Emploi et le microcrédit sont quant à eux des prêts favorisant le retour au travail.

Crédit et allocations chômage Pôle Emploi

Les allocations d’aide au retour à l’emploi (ARE) permettent l’obtention d’un petit prêt auprès de pratiquement tous les organismes de crédit.

Conditions

  • Le montant à rembourser ne doit pas dépasser de plus d’un tiers de ses revenus.
  • La durée de remboursement ne doit pas dépasser la durée d’indemnisation de Pôle Emploi.

Allocation Pôle Emploi

Le montant de l’ARE est en général de 60 à 75% du salaire. Dans les grandes lignes, une personne qui touchait 1900 euros nets n’aura que 1300 euros nets d’allocation chômage. Avec un ancien salaire au SMIC et sans aides sociales, on peut ainsi rapidement se retrouver sous le seuil de pauvreté.

L’allocation est calculée en se basant sur le salaire journalier de référence (SJR).

  • Les moins de 53 ans peuvent la percevoir pendant 2 ans au maximum.
  • Les plus de 53 ans peuvent la percevoir pendant 3 ans.

Les licenciés économiques peuvent profiter de l’allocation de sécurisation professionnelle (ASP) au lieu de l’ARE. Les montants d’indemnisation sont supérieurs, mais exigent du chômeur qu’il suive un parcours de retour à l’emploi.

Les sanctions contre les demandeurs d’emploi ne rassurent pas les banques. En effet, on exige de plus en plus au chômeur de prouver sa recherche de travail ou d’accepter un emploi moins bien rémunéré. Même quand on répond aux critères et conditions, le banquier est libre de juger du risque et de refuser un crédit.

Tout va dépendre du contexte pour le chômeur : type d’emploi recherché, zone géographique et âge. Si vous êtes un jeune chômeur parisien dans l’informatique, vous aurez beaucoup plus de facilités à obtenir un crédit à la consommation plutôt que si vous êtes un vieux manutentionnaire en zone rurale…

Crédit Pôle Emploi

Disons-le tout de suite : il n’y a pas de crédit « classique » au Pôle Emploi. Impossible d’obtenir un crédit immobilier, un rachat de crédit ou un crédit conso. En revanche, Pôle Emploi peut financer les projets de retour à l’emploi.

Au moment de créer son entreprise, un chômeur peut être sérieusement embêté : en effet un chef d’entreprise n’est plus un chômeur ! Il risque alors de perdre ses indemnités, le mettant dans une situation difficile.

Pour éviter cela, Pôle Emploi propose deux aides, simples, que nous allons voir.

conseillère du Pôle Emploi
Le conseiller du pôle emploi peut aider les chômeurs à trouver un financement.

ARCE, Aide à la Reprise ou à la Création d’Entreprise

Les chômeurs qui bénéficient de l’Aide à la Création d’entreprise (ACRE) peuvent demander à Pôle Emploi le versement anticipé sous forme de capital d’une partie de leurs allocations chômage, l’ARCE. Il ne s’agit par conséquent pas d’un crédit au sens propre, mais d’une avance sur l’ARE.

L’ACRE est une exonération des charges sociales du salaire du chef d’entreprise.

Le paiement de l’ARCE se fait en deux fois : la moitié au début de l’activité, l’autre moitié au bout de 6 mois.

En cas de malheur, et que l’entreprise ferme, il est toujours possible de récupérer également le reste des droits aux allocations chômage. Il faut avoir confiance en son projet d’entreprise pour choisir cette aide. On imagine les conséquences si ça ne marchait pas : faillite et pratiquement plus de droit au chômage !

Maintien des allocations

Le créateur d’entreprise a la possibilité de ne pas demander l’ARCE tout en conservant ses indemnités chômage. 70% des revenus générés par la nouvelle entreprise sont déduits du montant de l’allocation.

Exemple : j’avais une allocation de 1000 euros par mois, j’ai pu me faire un revenu de 500 euros grâce à ma nouvelle entreprise. Pôle Emploi continue de me payer mon allocation, moins 70% des 500 euros, soit 350 euros. Pôle Emploi me paiera donc 650 euros, à ajouter à mes 500 euros de revenus, soit 1150 euros.

C’est une très bonne motivation pour sortir de l’inactivité et débuter une entreprise qui n’aurait pas besoin de gros capital initial. Même avec un petit revenu, Pôle Emploi nous assiste et nous donne le temps de créer une entreprise rentable, pendant la durée de nos droits à l’allocation d’aide au retour à l’emploi.

Micro-crédit personnel : aide pour chômeur

Les chômeurs de longue durée sont progressivement exclus de la possibilité d’avoir recours au crédit.

On ne choisit pas la durée de son chômage !

Faute de garanties ou de fiches de paie à présenter à l’organisme de crédit, seul le prêt personnel reste accessible aux chômeurs. Ces crédits ne financent que des projets viables de retour à l’emploi.

Les microcrédits personnels dédiés aux chômeurs favorisent ainsi la création d’entreprises. C’est notamment le cas avec l’ADIE, qui propose un crédit solidaire pour entrepreneurs. Pour profiter de ce prêt d’honneur, le projet doit être solide et justifié.

Il est ainsi possible d’obtenir 10 000 euros pour démarrer sa société.

Selon l’Observatoire de l’inclusion bancaire, le micro-crédit personnel se développe de plus en plus. En 2017, 60% de ces crédits étaient consacrés à la création d’entreprise.

La route est encore longue pourtant, seuls 10% des personnes éligibles au micro-crédit personnel l’utilisaient fin 2017.

Microcrédits personnels accompagnés selon objet financé

Selon la Banque de France, chaque année, le microcrédit personnel finance très majoritairement les projets de retour à l’emploi. Ces projets se matérialisent le plus souvent par l’achat d’un véhicule (prêt à la mobilité) ou la création d’entreprise.

Graphique des microcrédits personnels
Source : Banque de France

En 2017, 85% des microcrédits personnels ont ainsi financé une voiture ou une nouvelle entreprise.

Prêt Nacre

L’Etat par le biais des régions propose un accompagnement à la création d’entreprise, qui peut se matérialiser par un prêt à taux zéro. Ce financement vient toujours en complément d’un autre prêt.

Crédit social

En cas de coup dur, les chômeurs en fin de droits ont accès à des aides financières leur permettant de faire face aux imprévus. Il s’agit d’aides permettant d’éviter des situations d’exclusion sociale.

Les allocataires de l’ASS (allocation de solidarité spécifique), les personnes au RSA et toutes les personnes aux revenus en dessous du seuil de pauvreté peuvent ainsi bénéficier d’un crédit social.

Cette aide peut se traduire par :

  • Un prêt CAF, destinée aux familles, permet d’aider en urgence des besoins essentiels.
  • Un microcrédit social, octroyé par des associations

Le surendettement n’est pas un frein au micro-crédit personnel. Par sa vocation sociale, ce financement est accessible aux personnes fichées à la Banque de France. Il faut pour cela que le projet de la personne sans travail soit solide et accompagné.

Crédit auto chômeur

Une voiture est souvent fondamentale pour travailler. C’est très vrai à la campagne, ou pour ceux qui ont des horaires décalés.

faire une demande de crédit auto
Trouvez un crédit auto chômeur au meilleur taux grâce à notre simulateur

L’allocation chômage est malheureusement bien insuffisante pour beaucoup d’organismes de crédit au moment de faire un prêt auto. Comment acheter une voiture neuve en remboursant son crédit en moins de deux ans ? Même s’il s’agit d’un crédit affecté, la dévaluation de la voiture neuve ne permet pas de s’en servir comme garantie.

Notre premier conseil serait d’acheter une voiture d’occasion et de ne pas faire de crédit.

« Mais même pour la vieille auto, il me faut un crédit ».

C’est ici qu’entre en jeu le prêt CAF voiture, un crédit « de dépannage » disponible dans certains départements. Le rôle social majeur de la voiture est pleinement assumé, et la CAF va aider en conséquence avec des petits crédits à taux zéro.

Financement rapide et en ligne

En crédit, ce qui est rapide est cher. Plus un crédit est obtenu dans l’urgence, et plus les intérêts sont élevés. Même constat pour les crédits sans justificatifs, quand il n’est pas possible de présenter un bulletin de salaire voire même un relevé de compte. On prête alors à des taux proches de l’usure si les formalités sont réduites au minimum.

Cette prise de risque assumée par les sociétés de crédit permet aux chômeurs d’emprunter facilement de petites sommes d’argent.

Si vous n’avez plus d’emploi, vous pouvez prouver votre solvabilité aux organismes de crédit classiques de deux façons :

  • En présentant une garantie personnelle. Il s’agit d’un garant, qui se porte caution. Si vous ne pouvez pas payer, le garant paiera à votre place. Cette garantie est habituelle en famille, avec les parents qui sont solidaires avec leurs enfants.
  • En présentant une garantie réelle. Il s’agit d’un bien, souvent immobilier, d’une valeur supérieure au montant du crédit.

Avec ces garanties, l’ensemble des financements bancaires sont accessibles au demandeur d’emploi, qu’ils soient des prêts à la consommation ou immobiliers

Les chômeurs qui n’ont pas de garanties à présenter ont leur parcours de demande de crédit bien plus difficile, comme nous allons le voir.

Le crédit renouvelable

Autrefois nommée « réserve d’argent », le crédit renouvelable est une ligne de crédit disponible en permanence. Son plafond est souvent limité à l’équivalent d’un mois de revenus.

Si vous aviez un crédit renouvelable avant votre perte d’emploi, vous pouvez vous en servir au moins jusqu’à la date anniversaire du crédit. Au cas où l’organisme de crédit aurait connaissance de votre chômage, il pourrait décider de ne pas continuer le crédit renouvelable.

Si vous êtes déjà au chômage au moment de la demande de crédit, son obtention ne pose pas non plus de problème. On ne demande le plus souvent que le justificatif du dernier revenu.

Certains n’hésitent pas à frauder le crédit avec de fausses fiches de paie. C’est un jeu dangereux, mais malheureusement très facile à faire avec les sociétés de crédit en ligne.

A savoir
Comme tous les crédits classiques, le crédit renouvelable n’est pas accessible aux surendettés inscrits au FICP.

Carte de crédit pour chômeur

Le plus souvent, le crédit renouvelable est associé à une carte de crédit. L’utilisation de la carte simplifie la vie des chômeurs qui ont besoin d’un petit crédit, mais ils ont intérêt à rembourser vite.

Plus on met du temps à rembourser un crédit renouvelable, et plus les intérêts seront importants. Pour une durée de remboursement de 30 mois, les intérêts peuvent monter à +21% TAEG (2019) chez Cofidis.

L’avantage du crédit renouvelable : être immédiatement disponible. Il s’agit pour nous d’un crédit à ne réserver qu’en cas d’urgence.

Organismes qui prêtent aux chômeurs

Les grandes banques traditionnelles prêtent difficilement aux personnes à risque. Le chômage, avec la baisse de revenus qu’il entraîne, est un risque majeur aux yeux d’une banque. Mais, exceptionnellement, si votre relation avec votre banque est bonne, vous pouvez avoir un petit coup de pouce.

Pour avoir une bonne relation, il ne faut jamais avoir été à découvert, et avoir prouvé par le passé que les périodes de chômage étaient rares ou très courtes. C’est le rôle d’une banque : connaître son client. Sans être dans le secret des chiffres, il semblerait par notre expérience que La Banque Postale joue un peu mieux son rôle social que les autres grandes banques. Aujourd’hui, elle détecte plus finement les personnes en fragilité financière.

En cas de refus de crédit, les sociétés de crédit sont un peu moins regardantes, avec des crédits relativement accessibles sans emploi avec Cetelem, Finaref, Sofinco, Cofidis et les autres… N’hésitez pas à utiliser notre comparateur pour vous faire une idée plus précise de vos possibilités.

A défaut, on peut passer par les sociétés de minicrédits pour des petits besoins très ponctuels.

Le minicrédit, un prêt de dépannage en 24h

En dessous de 200 euros, des sociétés comme Finfrog ou Cashper proposent des minicrédits. Les frais sont colossaux : pour un prêt de 200 euros, il faut en rembourser 250 en 15 jours.

Avec des montants aussi faibles, ce n’est pas le code de la consommation qui s’applique. Il est donc possible pour une société de crédit d’accorder dans ces conditions un crédit en moins de 24h sans justificatif.

Il est selon nous strictement à réserver à ceux qui ne peuvent pas faire autrement. Nous parlons des exclus bancaires, qui ne peuvent même plus faire un crédit renouvelable. Il s’agit d’éviter des pénalités de retard encore plus élevées que les frais du minicrédit par exemple.

Pour en savoir plus : le minicrédit

Prêt immobilier chômeur : mission (presque) impossible

La situation précaire d’une personne au chômage n’est pas compatible avec le crédit immobilier. Une banque ne se risque pas à prêter de l’argent sur 15, 20 ou 30 ans sans savoir si le chômeur retrouvera un CDI.

Le crédit immobilier étant très long à rembourser, il n’est pas possible d’obtenir un prêt pour acheter un logement sans autres revenus que l’ARE.

A savoir

Les tous petits revenus bénéficiant des APLs peuvent espérer décrocher un Prêt d’Accession Sociale.

Pour avoir un prêt immobilier au chômage, il faut donc disposer de revenus alternatifs ou de solides garanties au-delà de l’ARE. Nous l’avons vu plus haut, avec les garanties réelles et les garanties personnelles.

Rachat de crédit pour chômeur

Regrouper ses crédits afin de diminuer ses mensualités est sans doute la meilleure solution en cas de baisse de revenus durable. On réajuste ses crédits en cours à sa nouvelle réalité.

Cette possibilité est ouverte aux chômeurs disposant encore d’une certaine marge de manœuvre :

  • Métier recherché
  • Conjoint en CDI
  • Propriétaire de son logement

Nous ne conseillons pas de faire un rachat de crédit si la période de chômage est courte, sauf en cas de besoin absolu. En rallongeant la durée de remboursement, on augmente mathématiquement les intérêts.

La plupart des organismes permettent de faire un remboursement anticipé si la situation s’améliore par la suite.

Faut-il prendre une « assurance perte d’emploi » ?

La réponse est non. Il s’agit d’une assurance complétant les indemnités de Pôle Emploi ou remboursant les mensualités d’un crédit pour une durée de quelques mois. Mais les conditions sont draconiennes. On n’assure que ceux qui n’ont pas de risque de perdre leur emploi ou presque !

Au vu de son prix, mieux vaut s’en passer, sauf si on sait parfaitement qu’on sera licencié pour raisons économiques.

Avis sur le crédit chômeur

Le crédit chômeur, un crédit de courte durée pour retrouver un emploi

L’emploi, le travail, la rémunération, c’est ce qu’il y a d’essentiel pour obtenir un crédit d’une banque ou d’une société financière. Le CDI (contrat à durée indéterminée) est le contrat de travail le plus aimé des prêteurs. Il donne la garantie aux banques que les revenus seront stables dans la durée, et qu’il n’y aura par conséquent pas de difficulté majeure à rembourser l’emprunt octroyé.

Comme on a pu le voir, il n’y a pas de solution facile pour ceux qui n’ont plus de CDI. Pour eKonomia, la meilleure solution passe par retrouver un emploi avant de prendre un crédit, quitte à prendre un emploi moins bien payé dans un premier temps.

Autrement, nous ne conseillons pas de faire un crédit chômeur qui ne soit pas dans l’optique d’un retour à l’emploi. Et encore moins en temps de crise, même les agences de crédit qui prêtaient à des taux exorbitants ne le font plus. C’étaient les fameux « Crédits Assedic » du temps de l’ANPE, des crédits à la consommation qu’un particulier pouvait obtenir facilement alors qu’il était au chômage.

En cas de refus d’une banque ou d’une société de crédit, on peut se tourner vers les financements alternatifs. On évitera les prêts entre particuliers, sources d’arnaques, à part bien sûr le prêt familial. Pour ceux qui ont des biens de valeur, le prêt sur gage permet d’obtenir très rapidement de l’argent, même en étant au chômage.

Article rédigé par

Qu'avez-vous pensé de cet article ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (4 vote(s), moyenne : 4,25 de 5)

Comparez les crédits

faire une demande de crédit