eKonomia
eKonomia : l'argent fait le bonheur

Carte bleue pour interdit bancaire, FCC ou FICP – eKonomia

Une personne qui a fait des chèques en bois comme on dit, ou sans provision, se retrouve logiquement interdite de chéquier. Même principe pour les personnes qui auraient abusé de leur carte de crédit, qui se retrouvent interdites de posséder une carte de paiement avec débit différé. Notre article fait un retour d’expérience sur les possibilités de carte de paiement pour interdit bancaire.

Quelles cartes de paiement pour les interdits bancaires?
Quelles cartes de paiement pour les interdits bancaires?

Lorsque l’on est interdit bancaire, parce qu’on a abusé des moyens de paiement, en faisant des chèques sans provision par exemple, ou parce qu’on n’a pas pu payer ses mensualités de crédit, on se retrouve presque invariablement interdit de moyens de paiement : pas de chéquier, pas de carte de crédit. Ceci est très handicapant dans la vie de tous les jours. Il existe pourtant des solutions pour éviter d’avoir à faire des retraits d’argent liquide au guichet de la banque à chaque fois que l’on veut payer un achat.

terminal de paiement par carte bancaire

Abus de carte bancaire

En abusant de sa carte bancaire, la banque peut décider d’interdire son client de carte. Ce n’est pas la Banque de France qui fait l’interdiction, juste la banque du client, qui n’a pas forcément à se justifier. A ce stade, il est toujours possible de changer de banque pour avoir une carte bancaire, mais il faut savoir que de nombreuses banques se partagent ce type d’informations sur un client.

Une sanction plus forte consiste dans l’inscription au FCC, un fichier géré par la Banque de France et au FNCI, Fichier National des chèques irréguliers. Ceci empêche instantanément au client de faire une demande de carte de crédit auprès des banques françaises. Il est bien sûr toujours possible d’obtenir une carte de crédit dans une banque à l’étranger, pour peu que la banque étrangère accepte d’ouvrir un compte. On est fiché au FCC pour 5 ans, et on y reste tant qu’on n’a pas remboursé l’intégralité de ce que l’on doit.

Faire un chèque sans provisions

Faire un chèque, alors qu’on n’a pas l’argent sur le compte en banque provoque l’inscription au FCC. Même si on paye ce que l’on doit au final, il est difficile de récupérer sa crédibilité auprès des banques, qui ont toutes des « fiches clients ». Les banques savent que le client a fait un chèque sans provision. En général, si c’est un bon client, le fichage n’est pas immédiat : le banquier sait que ça peut être une distraction ou une situation très provisoire. En revanche, si c’est un mauvais client qui passe un chèque en bois, la sanction est sans appel. Il faut empêcher le client de signer des chèques sans provisions ! Pour la banque, bien sûr, mais surtout pour les personnes victimes d’un chèque sans argent derrière. Combien de fois avons-nous pu lire dans les établissements commerciaux des écriteaux du genre «en raison de trop nombreuses fraudes, la maison n’accepte plus les chèques » ?

Interdit de carte de crédit

De nombreuses cartes de paiement sont associées à un crédit renouvelable (également connus en tant que crédits revolving). Ne pas honorer un crédit revolving provoque le fichage au FICP (Fichier national des Incidents de remboursement des Crédits aux Particuliers) l’interdiction de crédit. Cette interdiction n’est pas forcément accompagnée d’un fichage au FCC.

Cartes de crédit pour interdit bancaire

Ce n’est juste pas possible, sauf erreur de la banque. Une carte de crédit est un risque trop important pour la banque, si elle est octroyée à quelqu’un qui a fait preuve de difficultés de paiement par le passé au point d’être interdite bancaire, même avec le plafond, la limite de dépense de la carte. Toutes les cartes de paiement des magasins, comme la carte de crédit IKEA ou la carte de crédit Castorama sont du coup également interdites. Il existe toutefois des cartes de paiement que les interdits bancaires peuvent utiliser.

Carte de crédit prépayée

Ce ne sont pas vraiment des cartes de « crédit » au sens strict, il n’y a pas d’avance de fonds. Utiliser une carte de crédit prépayée est sans doute la solution la plus efficace pour obtenir un moyen de paiement électronique international et discret. Il suffit pour cela de charger en argent la carte. Ces cartes sont récentes en France, et connaissent un franc succès. Nous sommes passés d’un moyen de paiement pratiquement inconnu en 2010 à un moyen de paiement proposé par quasiment toutes les banques en 2014.

Ces cartes n’ont pas besoin de compte bancaire, il n’y a pas de vérification de solvabilité. Le revers de la médaille, c’est qu’elles ne sont pas nominatives, il n’y a pas le nom du titulaire marqué dessus. Ce type de carte est très apprécié par les travailleurs clandestins qui n’ont pas de compte bancaire, et leur rôle pour minimiser leur exclusion est très important. Ce sont également des cartes permettant de faire des achats sur internet aux personnes qui n’ont pas de carte, ou qui ne veulent pas s’exposer aux risques du paiement sur internet. En effet, ces cartes peuvent servir pour un seul paiement.

Comme elles sont anonymes, ces cartes sont limités par la Loi. En effet, pour lutter contre le blanchiment d’argent ou le financement du terrorisme, elles ne peuvent pas être rechargées de plus de 2500 euros par an. On peut toujours opter pour une carte nominative permettant d’avoir des plafonds bien plus importants, mais à condition de présenter ses pièces d’identité.

Il faut également faire attention aux arnaques sur ce genre de carte. Il existe sur Internet de nombreux sites qui proposent des cartes prépayées ou cartes rechargeables. Ne faites confiance qu’à des entreprises reconnues, comme MoneyGram, Western Union, ou une banque classique, si par hasard elles venaient à proposer ces cartes en France. Ce produit financier, de plus en plus répandu, et assez mal vu par les autorités : il permet de faire des achats de façon anonyme, la carte est non nominative (le nom de son détenteur n’est pas écrit dessus, on peut la donner à n’importe qui).

On peut trouver les cartes prépayées chez le buraliste ou en grandes surfaces. Comme ce sont des cartes de débit immédiat, elles doivent interroger l’établissement financier avant de valider le paiement. Cet état de fait provoque l’impossibilité de l’utiliser à certains endroits, comme par exemple les péages d’autoroute. On ne peut pas non plus faire une location avec ce type de carte.

Faisons un rapide tour d’horizon des principales cartes prépayées en France.

Trans Cash

En 2009, seul Trans Cash proposait une carte prépayée suffisamment évoluée (on ne parle pas de Moneo, réservée aux petits montants, ni des cartes cadeaux), avec des montants de paiements « normaux », jusqu’à 2500 euros pour la carte non nominative. Ses limitations sont pratiquement identiques aux autres cartes prépayées : montants de paiement relativement faibles, impossibilité de louer une voiture…

Tout change si on opte pour l’option nominative, les plafonds sont bien plus importants : 5000 euros. Mais il faut alors présenter des justificatifs (une pièce d’identité).
Trans Cash peut se recharger chez un buraliste, à Auchan ou par virement bancaire et utilise le réseau Visa.

Carte prépayée de la Banque Postale

Une des cartes les plus sérieuses en prépayé. Forcément, c’est La Banque Postale derrière, et elle est nominative. C’est une carte accessible aux personnes majeures résidant en France. On peut charger dessus au maximum 1500 euros.
La Banque Postale possède également toute une gamme de cartes prépayées internationales, pertinentes pour les personnes qui voyagent beaucoup et ne veulent pas utiliser à l’international leur compte bancaire.

Pour les mineurs de 12 à 17 ans, il existe également la carte prépayée Regliss. Dans tous les cas, pour profiter de ces cartes de La Banque Postale, il faut être client (détenir un compte courant ou un Livret A).

Neocash

Encore une carte accessible chez les buralistes. Neocash s’appuie sur le réseau MasterCard. Ils ont deux types de cartes : une nominative que l’on peut donc acheter en magasin ou chez les buralistes, et une avec notre nom dessus, qu’on ne peut commander que sur Internet. Si le montant maximal de recharge n’est que de 1000 euros pour la carte sans notre nom, tout change avec la carte nominative : la limite est alors de 6500 euros.

Carte Veritas

Une carte bien cotée des principaux comparateurs de cartes bancaires. Elle utilise le réseau MasterCard et est valable partout dans le monde. C’est le « haut de gamme » des cartes prépayées, avec un niveau de service complet. Cette carte peut-être utilisée par les sociétés. Le mieux pour nous en parler, c’est eux-mêmes avec une petite vidéo.

www.cardveritas.com

Il existe bien d’autres cartes bancaires prépayées, comme Yuna, Skrill, Corpedia, Toneo, Anytime, PCS etc. Le mieux pour être à jour, c’est de regarder un comparateur de cartes prépayées comme www.cartebancaireprepayee.net

Pour notre part, malgré toutes ces offres, la meilleure option (lorsque l’on est pas un immigré clandestin) n’est pas à chercher du coté des cartes prépayées lorsque l’on est interdit bancaire, mais du coté du Compte Nickel, une véritable révolution dans le monde des cartes bancaires.

Compte Nickel

Ce n’est pas vraiment une carte prépayée. Ici, on dispose d’un véritable compte bancaire, avec un RIB, sur lequel on peut se faire virer son salaire ou effectuer des virements par exemple. C’est, pour eKonomia, la meilleure solution de paiement à l’heure actuelle pour les personnes en difficultés bancaires, mais n’est pas adaptée aux immigrés clandestins : il faut des papiers d’identité pour s’en faire une. Nous avons écrit un article complet sur le Compte Nickel.

carte bancaire

Carte de débit à autorisation systématique

Maestro

Pour payer par carte, l’idéal, c’est tout de même d’avoir une carte bancaire d’une banque française. Même si on est fiché à la Banque de France, il y a une possibilité d’obtenir un moyen de paiement électronique : la carte Visa Electron ou la Carte Maestro, des réseaux Visa et MasterCard respectivement. Toutes les banques proposent ce type de carte. Les banques peuvent légalement vous fournir ce type spécial de cartes sans trop de souci. Si elles refusent, il est toujours possible de passer par la Banque Postale (où la carte Visa Electron est connue sous le nom de Visa Réalys), qui a un rôle de service public que n’ont pas les banques privées. J’utilise fréquemment ce type de carte, sans aucun problème particulier. On peut retirer de l’argent dans les distributeurs automatiques, en France ou à l’étranger ou effectuer des paiements en magasin.

Elles ont toutefois certaines limites. C’est une carte qui interroge l’organisme financier (la banque), pour savoir si le compte courant associé est provisionné. Impossible de faire un paiement avec un compte sans argent ! Le débit est immédiat, vous êtes prélevé tout de suite, et s’il n’y a pas d’argent, le paiement est tout simplement refusé. C’est sans doute le moyen de paiement le plus sûr, et pour le client, et pour le commerçant.

La contrepartie d’une telle sécurité, c’est qu’il est impossible d’effectuer des paiements sur Internet directement avec cette carte : il n’y a pas de code de sécurité au dos de la carte (code demandé par les sites internet au moment du paiement). Il est également impossible de faire un paiement aux péages d’autoroute. L’interrogation à la banque pour savoir si le compte courant peut payer la dépense prenant du temps, le réseau autoroutier à préféré ne pas permettre ce type de carte, qui ralentirait les passages des automobilistes au péage.

Ce délai lors de l’interrogation de l’établissement financier est toujours un peu inquiétant au moment de payer : on se demande toujours, l’espace de quelques secondes, si le paiement passe, même si on est largement créditeur sur notre compte. Parfois, lors d’un paiement avec une telle carte, on nous demande de signer un papier.

Les agences de location n’acceptent pas non plus ce type de carte. Il existe plusieurs autres établissements où il peut être compliqué de payer avec une telle carte, comme par exemple les stations essence : on ne connaît pas le montant à payer à l’avance, ce qui provoque des difficultés.

Ces limitations sont parfaitement vivables, il existe toujours une façon de se débrouiller. Tant qu’il y a un DAB, une caisse de retrait à proximité, on peut toujours utiliser notre Visa Electron ou notre Maestro pour aller retirer de l’argent et payer en liquide.

Le dernier petit avantage de ce type de carte : elles sont moins chères que les cartes bancaires classiques. Lorsqu’on est en risque de défaut bancaire, c’est toujours appréciable, les économies, même sur de petits montants !

Carte Visa Electron

Cette carte de débit immédiat à autorisation systématique permet d’effectuer des paiements en magasin et d’effectuer des retraits d’argent dans les DAB. Le plafond d’une telle carte est bas, mais il est possible de négocier une augmentation de plafond avec sa banque.

Carte Maestro

La carte Maestro est pratiquement identique en tous points à la carte Visa Electron. Le nom change, le réseau MasterCard est utilisé en lieu et place du réseau Visa. Certaines banques vont vous proposer une maestro, d’autres une electron, mais au final, vous avez un produit totalement équivalent entre les mains. Le réseau Visa et le réseau MasterCard se recoupent presque totalement, surtout en Union Européenne. Parfois les banques rebaptisent ces cartes, pour des raisons purement commerciales.

Avis et conclusion
Par , publié le
eKonomia - Prêt et crédit
Interdit bancaire ne veut pas dire interdit de carte bancaire.

La carte bancaire est devenue inévitable dans notre société actuelle. Du simple paiement sur internet au péage d'autoroute, on ne peut plus s'en passer. L'interdiction bancaire, le fichage à la Banque de France, n'implique pas nécessairement une interdiction totale des moyens de paiement.

Les cartes de paiement sont devenu le mode de paiement le plus populaire. Et pour cause, ils sont plus sûrs et plus pratiques que les billets de banque ou les pièces de monnaie. Il suffit de penser que si on perd sa carte bancaire, pour que quelqu’un d’autre puisse s’en servir il lui faudra toujours le code, alors que si vous perdez un billet de 50 euros, vous êtes sûr de ne plus jamais revoir votre argent.

Les deux géants mondiaux que sont Visa et MasterCard sont pratiquement acceptés partout dans le monde, dans l’écrasante majorité des boutiques où l’on prend la carte bancaire. De plus, on paye également sur internet avec sa carte, en utilisant les chiffres qui sont affichés dessus.

Suivez-nous sur facebook



Commentaires

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer