Trouver le meilleur regroupement de crédit, racheter et comparer

Par , à jour le

Le rachat de crédit consiste à passer ses prêts actuels à une autre banque ou organisme financier pour obtenir des conditions de crédit différentes. Il s'agit le plus souvent d’allonger la durée de remboursement pour avoir des mensualités plus petites, mais d’autres conditions existent suivant la situation d'endettement de chacun.

Regroupement de crédit, racheter et comparer
Tout savoir sur le rachat de crédit
  1. Comparateur de rachat de crédit
  2. Propriétaires : rachat de crédit hypothécaire
  3. Locataires : rachat de crédit
  4. En cas de surendettement imminent

Comparateur de rachat de crédit

Un rachat de crédit est souvent dû à un changement majeur dans la vie. Deux cas de figure : soit on a moins de revenus (perte d’emploi par exemple), soit les dépenses ont augmenté (imaginons les triplés au lieu du fils unique attendu…).

Si au final le manque d’argent est semblable, la raison pour laquelle l’argent disponible à la fin du mois à baissé change totalement la donne. D’un coté, on a une dépense, sur laquelle on a un moyen de contrôle (ne pas acheter les jouets les plus chers, ne pas payer les études dans une école privée), et de l’autre, on n’a pas d’argent disponible, il est très difficile de faire des économies.

Quand on est propriétaire d’un bien qui peut servir de garantie, le regroupement permet à celui qui a perdu des revenus et qui se retrouve au chômage ou allocataire du RSA de faire, dans certains organismes de crédit, le rachat de crédit salvateur, juste avant le fichage à la Banque de France.

Quand on est locataire, la situation est nettement plus difficile, comme nous allons le voir.

Rachat de crédit hypothécaire
Il est possible de faire un rachat de crédit en donnant en garantie un bien immobilier.

Propriétaires : rachat de crédit hypothécaire

Hypothéquer sa maison pour financer un projet ou payer ses crédit

Les propriétaires de leur logement ont la possibilité de financer leurs projets ou de payer des crédits en cours, en mettant en garantie leur bien immobilier, grâce à l’hypothèque. Si on ne rembourse pas notre dette, le prêteur a le droit tout simplement de vendre notre bien hypothéqué pour récupérer son argent. Les hypothèques donnent une grande confiance au banquier, qui prête volontiers plus d’argent, à un taux d’intérêt moindre. On ne le redira jamais assez souvent, on prête plus facilement aux riches ! Il est ainsi possible de renégocier des emprunts immobiliers à un taux d’intérêt moindre si on met son bien en hypothèque.

Si on veut éviter de se faire saisir son logement en cas de non remboursement, on ne fait pas d’hypothèque sur sa maison. Mais mettons nous à la place une seconde du prêteur : pour lui, si vous n’avez pas assez confiance dans le futur, que vous avez un doute sur votre capacité à rembourser votre emprunt, comment peut-il vous prêter de l’argent en toute confiance ?

Le crédit hypothécaire est donc un prêt d’argent assorti d’une hypothèque. Afin d’établir une hypothèque, il faut faire un acte notarié, passer par un notaire, et faire une inscription au bureau des hypothèques. Cette opération est chère, ce qui réserve l’hypothèque aux prêts de grandes sommes d’argent : nous parlons habituellement d’achats immobiliers.

Précarité et hypothèque

Contrairement à autrefois, les commissions de surendettement prennent en compte les propriétaires. Leur logement ne peut plus être considéré comme étant un bien saisissable comme un autre. Le logement est un droit fondamental, et il est, en France, très difficile de déloger quelqu’un, même si il ne rembourse pas ses crédits : c’est une raison de plus d’avoir moins peur du crédit hypothécaire. Ce rachat de crédit est adapté aux chômeurs, à ceux qui n’ont pas de revenus stables, le logement étant la principale garantie donnée, devant la rémunération. Au RSA, il vaut mieux ne pas trop y croire.

Le rachat de crédit hypothécaire en pratique

Le rachat de crédit hypothécaire intervient donc lorsque on ne peut plus renégocier ses crédits en cours, en demandant une rallonge de durée de remboursement à sa banque, et qu’on a besoin d’argent, soit pour financer un projet spécifique (la réparation du toit de la maison ou l’achat d’un nouvel appartement en plus de celui dont on est déjà propriétaire…), soit pour alléger ses mensualités, en payant moins chaque mois (en échange d’une durée de remboursement plus longue).

La mise en place d’un rachat de crédit hypothécaire demande une attention particulière, qu’on ne trouvera pas forcément dans l’agence du quartier. Il est important de faire un tour des banques et des institutions financières avant de se lancer dans un rachat de crédit hypothécaire, pour comparer les différentes propositions que l’on vous fera. Pour vous simplifier la tâche, vous pouvez envisager de passer par un courtier spécialisé en crédit hypothécaire.

Déroulement du rachat de crédit hypothécaire

Votre bien immobilier que vous mettez en hypothèque sera expertisé, afin d’en établir la valeur, et déterminer l’argent que vous pourrez emprunter, grâce au calcul de la quotité.

Le rachat de crédit hypothécaire est plus facilement accordé si on s’en sert pour investir à nouveau dans un projet immobilier : en empruntant les 70000 euros que ma maison d’une valeur de 100000 euros me permet, je peux acheter un autre appartement (que je pourrais louer par exemple, pour rembourser l’emprunt).

En revanche, pour le rachat de crédit hypothécaire pour des projets non immobiliers, la durée de remboursement ne va pas au-delà de 20 ans : acheter une voiture, investir dans des actions d’une entreprise, faire un voyage ou équiper sa maison, par exemple…

Si l’on souhaite vendre son bien immobilier, servant de garantie au rachat de crédit hypothécaire, il faudra solder son crédit grâce à l’argent de la vente. L’hypothèque est levée à ce moment là, ou, si on le désire, on peut transférer l’hypothèque vers un autre bien immobilier.

rachat de credit pour locataire
Regrouper les crédits à la consommation quand on est locataire

Locataires : rachat de crédit

Rachat de crédit à la consommation

Les locataires qui veulent regrouper leurs crédits pour n’avoir plus qu’une seule mensualité à payer peuvent faire un rachat de crédits à la consommation classique, en regroupant les différents crédits en cours : consommation, prêt personnel, crédit renouvelable… Ce type de rachat n’est pas spécifiquement dédié aux locataires, un propriétaire peur le faire aussi, même si celui-ci peut avoir plus d’avantages en regroupant ses crédits à la consommation avec son crédit immobilier.

Le rachat de crédit pour locataire est plafonné, comme les autres crédits à la consommation. Dès que l’on est propriétaire, les conditions sont plus avantageuses : on peut faire un rachat de sommes plus importantes, avec des durées de remboursement plus longues.

La durée d’un rachat de crédit pour locataire ne dépasse pas en général 12 ans, contrairement aux 30 ans usuels d’un rachat de crédit immobilier : la marge de manœuvre pour allonger la durée de remboursement est donc plus petite chez les locataires (ou un propriétaire ne voulant pas hypothéquer sa maison…) que chez les propriétaires.

Le rachat de crédit locataire permet donc de regrouper plusieurs crédits à la consommation en une seule mensualité. L’organisme qui fait le regroupement de crédits va donc racheter auprès des différentes sociétés de crédit et les banques les différents crédits de l’emprunteur, en les remboursant. Le demandeur de rachat de crédit ne doit donc de l’argent plus qu’à une seule institution, avec des mensualités plus petites, mais une durée de remboursement plus longue.

Avantages du rachat de crédit pour locataire

Les propriétaires n’ont pas toujours intérêt à prendre un rachat de crédit pour propriétaire. En effet, un propriétaire, pour obtenir un rachat de crédit pour propriétaire, doit mettre en garantie son logement. Ceci implique, outre le fait qu’il risque de perdre son logement s’il n’arrive plus à payer les mensualités, qu’il doit passer par un notaire, avec les frais que cela implique.

Il peut s’avérer parfois plus avantageux de passer par un rachat de crédit pour locataire, même si on est propriétaire : seule la simulation pourra le dire, et de nombreux calculs des frais divers à prendre en compte. Il ne faut pas mettre son appartement en garantie si on ne doit racheter que quelques crédits à la consommation ! Si on ne doit au total que 10 000 euros, il n’est pas rentable, à priori, d’hypothéquer sa résidence qui en vaut 200 000, avec les frais notariés que ceci implique : un simple rachat de crédits à la consommation devrait suffire amplement.

Conditions pour avoir un rachat de crédit pour locataire

Il faut tout d’abord avoir des revenus réguliers. Ce n’est pas forcément un salaire en CDI (même si c’est mieux), mais il faut démontrer à votre banque que vous présentez des garanties de remboursement. Qui va prêter de l’argent à qui n’a clairement pas les moyens de rembourser ? Personne. D’autant plus qu’un rachat de crédit ne vise pas, au contraire d’un microcrédit, à créer un emploi qui va générer des revenus.

Ensuite, il ne faut pas être FICP, fiché à la Banque de France : cette inscription interdit la personne inscrite de prendre de nouveaux crédits, et par conséquent de faire un rachat de crédit (qui n’est rien d’autre, pour le locataire, qu’un type de crédit à la consommation).

En cas de surendettement imminent

Nous souhaitons avoir des mensualités plus réduites, parce qu’on a trop de crédits. Ici, les taux d’intérêts ne sont pas le plus important, l’essentiel étant de récupérer du pouvoir d’achat en faisant moins peser sur son budget le coût des crédits. C’est l’idéal pour une personne en risque de surendettement, même si au bout du compte, elle aura fini par payer plus cher son crédit.

Il ne faut surtout pas attendre d’être fiché banque de France, il faut le faire tant qu’on peut, avant qu’il ne soit trop tard. Le rachat de crédit pourra toujours être renégocié, le fichage en banque de France, non. Si vous êtes au RSA, c’est presque impossible sans passer par un courtier, qui, on le sait, a des frais (au moins 1% du montant du nouveau prêt, parfois plus).

Vous avez aimé ? Partagez l'article avec vos amis !

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 vote(s), moyenne : 5,00 de 5)
Loading...

Trouver le meilleur regroupement de crédit, racheter et comparer : l'avis d'eKonomia

eKonomia - Prêt et crédit
Rachat de crédit oui, mais attention aux dangers

Le rachat de crédit hypothécaire doit être réservé à seulement deux cas de figure :

  • débloquer de l’argent pour investir dans un nouveau projet immobilier
  • pour éviter le surendettement.
Ces deux situations sont diamétralement opposées pour le banquier, l’organisme prêteur. Dans un cas, le rachat de crédit hypothécaire va servir à investir, le demandeur de rachat n’a pas de difficulté économiques particulières.

Par contre, dans le deuxième cas, c’est le désespoir qui agit. Le rachat de crédit hypothécaire intervient ici pour alléger les mensualités qu’on n’arrive plus à payer.

Le principal danger de l'hypothèque se trouve dans la possible baisse du bien immobilier, si jamais l'argent de sa vente ne suffit pas à rembourser le rachat de crédit.

C'est plus compliqué de faire un rachat de crédit en étant locataire, mais pas impossible.

En location, il est difficile d’économiser, l’argent payé pour se loger n’étant pas utilisé pour payer un crédit immobilier. Le crédit immobilier est à mon sens similaire à de l’épargne : on ne revoit plus jamais l’argent dépensé en location, tandis que le crédit immobilier a une date de fin, et on peut revendre l’appartement pour récupérer l’argent, voire même faire une plus-value si la valeur du bien immobilier a augmenté.

Avant de regrouper tous ses crédits en un seul, il faut voir s’il est possible de renégocier ses dettes avec chacun des créanciers. Au moins demander, ils n’ont aucun intérêt à laisser dans le pétrin leur client et peuvent être assez ouverts à ce sujet.

Suivez-nous sur facebook



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pas encore de commentaires...


En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer