La femme au foyer et l’argent : quels crédits et aides sont possibles ?

S’occuper de la maison et des enfants est un travail à temps plein, mais non rémunéré. Totalement dépendante financièrement du mari, comment est-ce qu’une mère au foyer peut obtenir un crédit ?

Par , à jour le

crédit pour femme au foyer
Élever un enfant seule, un défi permanent
  1. Obtenir un crédit grâce au mari
  2. Mère au foyer et célibataire : quel crédit ?
  3. Aides financières pour maman solo

Sans revenus, disons-le clairement, le crédit est quasiment impossible. Inutile de penser à un crédit immobilier. En revanche, suivant le projet à financer ou les garanties présentées au prêteur, il est possible de se débrouiller autrement que par un crédit classique. Malgré la difficulté, certains petits crédits spécifiques restent accessibles.

Obtenir un crédit grâce au mari

L’écrasante majorité des crédits octroyés aux femmes au foyer (ou hommes au foyer) le sont au titre du co-emprunt. Le couple fait une demande de crédit auprès de leur banquier, s’engageant à rembourser, à deux, les mensualités. Même si l’épouse ne travaille pas directement, et n’a donc pas de revenus, elle est solidaire de son mari, et pour la banque, elle a un crédit à rembourser également.

Nous l’évoquons dans notre article sur le crédit à deux, le choix de faire un crédit en couple ou pas dépend du contrat de mariage. Sans contrat, le couple est solidaire de toutes les dettes, sauf celles qui ont été contractées de manière frauduleuse, dans le dos du conjoint, ou pour le seul bénéfice de l’emprunteur. En séparation de biens, on peut faire un crédit seul, n’engageant pas le conjoint.

Il ne faut pas oublier que bon nombre de femmes, se retrouvant seules après un divorce, sont condamnées à payer un crédit qu’elles ne peuvent pas rembourser ! Mieux vaut lire l’article « dettes de l’ex-conjoint » avant de se lancer dans un crédit, même si « on fait confiance ».

Mère au foyer et célibataire : quel crédit ?

Un crédit pour femme seule est toujours plus compliqué à obtenir qu’un couple avec les mêmes revenus. Il est plus simple pour un couple gagnant à deux 3000 euros d’obtenir un crédit qu’une personne seule gagnant 3000 euros.

La différence est minime, mais réelle : deux personnes qui remboursent un crédit donnent plus de sécurité aux établissements financiers qu’une famille monoparentale. En effet, à deux, c’est deux fois plus de chances de trouver un travail, même si le mari ne travaille plus par exemple, la femme peut retrouver un emploi. Quand on est seul, il n’y a personne pouvant remplacer la personne au chômage en allant travailler à son tour. La possibilité pour une mère au foyer d’obtenir un emprunt seule, dépend essentiellement de ses revenus.

La situation la plus simple pour une femme seule et mère au foyer d’obtenir un crédit est d’être rentière, qui vit grâce à ses investissements. Elle n’aura aucun problème pour obtenir un crédit : les loyers perçus sont considérés comme étant des revenus stables, les appartements servant de garantie. Ceci ne concerne qu’une infime partie des personnes seules qui ont besoin d’obtenir un crédit.

Pour les autres, qui n’ont pas de revenus, il existe toujours certains organismes de crédit qui permettent d’obtenir de petits financements. Nous pensons aux cartes de crédit des grands magasins, souvent (malheureusement) laxistes. Nous pensons également au mini-crédit en ligne, pour des sommes prêtées en général inférieures à 1000 euros : même les personnes en interdiction bancaire y ont accès, pour peu qu’elles puissent justifier d’un minimum de revenus.

Obtenir un crédit avec une pension alimentaire

Selon un article du Figaro, les banques sont libres de ne pas accepter la pension alimentaire dans le calcul des revenus au moment d’octroyer un crédit. Quand on sait que 40% des pensions alimentaires ne sont pas payées, le risque pour une banque d’avoir des impayés de crédit est bien trop grand.

Il est ainsi inutile de penser que l’on pourra obtenir un crédit sur le long terme uniquement avec la pension alimentaire, un revenu qui n’est pas considéré comme étant stable. De plus, la pension alimentaire ne dure que jusqu’à l’indépendance financière des enfants. Difficile d’obtenir un crédit immobilier de plus de vingt ans dans ces conditions.

Au final, c’est à la banque d’apprécier les risques, et de décider si elle décide de prendre en compte la pension alimentaire. Si la pension alimentaire a toujours été payée rubis sur ongle pendant plusieurs années, la confiance peut exister et la banque pourrait la considérer comme étant un revenu. Une chose est sûre : la pension alimentaire ne peut pas être la seule source de revenus du demandeur de crédit, elle ne doit être considéré que comme étant un « bonus ».

Obtenir un crédit avec une prestation compensatoire

La prestation compensatoire après un divorce est, grande majorité des cas, versée en une fois. Il s’agit d’une somme d’argent visant à « compenser » le conjoint qui a sacrifié sa carrière au profit du couple et des enfants.

N’étant pas récurrent, ce capital ne peut pas servir à obtenir un crédit, sauf à le considérer comme étant un apport, en plus de revenus réguliers.

Il existe des prestations compensatoires viagères, versées à titre exceptionnel à des personnes trop âgées ou incapables de subvenir seules à leurs besoins financiers. Ces personnes, trop souvent malades, ne pourront pas au vu de leur état, obtenir un crédit de longue durée.

Obtenir un crédit avec le RSA et les allocations

Pour les mamans dont les enfants « n’ont pas de père », et donc personne pour aider en cas de besoin, l’obtention d’un crédit, sans travail ou revenus stables est mission impossible. Ici, seul le RSA, les allocations familiales et les APLs viennent aider la mère au foyer sans travail.

Il s’agit de personnes qui survivent, mais qui souhaiteraient obtenir un crédit pour améliorer leur quotidien. Pour faire court, les banques ne prêteront pas d’argent, sauf peut-être un petit crédit renouvelable. Mais il est néanmoins possible de profiter de certaines aides qui vont se substituer au crédit, notamment le Prêt d’Accession Sociale : ce prêt peut être payé grâce aux APLs, donnant la possibilité, même aux plus démunis, de payer un crédit immobilier plutôt qu’une location.

Aides financières pour maman solo

Suivant la situation de chaque mère seule et sans ressources, des aides différenciées peuvent exister. Nous avons longuement abordé le sujet dans notre article sur les aides de la CAF et les allocations pour parent seul. En résumé :

  • L’aide principale est un RSA soutenu par un complément, « l’allocation de soutien familial», d’un montant un peu supérieur à une centaine d’euros par mois. Le RSA peut être majoré.
  • Pour les femmes au foyer qui recherchent un emploi, il y a l’Agepi, une aide à la garde des enfants.
  • La CAF peut également payer les cotisations retraites de la femme au foyer qui s’est arrêté pour s’occuper des enfants : c’est l’assurance vieillesse du parent au foyer.
  • Finalement, pour les parents qui ont un enfant de moins de 3 ans, il y a le « complément de libre choix d’activité», réservé à ceux qui ont déjà cotisé auparavant à l’assurance vieillesse.

Pour les veuves de moins de 55 ans, il existe « l’allocation veuvage », une allocation pour le conjoint survivant avec de faibles revenus. Cette allocation dure tant que les conditions sont réunies, dans un maximum de deux ans.

Vous avez aimé ? Partagez l'article avec vos amis !

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (3 vote(s), moyenne : 5,00 de 5)
Loading...

La femme au foyer et l’argent : quels crédits et aides sont possibles ? : l'avis d'eKonomia

eKonomia - Prêt et crédit
Une mère au foyer peut toujours obtenir une aide financière

L’obtention d’un crédit pour une « maman solo » dépend de sa situation financière en premier lieu. Une jeune cadre dynamique avec un bon salaire et en CDI n’aura pas le moindre souci pour obtenir un crédit. En revanche, une mère qui élève seule ses enfants et sans emploi ne pourra pratiquement que dépendre des aides sociales pour financer les besoins du quotidien.

Les femmes qui ont choisi seules d’avoir un enfant connaissent les risques qu’elles encourent. Elles savent qu’elles devront travailler deux fois plus pour donner ce qu’il y a de mieux à leur enfant. Si par malheur elles perdent leur travail, sans père pour épauler, les situations peuvent devenir rapidement dramatiques. La France, avec son système de sécurité sociale, permet de limiter les dégâts, même en cas de surendettement. .

En revanche, la plupart des mamans solo ne le sont pas par choix. Une grossesse non désirée, un veuvage ou un compagnon en prison sont malheureusement des exemples bien trop communs. La CAF vient ainsi en aide aux familles, y compris les monoparentales, en ayant pour mission principale le bien-être de l’enfant. A ce titre, elle permet de simplifier l’obtention de crédits, nécessaires à l’achat de choses essentielles dans une famille : les meubles, l’électroménager. Elle aide également avec les APLs, qui peuvent servir à payer un loyer, ou rembourser un crédit immobilier.

Suivez-nous sur facebook



Forum : participez à la discussion

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pas encore de commentaires...


En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer