eKonomia

Prêt personnel : un crédit simple sans justification d’achat

Prêt personnel : somme d’argent mis à disposition d’une personne par un établissement financier, à rembourser entre quelques mois à plusieurs années. Ce contrat de crédit n’est pas soumis à un achat précis, l’emprunteur disposant librement de l’argent prêté.

Prêt perso
Prêt perso

Qui dit prêt personnel ne dit pas non plus prêt sans garanties. On ne demande pas de justifier un achat, mais on demande toujours un minimum de preuves de ressources financières. Nous allons voir plus en détail ce que les banques et les sociétés financières entendent par « prêt personnel », et quand est-ce que ce type de crédit est adapté vis-à-vis des dépenses d’argent d’un particulier : ce n’est pas toujours la meilleure solution.

Crédit non affecté

Il arrive parfois d’avoir des dépenses imprévues, qui doivent être payées dans un court laps de temps. Ce genre de dépenses ne sont pas forcément prises en compte par un crédit à la consommation classique : dans un crédit classique, comme un crédit immobilier par exemple, les crédits sont affectés, c’est-à-dire qu’ils dépendent d’un achat en particulier, pour lequel la société financière ou la banque prête le montant exact du bien à acheter. De plus, un crédit comme le crédit auto, qui est un crédit affecté, peut-être assez long à obtenir. C’est là qu’intervient le prêt personnel, un crédit non affecté, qui ne dépend pas de l’achat d’un bien précis.

Mais on voit souvent dans les publicités de crédit un « prêt personnel auto », ou un « prêt travaux », par exemple. Ce type de communication est un abus de langage ! Comme par le passé avec le crédit renouvelable, qui était connu sous beaucoup d’autres noms, le terme « prêt personnel » est malheureusement trop souvent employé à tort. Ces prêts, qui sont donc affectés à l’achat d’un bien en particulier, que ce soit une voiture ou un canapé, ne sont pas « personnels ». Le terme « personnel » veut tout simplement dire que l’on prête à la personne, qui pourra faire de l’argent ce que bon lui semblera. En revanche, un prêt auto, la banque, la société financière paye directement le vendeur de voiture, l’emprunteur ne voyant jamais la couleur même de l’argent. Donc lorsque vous voyez un « prêt personnel auto » chez Groupama ou Banque Accord, sachez que leur « prêt perso » à eux n’est pas le prêt personnel comme un banquier classique l’entend. Ce n’est qu’un exemple parmi tant d’autres de détournements de la langue française, soit par ignorance, soit par un souci de marketing…

Prêt perso sans justificatif

Le prêt personnel (ou « prêt perso ») est donc un prêt qui ne demande pas de preuve d’achat. Inutile de justifier de l’achat d’un produit ou d’un service pour avoir ce type de prêt. En revanche, comme pour pratiquement tout crédit, l’établissement prêteur demandera bien des justificatifs de revenus, afin de pouvoir prouver que le demandeur de crédit peut bien rembourser l’argent prêté, qu’il est solvable. Un prêt personnel est un crédit flexible, pouvant aller de quelques centaines d’euro à 21500 euros en général en 2010, avec des durées de remboursement allant de quelques mois à 7 ans. Lorsque l’on voit un prêt personnel pouvant aller jusqu’à 50000 euros, ce qui est une somme bien supérieure aux 21500 euros évoqués ici, ce n’est pas un vrai prêt perso : le prêt est conditionné à l’achat d’une voiture neuve. Ainsi, une simulation de prêt perso que l’on trouve sur un site de « prêt personnel en ligne », lorsqu’elle propose un prêt pouvant dépasser les 21500 euros maximum imposés par le droit français jusqu’en 2010, le crédit proposé n’est plus un prêt personnel, mais un crédit à la consommation affecté. Ceci peut sembler être un peu excessif de faire une telle distinction, on pourrait se dire qu’après tout, c’est toujours pareil, un crédit, mais il faut savoir que le droit français protège différemment un emprunteur ayant eu recours à un crédit personnel d’un emprunteur ayant eu recours à un crédit à la consommation affecté.

La loi portant sur la réforme du crédit de Christine Lagarde est venu changer le montant maximal d’un crédit relevant de la réglementation sur le crédit à la consommation : il passe de 21500 euros à 75 000 euros. Ce plafond maximal des crédits a ainsi été largement relevé dans le code de la consommation, mais aucune institution de crédit ne prêtera de l’argent à titre personnel sans un achat qui puisse « couvrir » l’emprunt. Il suffit de comprendre que si une personne ayant reçu un emprunt de 75000 euros n’achète pas un objet qui puisse servir à rembourser la dette, comme un appartement, la banque qui a prêté l’argent perd tout simplement l’argent prêté, sans espoir d’en récupérer une partie en vendant le bien acheté. Voyons maintenant deux acteurs majeurs du crédit en 2011, et ce qu’ils proposent, Finaref et Cofidis.

Prêt personnel Finaref

En 2010, le taux du prêt perso est tellement bas qu’il est pratiquement équivalent au taux d’un crédit affecté. Finaref propose un taux aussi bas que 2,50% au début 2011, pour un maximum de 10000 euros à rembourser en 12 mois. Au-delà, le taux augmente, ce qui est normal et courant dans les sociétés financières : le risque augmentant de ne pas être remboursé si on allonge la durée du prêt, ce risque se répercute dans les taux d’intérêt.

Prêt personnel Cofidis

Cofidis propose, par exemple, en janvier 2017, son meilleur taux prêt perso pour un emprunt de 5000 euros à rembourser sur 12 mois à 1,89% de TAEG fixe. Par contre, les sommes ne vont pas au-delà de 35000 euros. Les taux augmentent très rapidement jusqu’à presque 20% si on augmente la durée de remboursement ou que l’on demande de plus petites sommes : 19,92 % de TAEG pour un emprunt de 500 euros à rembourser en 6 mois. Les prêts personnels ne demandent pas en général d’apport, ce qui permet de faire un crédit sans apport initial.

Du côté des banques, le prêt personnel Caisse d’Epargne est encore une fois un argument commercial. En effet, la Caisse d’Epargne propose à ceux qui veulent faire un prêt personnel des prêts perso auto… Regardons maintenant ce que pratique une banque comme LCL par exemple, représentative des Banques en France.

Prêt personnel LCL

L’ancien Crédit Lyonnais propose à ses clients un prêt personnel banque avec un taux d’intérêt peu intéressant au vu de ce qui est pratiqué par les sociétés de crédit : 7,46% à rembourser en 60 mois, données de janvier 2011. En général, nous conseillons systématiquement d’aller voir sa banque pour un crédit à la consommation, mais pour un prêt personnel, si on le fait pour des raisons de confidentialité, il est peut-être judicieux d’aller voir une société de crédit plutôt que son banquier habituel.

Assurance prêt personnel

L’assurance du prêt personnel vient compléter toute offre de crédit. De plus en plus, les sociétés financières ainsi que les banques proposent à leurs clients de souscrire à une assurance. C’est le reflet de la crise qui permet ceci : l’emprunteur, n’étant plus sûr à 100% de toujours pouvoir rembourser son crédit, préfère alors prendre une assurance, en général assez chère, pour avoir l’esprit tranquille sur son prêt. Ce sont des assurances qui bien sûr sont facultatives contrairement aux assurances de crédit immobilier, et que nous conseillons vivement de ne pas prendre, à moins d’avoir de très bonnes raisons de croire qu’elle sera nécessaire : raisons de santé, précarité de son emploi… mais attention ! Il faut bien regarder ce que couvre l’assurance, toutes les assurances crédit n’ont pas la même couverture de risques.

Prêt personnel et interdit bancaire

Les interdits bancaires ont pour une grande partie, dans leurs crédits en trop, des prêts personnels. Ces prêts sont ainsi responsables d’une grande partie des fichés bancaires, ceux qui sont interdits de crédit ou pire, ceux qui sont interdits de moyens de paiement. Les prêts personnels font partie du crédit à la consommation, mais ne sont pas affectés à l’achat d’un bien ou produit comme nous l’avons dit. On vous prête une somme d’argent avec le crédit personnel, sans vous demander ce que vous allez en faire : vous pouvez financer toutes vos envies en toute confidentialité. Ce type de crédit va de quelques centaines d’euros à 21 500 euros (voire plus depuis la réforme), remboursables généralement sur des durées de 12 à 60 mois. La flexibilité de ce type de crédit en fait bien sûr l’un des plus appréciés de ceux qui ont peu de moyens, mais c’est malheureusement l’un des crédits les plus chers!



L’avantage du prêt personnel est sa transparence : tout est clairement indiqué sur le contrat de crédit, avec le montant total à rembourser, le taux d’intérêt et la durée du remboursement, tout est fixé dès le premier jour. Les taux, on l’a vu, sont en général assez bas, bien plus bas en tout cas que dans un crédit renouvelable (la plupart des crédits que l’on trouve en magasin sont des crédits renouvelables, pour info).

Une des raisons qui provoquent le surendettement avec ce type de crédit, c’est que bien souvent, l’achat concerné par un prêt personnel ne permet pas en cas de souci, de récupérer l’argent en vendant ce qui a été acheté. Contrairement à l’achat d’un appartement où une banque récupère facilement l’argent qu’elle a prêté, pour un prêt personnel, ce n’est quasiment jamais vrai. Impossible de récupérer l’argent sur des vacances payées avec un prêt personnel ou impossible de récupérer l’argent sur la vente de l’ordinateur acheté à crédit : il a trop perdu de valeur. Si vous avez bien compris, il n’est donc pas possible d’obtenir un prêt personnel classique lorsqu’on est FICP, fiché à la Banque de France et par conséquent en interdiction bancaire.

Mais les prêts personnels peuvent également être d’un autre type : les prêts basés sur la confiance, où l’on peut retrouver le microcrédit et les autres prêts sociaux, qui aident les particuliers en finançant leurs projets. Ce sont de formidables instruments de lutte contre l’exclusion, des crédits permettant à chacun de fonder son entreprise. Ces prêts sont essentiels pour donner une chance à ceux qui n’en ont pas eu, ils financent les entrepreneurs qui n’ont pas les moyens de faire autrement.

Découvrez sur eKonomia ce qu’il faut faire (ou éviter) en matière de pret perso suivant votre situation personnelle, pour ne pas tomber dans le piège du surendettement ou obtenir une aide pour financer vos projets de création d’emploi. Notre conseil en tout cas : toujours faire une simulation de prêt personnel, utiliser un comparateur de prêt personnel afin de regarder ce que fait la concurrence et avoir le meilleur calcul de prêt personnel possible suivant son projet et sa situation.



En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer

immeubles de paris
Crédit Immobilier – Comparer et simuler avec eKonomia

Le coût d'un logement est si important que pratiquement personne ne peut aujourd'hui acheter une maison sans faire de crédit...

Fermer